Archives par mot-clé : Eugénie Denarnaud

Lancement du livre Les Migrations des plantes (2 mars 2024)

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soirée de lancement du livre Les Migrations des plantes (mars 2024, Manuella Éditions), qui se tiendra le 2 mars prochain à 18h à la librairie Petite Egypte (Paris, 2e), en présence de Jacques Tassin

Le livre émane des journées universitaires et artistiques de juin 2022. Il a été soutenu financièrement par le projet Exorigins. Il compte avec les contributions de quatre membres de l’équipe (Liliana Motta, Eugénie Denarnaud, Bronwyn Louw, Marion Grange).

Présentation : Arrimé au sol par ses racines, le monde végétal semble
constituer au sein du vivant le règne de l’immobilité. Pourtant, les plantes aussi se déplacent. Textes scientifiques et critiques, entretiens, poèmes, enquêtes et photographies entrent ici en conversation pour interroger les modalités de leurs migrations, en dehors des rejets que provoquent parfois les plantes dites « invasives », miroirs de nos peurs et de nos saccages.
Suivre le végétal dans ses voyages invite à conjuguer
l’émerveillement face à l’inventivité et la puissance de résistance des plantes migrantes et le trouble induit par les ambiguïtés (post-)coloniales de la transplantation des vivants. Les plantes vagabondes ouvrent encore notre attention aux friches et aux bords de routes : elles appellent une approche paysagère des brassages planétaires et
suscitent des pratiques indisciplinées de la recherche, du jardinage et des arts.
Appréhender les plantes par la migration, c’est alors embarquer dans l’histoire plus vaste des transmigrations terrestres, pour rappeler que la migration est la condition partagée des vivants et une force créatrice de milieux et de mondes.
Les manières que nous avons d’appréhender ces mouvements végétaux font éclater au grand jour des enjeux esthétiques, éthiques et politiques, articulés autour de quatre axes : modalités, indisciplines végétales, ambiguïtés coloniales et postcoloniales et enfin sympoïèses*.

L’adresse du livre est plurielle : lecteurs et lectrices sensibles aux mondes académiques, artistiques et du jardin.

Avec les textes de : Judith Bastie · Bastien Beaufort · Jean-Marc Besse · Sacha Bourgeois-Gironde · Gilles Clément · Emanuele Coccia · Francesca Cozzolino · Eugénie Denarnaud · Matthieu Duperrex · Isaline Dupond Jacquemart · Claire Dutrait · Marine Fauché · Ralph Samuel Grossmann ·
Jamie Herd · Sophie Krier · Marielle Macé · Marine Mane · Liliana Motta · Arnaud Orain · Jeanne Peylet-Frisch · Isabelle Rabault-Mazières · Bénédicte Ramade · Marianne Roussier du Lac · Zoë Skoulding · Jacques Tassin · Thierry Thévenin · Clément Verger


De l’Altérité des Plantes et des Humains. Circulations globales et (ré)appropriations locales /// 12 & 13 octobre 2023

 Colloque final du projet EXORIGINS 
 Parc Floral de Paris
> Pavillon 1 
Colloque en mode hybride (présentiel et à distance)

Le lien d'accès en visioconférence sera communiqué par e-mail aux inscrits la veille du colloque

***
Inscription avant le 07 octobre 2023
***

***

Les végétaux – sous forme de graines, de fruits, de plants – ont de tous temps voyagé au gré des circulations des différents collectifs du vivant, parmi lesquels les sociétés humaines. La dissémination des végétaux autour du monde par les humains a souvent accompagné les conquêtes – militaires, religieuses, économiques et à visées coloniales. Elle a même souvent été encouragée par des politiques d’accaparement des savoirs et des savoir-faire techniques, à l’exemple de celles qui sont à l’origine des grandes explorations naturalistes réalisées par les puissances coloniales. Les sociétés d’accueil de ces végétaux se les sont appropriés et ont créé, à leur tour, de nouveaux discours, et mis au point de nouvelles techniques pour les façonner à leur image. De fait, les patrimoines culinaires et paysagers que nous connaissons aujourd’hui sont le résultat de ces circulations végétales intensives. Cette mise en ordre du monde végétal par les sociétés d’accueil s’est accompagnée d’un traitement cognitif des Autres et des Ailleurs, c’est-à-dire de production d’altérités.

