Pistes et indices à Tanger. Séquence de glanage dans une traversée de la ville

Eugénie Denarnaud vous invite à venir assister, samedi 14 mars 2020, à une rencontre autour du thème de la marche à laquelle elle participe et où elle traquera au FRAC PACA (Fonds Régional d’Art Contemporain Provence Alpes Côte d’Azur) :  Pistes et indices à Tanger. Séquence de glanage dans une traversée de la ville.
 
Elle s’intègre aux rencontres La marche catalyse de l’art et du savoir qui aura lieu les vendredi 13 et samedi 14 mars 2020 à Marseille.
 
Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre de l’exposition Démarches Des Marches, commissaire Guillaume Monsaingeon, au Frac PACA.
 
Au plaisir de vous croiser en chemin.

De l’altérité des plantes à celle des humains : l’exemple du jardin des Altérités

Romain Simenel a été invité par Anolga Rodionoff, directrice adjointe du CIEREC Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (Université de Lyon / Université Jean Monnet Saint-Etienne) et Eugenia Reznik, artiste et doctorante à l’Université de Saint-Etienne et à l’Université de Québec à Montréal (UQAM), pour donner une intervention intitulée : “De l’altérité des plantes à celles des humains : l’exemple du jardin des Altérités” dans le cadre de la journée d’étude Figures de l’altérité, Figures de l’effacement, le 3 avril prochain.

Voici le résumé de son intervention :

Les plantes nous disent souvent bien des choses sur l’ailleurs et les autres. Leurs noms tout d’abord, ceux aux accents exotiques, évoquent des contrées lointaines ou des peuples étrangers. Leurs physionomies se prêtent à toute sorte d’analogie avec des symboles d’un autre temps ou d’un autre lieu. Certaines plantes ont voyagé avec ou sans les hommes pour conquérir le monde et le récit de leur périple continue de nourrir toujours plus d’univers mentaux. Cette tendance des humains à penser l’autre et l’ailleurs au travers des plantes prend une signification particulièrement saillante dans le contexte migratoire. La multiplication des trajectoires migratoires des humains sur Terre et dans l’histoire a logiquement multiplié les trajectoires des végétaux mais aussi leur combinaison avec des figures de l’ailleurs et de l’altérité. Comment une plante transmise au sein de sa famille informe-t-elle les mises en récit sur soi-même et sur autrui, sur ce qui est endémique et exotique, sur l’ici et sur l’ailleurs ? Comment les végétaux présents dans nos espaces quotidiens et domestiques sont-ils mobilisés pour ordonner les origines et les mémoires associées à de multiples lieux [Baussant, 2007, 2015] ? Enfin, comment interviennent-ils dans notre manière de traiter autrui et plus spécifiquement l’étranger [Tassin 2014] ? Le Jardin des Altérités situé en face de la galerie de l’évolution dans le Jardin des Plantes est conçu pour répondre à ces questions en incarnant un espace expérimental d’intercompréhension des manières de penser les ailleurs et les autres par le végétal. Après une présentation des six carrés du Jardin, cette intervention développera quelques cas d’études précis comme celui d’un Cédrat du Maroc, de la Lavandula Multifida et de la flore de Curacao.

Participation au Festival Altérités – Caen, 12 mars 2020

Le festival de cinéma et d’ethnographie Altérités propose une sélection de films tournés à hauteur d’hommes et qui donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. Les temps de rencontres y sont aussi importants que les projections. Le festival laisse la part belle aux échanges avec des réalisateurs, des auteurs, des cinéastes, des chercheurs en sciences sociales principalement ethnologues, mais aussi des photographes, des musiciens etc.

Cette année, le festival aborde une question fondamentale, celle de la relation entre l’Homme et son environnement naturel. Ce qui nous relie aux animaux, aux plantes, à la terre, à la mer, aux paysages est interrogé à travers dix films et vingt-quatre rencontres avec des ethnologues, des sociologues, des géographes, des artistes, des témoins…

Romain Simenel interviendra lors d’une rencontre le jeudi 12 mars 2020 à 15h15, à la bibliothèque Alexis de Toqueville.

Retrouvez le programme complet ici.

