Archives par mot-clé : migrations

Colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire

Vendredi 24 mai 2024 à 11h20, Bronwyn Louw évoquera le livre Les Migrations des plantes dans la communication “Et Pourtant, elles migrent ! Les plantes au sein des transmigrations terrestres” lors du colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire organisé par Delphine David, Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin à l’Université Paris-Cité. 

Pour plus d’informations : https://iutparis-seine.u-paris.fr/calendar/ Entrée libre sans inscription obligatoire.

Résumé : Pour penser les migrations végétales, le livre Les Migrations des plantes (Manuella, 2024) se propose de partir du paradoxe que présente le mouvement de ce qui nous semble le plus enraciné, le mieux arrimé au sol : les plantes.  Toute une constellation contemporaine de mots rend compte de la mobilité végétale : le voyage, le brassage, la métamorphose, les plantes vagabondes ou les plantes du chaos… Mais on souhaite plus particulièrement, dans le prolongement d’un certain nombre de propositions contemporaines, mettre en avant le mot de migration. Pourquoi ce choix ? Évidemment, les plantes ne migrent pas de la même manière que les humains, les oiseaux, les rennes ou les saumons. La valeur du mot migration est plutôt dans les imaginaires politiques qu’il charrie. Il vient soutenir des travaux qui s’essayent à penser la migration à l’échelle des transmigrations terrestres pour susciter d’autres imaginaires migratoires : il est solidaire d’une représentation non-fixiste du vivant, qui soutient que la migration est une loi primordiale de la vie, qu’il n’y a pas de vie sans déplacement. Le mot migration permet enfin encore d’enquêter et d’alerter sur les inquiétants points de contact entre xénophobie et bioxénophobie, puisque humains et plantes venues d’ailleurs suscitent souvent les mêmes mots, les mêmes peurs, les mêmes rejets. Il s’agit d’interroger la manière dont les compréhensions contemporaines les plus répandues des migrations végétales sont sous-tendues par des métaphores guerrières, virales ou xénophobes, mais aussi de rendre compte d’un travail du langage et des images, engagé notamment par Jacques Tassin, Gilles Clément, Liliana Motta, ou encore Bénédicte Ramade, pour nourrir un autre imaginaire poétique et politique des plantes migrantes. 

Retour de mission aux îles Adaman (Inde)

Mission de novembre 2021
Retour d’enquête à Adaman

Par Romain Simenel

Plage de l’île Havelock

Les îles Andaman et Nicobar constituent le plus grand système d’archipel du golfe du Bengale, composé de 572 îles et îlots. Ces îles indiennes sont localisées entre deux points chauds de la biodiversité, à savoir la biodiversité de l’Indo-Birmanie et celle du Sundaland. Voilà pourquoi on y observe une distribution inégalée de plantes avec des représentants des flores de l’Inde, du Myanmar, de la Malaisie et de l’Indonésie (Balakrishnan & Ellis 1996). Les îles Andaman abritent plus de 9100 espèces végétales et animales. Pour se donner une idée, dans ces îles, on peut trouver 2100 espèces d’angiospermes, dont 11% sont strictement endémiques (Balakrishnan & Ellis 1996).

Continuer la lecture de Retour de mission aux îles Adaman (Inde)

Journée d’étude Jardins en Migrations / 23 mai 2022

L’équipe EXORIGINS (Centre Alexandre Koyré ; Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales ; PALOC) et Mondes Américains sont heureux de vous inviter lundi 23 mai 2022 à une journée d’études “Jardins en Migrations“, consacrée aux travaux de la sociologue Pierrette Hondagneu Sotelo, professeure à University of Southern California et actuellement accueillie à l’EHESS.