Continuer la lecture de De l’Altérité des Plantes et des Humains. Circulations globales et (ré)appropriations locales /// 12 & 13 octobre 2023

Champs d’herbes et jardins du quotidien

Missions 2022
Retour d’enquête en Île-de-France

Par Eugénie Denarnaud

Chaque semaine, le marché prends place boulevard de Belleville au bas de la rue de Ménilmontant dans le 20ème arrondissement de Paris. De part et d’autre de la chaussée des étals se mettent en place dès l’aube jusque treize heures : vendeurs de vêtements, de toutes sortes d’objets, d’édredons et de couvertures en polaires à motifs de panthère et tournesols ; poissonniers, maraîchers, primeurs, boucheries, volaillers, fromagers, vente de pain, d’épicerie, de churros, de pastels, d’acras… Les produits qu’on y trouve racontent un ensemble de trajectoires. À eux seuls, un morceau du monde éclot dans les marchés parisiens et particulièrement dans le nord-est de la ville. Les denrées viennent à la fois de contrées lointaines pour les fruits secs, les olives, le thé, le sucre, les céréales et toutes sortes de condiments et de produits d’épiceries. Elles sont aussi issues du marché d’intérêt national de Rungis, importés d’Espagne, d’Italie, de Hollande principalement pour l’Europe, ou, du nord de l’Afrique (Maroc, Tunisie, Côte d’Ivoire), de l’Amérique du Sud, du Nord, d’Asie pour le reste du monde. D’autres étals vendent directement des produits du producteur au consommateur et sont locaux (œufs, fromages, fruits et légumes). Certains vendeurs proposent des herbes condimentaires (persil plat, coriandre, livèche, origan), des légumes feuilles (artichauts, blettes, épinard, navets jeunes avec leurs fanes, pourpier, mauve, radis, betterave rouge), et des herbes pour faire thés et infusions (menthe verte, verveine, armoise absinthe, menthe pouliot, marjolaine). C’est en découvrant ce type d’étals uniquement composé de bouquets d’herbes fraîches et de feuilles, dont la composition me renvoie à un panel de plantes rencontrées dans mes recherches dans la région nord du Maroc, que j’ai commencé à investiguer en région parisienne.

Continuer la lecture de Champs d’herbes et jardins du quotidien

Journée d’étude “Les migrations des plantes” 24-25 juin 2022

Rencontres universitaires et artistiques
organisées par le CRAL/EHESS, en partenariat avec le Théâtre du Parc

24-25 juin 2022 – Théâtre du Parc (Parc Floral de Paris)

« Et pourtant, elles migrent ! Les migrations des plantes : modalités, ambivalences, enjeux. » 

Bronwyn Louw et Marion Grange, doctorantes à l’EHESS (CRAL – UMR 8566) et membres du projet EXORIGINS, organisent des rencontres universitaires et artistiques, en plein cœur du Parc floral de Paris, et parrainées par le philosophe-jardinier Gilles Clément.
Ces journées, pleinement interdisciplinaires, embarquent l’université au théâtre – et au jardin ! – et ont à cœur de brasser les mondes : monde universitaire et grand public ; sciences, sciences humaines et sociales, monde des arts et de la scène. Au programme : des communications, des discussions, des lectures, des photographies, des poèmes, des performances…

télécharger le PROGRAMME

Avec la participation de Bastien Beaufort, Sacha Bourgeois-Gironde, Emanuele Coccia, Eugénie Denarnaud, Matthieu Duperrex, Isaline Dupond Jacquemart, Claire Dutrait, Marine Fauché, Ralph Samuel Grossmann, Jamie Herd, Lou Kermarrec, Marine Mane, Arnaud Orain, Jeanne Peylet-Frisch, Isabelle Rabault-Mazières, Bénédicte Ramade, Marianne Roussier, Zoë Skoulding, Jacques Tassin, Thierry Thévenin, Clément Verger, et le concours de Gonzalo Campo, Lénaïg Cariou, Florence Goguel, Daniela Labbé Cabrera, et Cécile Mont-Reynaud.