01/2020 – Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme

Atelier d’écriture avec Cécile Ladjali et visite de l’exposition permanente du MAHJ

23 janvier 2020

Visite de l’exposition permanente du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, à Paris, en compagnie de leur professeur de Lettres Isabelle Roger et de l’anthropologue Cannelle Labuthie. Les élèves ont acquis des connaissances sur la culture juive et découvert les quatre espèces de plantes utilisées lors de la fête de Soukkot (fête des cabanes) : le cédratethrog“, la palme fermée du dattierloulav“, les rameaux du saule de fleuvearava” et les branches de myrtehadass“.

À l’issue de la visite du musée, l’écrivain d’origine iranienne Cécile Ladjali a proposé un atelier d’écriture sur la thématique : le peintre Chagal pendant la fête de Soukkot.

Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)

Mission du 15 au 30 octobre 2019
Retour d’enquête

Par Emilie Stoll

L’hévéa : une plante voyageuse par excellence

L’hévéa (arbre à caoutchouc) est une plante endémique de la région amazonienne (Brésil, Bolivie, Pérou, Guyanes). Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, ses graines ont été disséminées et plantées sur quatre continents (Amérique du Sud, Europe, Asie, Afrique), ayant des effets sociétaux des plus importants. C’est cette histoire que nous allons raconter…

***

En 1743, lorsque le naturaliste Charles-Marie de La Condamine observe, pour la première fois, des arbres producteurs d’une gomme modelable, ceux-ci sont présents à l’état sauvage dans la forêt amazonienne. Les populations amérindiennes locales utilisent la gomme pour fabriquer des boules (ancêtre du ballon de foot) et des protections pour les pieds (ancêtre des bottes).

À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, les naturalistes identifient plusieurs espèces d’arbres à caoutchouc, dont hevea brasiliensis est la plus connue. Des inventions comme la gomme qui efface le graphite, les vêtements imperméables ou les bottes, montrent le fort potentiel de cette nouvelle matière. En 1839, un américain (Charles Goodyear) et un britannique (Thomas Hancock) découvrent simultanément le procédé de vulcanisation qui permet à la gomme de conserver son élasticité après avoir séchée. Dès lors, le caoutchouc peut être utilisé à grande échelle pour la fabrication de pneus, de matériel médical, etc. La demande mondiale explose.

Le cours de l’hévéa prend de la valeur et, pour suppléer les marchés, les brésiliens commencent à le planter.

Hévéas plantés dans le bas-Amazone (rivière Arapiuns, 2012).

C’est ici qu’intervient la « légende d’un rapt botanique » de l’hévéa (Astafieff, 2018, p. 92) : le britannique Henry Wickam se rend dans la région du bas-Amazone et se procure près de 74000 graines d’hevea brasiliensis qu’il expédie par bateau en Angleterre. À Londres, ces graines sont plantées dans le jardin botanique de Kew où elles sont acclimatées. Les britanniques se disent alors que s’ils maitrisaient la chaîne de production du caoutchouc, ils pourraient s’approvisionner à moindre coût. Les plant de Kew sont mis en terre dans leurs colonies d’Asie, principalement en Malaisie et à Ceylan.  Cette opération est une réussite : non seulement ils s’autonomisent de l’offre brésilienne, mais, à partir des années 1910, les arbres asiatiques ont atteint leur maturité et produisent à meilleur rendement que ceux du Brésil. L’offre asiatique provoque l’effondrement de l’industrie du caoutchouc brésilienne.

Continuer la lecture de Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)

Plantes, altérité religieuse et statues ayurvédiques en Inde

Mission du 8 juillet au 8 novembre 2019
Retour d’enquête

Par Romain Simenel
Mission longue durée financée par l’IRD

La mission de quatre mois en Inde a porté, de manière générale, sur l’usage des plantes ayurvédiques et leur rôle dans la pratique de l’hindouisme. L’objectif de la mission était tout d’abord de mieux comprendre la cérémonie des pujas (offrandes végétales aux dieux), universelle en Inde, et l’expérience sensible aux plantes dans ce cadre. Selon ma proposition, cette cérémonie est en effet l’axe fondateur du comportement écologique en Inde. L’autre objectif était de comprendre le rôle des tribus, désignées par le terme adivasi, dans l’expérience sensible des plantes et leur rôle dans la pratique rituelle hindoue.