Conférence inaugurale (10h15): Almost Paradise: Sustaining Immigrant Life in Urban Community Gardens

Résumé : This lecture draws on research included in my book Paradise Transplanted: Migration and the Making of California Gardens (2014) and also from research I conducted more recently at two large urban community gardens in Watts, which will be included in the forthcoming book. In this lecture, I cover the development of urban community gardens, and focus on important dynamics occurring in immigrant community gardens located in poor urban neighborhoods. These are sites of homeland re-creations and recreation, places of cultural affirmation and belonging where people come together to improvise solutions to everyday problems. In the past, community gardens in poor, marginalized urban l neighborhoods were often threatened with demolition, but now many of these are supported and protected by agreements with municipal authorities, land trusts and NGOs. With the infrastructural support, however, new difficulties of democracy emerge, and I explore these tensions and trade-offs.

La conférence sera suivie d’un buffet déjeunatoire, puis l’après-midi sera consacré à une visite du Jardin des Altérités, jardin créé par l’équipe EXORIGINS en partenariat avec l’artiste Liliana Motta, puis à une table-ronde. Nous vous attendons nombreux !

02/2020 – Palais de la Porte Dorée

Atelier d’écriture avec Vincent Ravalec et visite du Palais de la Porte Dorée

04 février 2020

La classe du Lycée Louis de Broglie de Marly le Roi  a réalisé un atelier d’écriture coordonné par l’écrivain-réalisateur Vincent Ravalec. Au programme, rédaction d’un scénario à partir d’un personnage mystérieux : une fillette migrante accompagnée d’une plante avec laquelle elle communique de façon curieuse, sont envoyées par la douane faire un séjour d’acclimatation au Palais de la Porte Dorée …

Après l’atelier d’écriture, accompagnés de leur professeur de Lettres Isabelle Roger et de l’anthropologue Emilie Stoll, les élèves ont visité le Palais de la Porte Dorée construit lors de l’exposition coloniale de 1931. Ils ont pu observer les plantes et les produits associés aux colonies françaises sculptés sur la façade du bâtiment. Dans un deuxième temps, la visite s’est poursuivie dans le jardin du Palais, créé par l’artiste-botaniste Liliana Motta, où ont été privilégiées des espèces dites “étrangères”, venant du monde entier, et qui sont le fruit d’échanges commerciaux ou de migrations humaines. Le jardin est composé notamment de végétaux dits “invasifs” : les “mauvaises herbes” comme les appellent couramment les jardiniers.

Plantes et Migrations en récits

Dans le cadre de l’opération Kiosque en Fête de la Mairie de Paris, l’équipe de recherche Exorigins propose le dimanche 15 septembre de 15h à 17h, un événement sur les plantes et les migrations en récits au kiosque du Jardin Villemin (Paris 10).

Le chercheur en littérature Alvaro Luna se réunira avec la romancière Lynda-Nawel Tebbani pour réfléchir ensemble à la circulation partagée des personnes et des végétaux afin de décloisonner des idées reçues sur la migration. A travers une discussion autour des intersections entre la littérature, les plantes et les migrations nous réfléchirons sur l’écriture des végétaux à travers le temps et des traditions littéraires. 

Au programme : des lectures des textes, des discussions, de la musique et des moments de partage autour des plantes et des migrations en récits.

Continuer la lecture de Plantes et Migrations en récits

Vidéos du Workshop de présentation de l’équipe EXORIGINS

Retrouvez les vidéos des présentations des chercheurs de l’équipe EXORIGINS réalisées lors du Workshop du 28 mars 2019, au Muséum National d’Histoire Naturelle – Jardin des Plantes de Paris.

INTRODUCTION

Titre : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des Parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d’imaginaires

Emilie Stoll, anthropologue au CNRS (laboratoire Urmis), porteuse du projet

Titre : L’équipe Exorigins et ses partenaires muséaux

Arnaud Dubois, anthropologue au CNAM (laboratoire HT2S)

PARTIE 1 CIRCULATION DES VÉGÉTAUX DANS LE MONDE : LES TERRAINS DES CHERCHEURS

Titre : Le cédrat dans l’Anti-Atlas marocain

Romain Simenel, anthropologue à l’IRD (laboratoire Paloc) Continuer la lecture de Vidéos du Workshop de présentation de l’équipe EXORIGINS