Pour plus de détails sur l’événement, rendez-vous ici.
Réservation conseillée à ce lien
(la réservation permet de ne pas payer l’entrée du Parc Floral).

Une buvette à participation libre et des restaurants situés à proximité vous permettront de vous restaurer les vendredi et samedi midis.  
Nous espérons vous y retrouver nombreuses et nombreux !

Crédit photo : © Eugénie Denarnaud, ADAGP – Droits réservés – Série Écosystème de la route, 2013.

Journée d’étude Jardins en Migrations / 23 mai 2022

L’équipe EXORIGINS (Centre Alexandre Koyré ; Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales ; PALOC) et Mondes Américains sont heureux de vous inviter lundi 23 mai 2022 à une journée d’études “Jardins en Migrations“, consacrée aux travaux de la sociologue Pierrette Hondagneu Sotelo, professeure à University of Southern California et actuellement accueillie à l’EHESS.

Conférence inaugurale (10h15): Almost Paradise: Sustaining Immigrant Life in Urban Community Gardens

Résumé : This lecture draws on research included in my book Paradise Transplanted: Migration and the Making of California Gardens (2014) and also from research I conducted more recently at two large urban community gardens in Watts, which will be included in the forthcoming book. In this lecture, I cover the development of urban community gardens, and focus on important dynamics occurring in immigrant community gardens located in poor urban neighborhoods. These are sites of homeland re-creations and recreation, places of cultural affirmation and belonging where people come together to improvise solutions to everyday problems. In the past, community gardens in poor, marginalized urban l neighborhoods were often threatened with demolition, but now many of these are supported and protected by agreements with municipal authorities, land trusts and NGOs. With the infrastructural support, however, new difficulties of democracy emerge, and I explore these tensions and trade-offs.

La conférence sera suivie d’un buffet déjeunatoire, puis l’après-midi sera consacré à une visite du Jardin des Altérités, jardin créé par l’équipe EXORIGINS en partenariat avec l’artiste Liliana Motta, puis à une table-ronde. Nous vous attendons nombreux !

Le Jardin « porte-paysage » : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc)

Thèse de Doctorat en Sciences du Paysage, soutenue par Eugénie Denarnaud le 11 septembre 2020.

Résumé :

L’objet de la recherche est l’étude de jardins informels, nés dans un phénomène urbain massif, initié en l’an 2000. Une étude critique du paysage local, menée par l’observation ethnobotanique, géographique et paysagère d’actions jardinières potentiellement coercitives, est conduite dans le contexte actuel de planification urbaine. À certains égards, les Tangérois sont des marcheurs, des arpenteurs, des connaisseurs de leur environnement. Ils tirent une interaction positive avec leur milieu dans un contexte métropolitain : connaissance des fleurs ; des résines ; des abeilles ; des animaux sauvages ; des phénomènes météorologiques et géologiques. Autant d’éléments hétérogènes qui entrent dans ce qu’on peut nommer le paysage. Cette particularité tangéroise a permis d’explorer le fait urbain sous deux angles. Celui de la cité séculaire sans cesse réinventée dans son territoire. Et celui de la ville comme reflet contemporain de la modernité.

Thèse et missions de terrain soutenues par le programme Émergence(s) ville de Paris (projet Exorigins), les fondations Eve Marre et Casa Proal, le Mécénat de la caisse des dépôts et consignations.

Soutenances des étudiants de l’équipe Exorigins

Trois étudiants de l’équipe Exorigins ont soutenu leur travaux de fin d’étude au mois de septembre 2020.