L’ayurvéda et la tradition des Siddhas (alchimistes et phytothérapeutes) est un art de vivre basée sur l’usage des plantes pour les soins du corps et de l’esprit. Il résulte d’une tradition indienne ancienne orale et écrite qui remonte aux origines de l’hindouisme. L’ayurveda a longtemps été considéré comme un corpus de savoirs autonome situé en marge des Védas, les textes sacrés de l’Inde ancienne. Ces savoirs portent sur un très large ensemble d’espèces végétales, dont une partie n’est pas cultivée et pousse dans des aires biogéographiques bien précises selon une écologie assez fragile, le plus souvent en montagne.

Continuer la lecture de Plantes, altérité religieuse et statues ayurvédiques en Inde

Appel à communication : session “Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux”

Nous vous invitons à soumettre avant le 26 janvier 2020 vos propositions de communication pour la session P du 5e colloque international du Collège international des sciences territoriales (CIST), intitulé Population, Temps, Territoire et qui se déroulera du 18 au 21 novembre 2020, au Campus Condorcet Paris-Aubervilliers.

Titre de la session : Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Organisation : Irène Dos Santos (CNRS – Urmis), Laure Emperaire (IRD – Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRA – Cak), Romain Simenel (IRD – Paloc), Emilie Stoll (CNRS – Urmis)

Problématique :

Cette session se propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les processus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques, où des végétaux ont été emportés par les hommes dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la (re)formulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les hommes qui suivent la trajectoire (économique et sociale, parfois géographique) des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un des trois axes suivants :

Continuer la lecture de Appel à communication : session “Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux”

11/2019 : Musée de l’Homme

Visite de l’exposition “Je mange donc je suis”

Novembre 2019
Visite de l’exposition “Je mange, donc je suis” au Musée de l’Homme, à Paris, en compagnie de leur professeur de Lettres Isabelle Roger et de l’anthropologue Emilie Stoll. Les élèves se sont interrogés sur l’origine et la dissémination des plantes, notamment des céréales, ainsi que sur l’altérité alimentaire : quel plante est comestible, pour qui et dans quelle culture ?

https://i.ytimg.com/vi/HctVIaCVNqs/maxresdefault.jpg

Prochain rendez-vous le 23 janvier 2020 autour des collections du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme et en compagnie de l’écrivaine Cécile Ladjali …

Contours d’une figure palestinienne : les semences “baladi”

Mission du 19 avril au 19 juillet 2019
Retour d’enquête

Par Cannelle Labuthie

L’iconographie palestinienne abonde de références à la ruralité et aux « figures » (1) qui l’habitent. Olivier, oranger ou encore paysan sont autant d’emblèmes mobilisés dans l’imaginaire collectif pour dire l’historicité d’un lien à la terre, la perte de cette dernière ou encore la lutte menée pour la conserver (2). Comme le rappelle Christine Pirinoli, ces éléments semblent indiquer « l’importance du lien à la terre et au territoire pour la structuration de la société palestinienne », au point d’en faire des « référents symboliques majeurs » (3).

Dans cette recherche je m’intéresse à la manière dont les semences locales sont aujourd’hui invoquées et investies pour rendre compte, notamment, de la singularité des expériences palestiniennes. Ces graines de plantes sont considérées dans mon travail comme « l’objet d’une médiation essentielle » (4) qui enracine à la terre et au territoire des générations de palestiniens.

Durant ce premier terrain, effectué dans les régions de Bethléem et Hébron, il s’agissait d’interroger la manière dont les cultivateurs et cultivatrices palestinien.ne.s (5) définissent leurs semences. Cette première approche par les définitions vernaculaires de mon objet de recherche m’a très rapidement amenée à m’intéresser à la catégorie baladi (littéralement du pays en arabe), terme utilisé par chacun.e pour définir et distinguer les semences palestiniennes. Dans les jardins familiaux et les terres agricoles se côtoient en effet variétés baladi et mish baladi (qui ne sont pas baladi), différenciées entre elles par leurs propriétés physiques et gustatives. Si les semences baladi sont parfois qualifiées comme étant moins productives, elles sont toutefois plus résistantes et leurs fruits, plus savoureux, sont destinés à la consommation domestique. Elles s’opposent ainsi aux semences mish baladi, terme utilisé selon le contexte d’énonciation pour parler des semences « étrangères » ou « nouvelles », c’est-à-dire les semences industrielles, de variétés standardisées, couteuses en intrants et non reproductibles.

Semences baladi d’une famille de cultivateurs et cultivatrices de Battir

Continuer la lecture de Contours d’une figure palestinienne : les semences “baladi”

Une nouvelle route marine des épices entre l’Inde et l’Afrique ?

