Archives par mot-clé : Emilie Stoll

Journée d’étude Jardins en Migrations / 23 mai 2022

L’équipe EXORIGINS (Centre Alexandre Koyré ; Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales ; PALOC) et Mondes Américains sont heureux de vous inviter lundi 23 mai 2022 à une journée d’études “Jardins en Migrations“, consacrée aux travaux de la sociologue Pierrette Hondagneu Sotelo, professeure à University of Southern California et actuellement accueillie à l’EHESS.

Conférence inaugurale (10h15): Almost Paradise: Sustaining Immigrant Life in Urban Community Gardens

Résumé : This lecture draws on research included in my book Paradise Transplanted: Migration and the Making of California Gardens (2014) and also from research I conducted more recently at two large urban community gardens in Watts, which will be included in the forthcoming book. In this lecture, I cover the development of urban community gardens, and focus on important dynamics occurring in immigrant community gardens located in poor urban neighborhoods. These are sites of homeland re-creations and recreation, places of cultural affirmation and belonging where people come together to improvise solutions to everyday problems. In the past, community gardens in poor, marginalized urban l neighborhoods were often threatened with demolition, but now many of these are supported and protected by agreements with municipal authorities, land trusts and NGOs. With the infrastructural support, however, new difficulties of democracy emerge, and I explore these tensions and trade-offs.

La conférence sera suivie d’un buffet déjeunatoire, puis l’après-midi sera consacré à une visite du Jardin des Altérités, jardin créé par l’équipe EXORIGINS en partenariat avec l’artiste Liliana Motta, puis à une table-ronde. Nous vous attendons nombreux !

18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Colloque CIST2020 “Population, temps, territoires”

L’équipe EXORIGINS sera présente au colloque virtuel 2020 du CIST et coordonnera un panel, le 18 novembre 2020, de 13h30 à 18h.

Intitulé “Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux“, le panel P est coordonné par Irène Dos Santos (CNRS/Urmis), Laure Emperaire (IRD/Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS/CAK), Romain Simenel (IRD/Paloc) et Emilie Stoll (CNRS/LC2S).

Le colloque aura lieu intégralement à distance. Pour y participer, il est possible de s’inscrire ici.

Résumé de la session P :
Cette session propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les proces-sus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques où des végétaux ont été emportés par des individus dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la reformulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les humains qui suivent la trajectoire – économique et sociale, parfois géographique – des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Nous pensons ici à l’exploitation commerciale (boom du caoutchouc, du café, du jute, etc.) ou médicinale (par exemple le quinquina Cinchona officinalis, cf. Boumediene, 2016) de certaines espèces pendant et après la période coloniale.Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :1. Sociétés et territoires au miroir du végétal : requalification des personnes, des végétaux, des territoires ;2. Planter ses racines : diversité bio-culturelle et ancrage aux lieux dans les pratiques de jardinage ;3. Planter pour dominer : « plantes utiles » et maîtrise territoriale en contexte colonial et post-colonial.

Continuer la lecture de 18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Faire sa place et faire “famille” dans les villages de basse Amazonie (Brésil)

Rôle de la socialisation enfantine dans les dynamiques familiales de transmission

Auteurs : Emilie STOLL et Chantal MEDAETS
Revue : AnthropoChildren, vol. 8, 2020.

Télécharger l’article : ici.

Résumé:
Comment se définissent les contours de la famille de basse Amazonie riveraine, au Brésil ? Quelles modalités d’apprentissage informent ces dynamiques ? Dans cet article, nous mettons en regard deux processus de transmission qui obéissent à une logique d’exclusion: la transmission de savoirs et savoir-­faire et la transmission de la terre. À l’âge adulte, la transmission inégalitaire de la terre engendre des conflits entre germains et modifie le périmètre de ce que les personnes de la région considèrent comme «la famille»; pendant l’enfance,l’exclusion de ceux qui ne maîtrisent pas tel ou tel savoir-­faire les obligent à devenir des «chasseurs de savoir» et à se débrouiller seul pour apprendre. Les conflits et rivalités que l’on observe à l’âge adulte autour des questions d’héritage prolongent cet ordinaire enfantin où prévaut le «chacun pour soi», sur fond de relations interpersonnelles âpres, y compris à l’intérieur de la famille.

Les auteures remercient le projet Exorigins qui a co-financé une mission de terrain pour la réalisation de ce travail sur les inégalités de traitement au sein des familles métisses en Amazonie.