  • Fanny Blaizot a soutenu son mémoire d’étape de Master 1 Migrations, Racisme et Altérités, à l’Université de Paris, le 4 septembre 2020, sous le tutorat de Emilie Stoll.
    Titre du travail : Stéréotypes, discriminations et formes de luttes dans différentescommunautés chinoises à Paris.
  • Eugénie Denarnaud a soutenu sa thèse de Doctorat à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, le 11 septembre 2020, sous la codirection de Vincent Piveteau et Romain Simenel.
    Titre de la thèse : Le Jardin “porte-paysage” : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc).
    Lire le résumé : ici.
  • Léo Truglia a soutenu son mémoire d’Ingénierie des espaces végétalisés urbains, à AgroParisTech, le 30 septembre 2020, sous la codirection de Christine Aubry, Pauline Sy, Emilie Stoll et Pierre Morand.
    Titre du mémoire : Etude des savoirs et pratiques culinaires des habitants de Bondy et évaluation de la pertinence à mettre en place une filière de production de fruits et légumes notamment “exotiques” dans et pour la ville

Pistes et indices à Tanger. Séquence de glanage dans une traversée de la ville

Eugénie Denarnaud vous invite à venir assister, samedi 14 mars 2020, à une rencontre autour du thème de la marche à laquelle elle participe et où elle traquera au FRAC PACA (Fonds Régional d’Art Contemporain Provence Alpes Côte d’Azur) :  Pistes et indices à Tanger. Séquence de glanage dans une traversée de la ville.
 
Elle s’intègre aux rencontres La marche catalyse de l’art et du savoir qui aura lieu les vendredi 13 et samedi 14 mars 2020 à Marseille.
 
Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre de l’exposition Démarches Des Marches, commissaire Guillaume Monsaingeon, au Frac PACA.
 
Au plaisir de vous croiser en chemin.

Vidéos du Workshop de présentation de l’équipe EXORIGINS

Retrouvez les vidéos des présentations des chercheurs de l’équipe EXORIGINS réalisées lors du Workshop du 28 mars 2019, au Muséum National d’Histoire Naturelle – Jardin des Plantes de Paris.

INTRODUCTION

Titre : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des Parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d’imaginaires

Emilie Stoll, anthropologue au CNRS (laboratoire Urmis), porteuse du projet

Titre : L’équipe Exorigins et ses partenaires muséaux

Arnaud Dubois, anthropologue au CNAM (laboratoire HT2S)

PARTIE 1 CIRCULATION DES VÉGÉTAUX DANS LE MONDE : LES TERRAINS DES CHERCHEURS

Titre : Le cédrat dans l’Anti-Atlas marocain

Romain Simenel, anthropologue à l’IRD (laboratoire Paloc) Continuer la lecture de Vidéos du Workshop de présentation de l’équipe EXORIGINS

Les jardins informels de Tanger, lieu de transmission

Mission du 21 avril au 1er mai 2019
Retour d’enquête

Par Eugénie Denarnaud

J’ai choisi de mener mon sixième terrain de thèse dans les interstices non-encore affectés à la fabrique urbaine de la ville de Tanger, dans le nord Maroc. À ce travail s’adjoint celui de réaliser une série de photographies qui sont dans le corpus de ma recherche qui croise les champs disciplinaires de la géographie, de l’anthropologie du paysage et de l’art. C’est en cela qu’il s’intègre à la démarche générale du projet Exorigins.

Pour cette recherche en sciences du paysage menée au Laboratoire de recherche en paysage (École Nationale Supérieure de Paysage), je centre mon observation sur des jardins qui sont cultivés dans les interstices des quartiers périphériques, par des familles habitant à proximité. Ils sont informels, de petite taille, environ vingt mètres carrés et cultivés en pleine terre. Ils regroupent un certain nombre de plantes familières aux jardiniers citadins dans leur vie quotidienne : menthe verte, rouge et dite « des gnaouas », légumes feuilles type blettes, cardes, artichaut, épinards, mâche, coriandre, persil, des arbres fruitiers  : orangers amers, clémentiniers, figuiers, pêchers, poiriers, grenadiers, oliviers, des plantes rituelles ou médicinales : laurier noble, menthe pouliot, fausse ambroisie …

Continuer la lecture de Les jardins informels de Tanger, lieu de transmission