La collaboration entre Nadesan Balachandran, botaniste de l’Institut français de Pondicherry, et Romain Simenel a été relayée par les médias indiens. Les deux chercheurs explorent l’hypothèse d’une ancienne route marine des épices qui reliait le Sud de l’Inde et l’Egypte, notamment pour la circulation de l’huile de cardamome. Cette route pourrait expliquer le déplacement des tribus “négritos” de l’Afrique vers l’Asie.

Reportage télévisé sur News 7 Tamil (26/09/2019) :

Continuer la lecture de Une nouvelle route marine des épices entre l’Inde et l’Afrique ?

Plantes et Migrations en récits

Dans le cadre de l’opération Kiosque en Fête de la Mairie de Paris, l’équipe de recherche Exorigins propose le dimanche 15 septembre de 15h à 17h, un événement sur les plantes et les migrations en récits au kiosque du Jardin Villemin (Paris 10).

Le chercheur en littérature Alvaro Luna se réunira avec la romancière Lynda-Nawel Tebbani pour réfléchir ensemble à la circulation partagée des personnes et des végétaux afin de décloisonner des idées reçues sur la migration. A travers une discussion autour des intersections entre la littérature, les plantes et les migrations nous réfléchirons sur l’écriture des végétaux à travers le temps et des traditions littéraires. 

Au programme : des lectures des textes, des discussions, de la musique et des moments de partage autour des plantes et des migrations en récits.

Continuer la lecture de Plantes et Migrations en récits

Les jardins informels de Tanger, lieu de transmission

Mission du 21 avril au 1er mai 2019
Retour d’enquête

Par Eugénie Denarnaud

J’ai choisi de mener mon sixième terrain de thèse dans les interstices non-encore affectés à la fabrique urbaine de la ville de Tanger, dans le nord Maroc. À ce travail s’adjoint celui de réaliser une série de photographies qui sont dans le corpus de ma recherche qui croise les champs disciplinaires de la géographie, de l’anthropologie du paysage et de l’art. C’est en cela qu’il s’intègre à la démarche générale du projet Exorigins.

Pour cette recherche en sciences du paysage menée au Laboratoire de recherche en paysage (École Nationale Supérieure de Paysage), je centre mon observation sur des jardins qui sont cultivés dans les interstices des quartiers périphériques, par des familles habitant à proximité. Ils sont informels, de petite taille, environ vingt mètres carrés et cultivés en pleine terre. Ils regroupent un certain nombre de plantes familières aux jardiniers citadins dans leur vie quotidienne : menthe verte, rouge et dite « des gnaouas », légumes feuilles type blettes, cardes, artichaut, épinards, mâche, coriandre, persil, des arbres fruitiers  : orangers amers, clémentiniers, figuiers, pêchers, poiriers, grenadiers, oliviers, des plantes rituelles ou médicinales : laurier noble, menthe pouliot, fausse ambroisie …

Continuer la lecture de Les jardins informels de Tanger, lieu de transmission

Les légumes-feuilles dits “indigènes” au Kenya

Mission du 19 février au 03 mars 2019  
Retour d’enquête

Par Claire Médard

Comment le retour aux légumes-feuilles dits « indigènes », dans les villes du Kenya, contribue-t-il à l’expansion d’un secteur économique qui, par rétroaction, participe à mettre fin à des pratiques plus anciennes de production/cueillette et de consommation d’une grande variété de fanes ou de feuilles comestibles* ?

Exemples de légumes-feuilles consommés au Kenya:
Lidodo (espèce de la famille des amarantes)
Murenda (espèce de la famille des jutes)

Continuer la lecture de Les légumes-feuilles dits “indigènes” au Kenya

Échanges d’expériences à l’arboretum de Versailles-Chèvreloup

Mardi 4 juin 2019

A l’occasion d’une visite du domaine de Chèvreloup, quatre projets scientifiques menés au Muséum National d’Histoire Naturelle (dont Exorigins) ont dialogué autour des enjeux de conservation et de diversité biologique et culturelle. La Direction des Jardins Botaniques du Muséum appuie plusieurs projets scientifiques portés par ses unités de recherche, dont l’UMR 208 PALOC, co-porteuse du projet Exorigins. Certains projets se déploient sur des parcelles du Jardin des Plantes, comme c’est le cas du Jardin des Altérités.

Continuer la lecture de Échanges d’expériences à l’arboretum de Versailles-Chèvreloup