Archives par mot-clé : caoutchouc

Sur la matérialité de la période de l’hévéa, au Brésil

Article de Tiago Muniz, post-doctorant du projet Exorigins, paru dans la revue brésilienne Revista de Arqueologia (vol. 14, n. 1, mai-août 2023), au sein de la rubrique “Résumés de thèses et mémoires de mastère”. La thèse a été soutenue en 2022 à l’Université Fédérale du Para (Brésil).

Résumé :

Cette thèse de doctorat propose d’utiliser le concept de matérialité de la période hévéa à partir de l’étude des événements historiques, des matériaux et des rapports liés aux usages du caoutchouc et à la trajectoire des graines de caoutchouc de la Basse Amazonie.

En 1876, Henry A. Wickham vendait 70 000 graines d’hévéa récoltées à Santarém (Pará) au Royal Botanical Garden (Londres), également appelé Kew Gardens. À partir des graines germées, l’espèce Hevea brasiliensis a été introduite à Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka), étant alors largement cultivée en Asie du Sud Est et faisant s’effondrer l’économie de la gomme élastique au Brésil. Les produits en caoutchouc, comme les gants, les raquettes, les pneus et les articles industriels, au tournant du 20e siècle, ont façonné le monde en ce qu’on pourrait appeler « moderne ». En ce sens, il est possible d’affirmer que les notions d’asepsie et de globalisation ont émergé sous la production de matériaux en caoutchouc. Cependant, l’endroit où les graines d’hévéas indigènes ont été récoltées a été depuis délaissé, plus précisément le village de Boim (situé dans la réserve extractiviste Tapajós Arapiuns), où une enquête de terrain a été menée.

Lire la suite de l’article ici.

Materiality of Rubber: An Emerging Past from the Brazilian Amazon that Entangled the World

Article de Tiago Muniz publié dans la revue International Journal of Historical Archaeology.

Résumé : This article analyzes the history of the natural rubber industry in the Brazilian Amazon, including the colonialist involvement of the British Empire and the industrial heritage of rubber. It provides an overview of the natural rubber species, tapping and extraction systems, and the establishment of rubber plantations that entangled and modernized the world. The present article considers the role of actants and entanglements between human and non-human agencies in the forest as coproducers of knowledge and resistance. In conclusion, the wide variety of works and approaches on the archaeology of rubber and its industrial heritage is presented and offers perspectives for new debates.

Lien vers l’article.

The struggle for natural rubber  

 or how its local processes and global stories moved (around) the world

Participation de Tiago Muniz à la Journée des Jeunes Chercheurs du Centre Alexandre-Koyré, les 11 et 12 mai 2023.

Résumé :

The rubber case is probably the best example of botanical colonialism in global history. During the 19th century, it became massively common to acquire other country’s flora. In 1876, Sir Henry Wickham shipped 70.000 Hevea brasiliensis seeds from the Lower Amazon (Para State, Brazil) to Kew Gardens, the Royal Botanical Gardens in London. Rubber plantations were very profitable investements worldwide – with different lactescent species and actors involved. The high demand for rubber items for the industry (gaskets, personal proctetive equipement and tires) and medicine (surgical gloves) made the economy in Brazil grow. But that boom was faded to collapse as the southeastern asia plantations entered the global market. So, by the end of the rubber boom (1850-1920) the rubber tappers and entire villages were left behind at the Amazon – and yet we can see these fading tales of nature domination in the landscape. In pursue of historical records, museological discourses and materiality debates this research aims to identify rubber types, enterprises and historical characteres that played an important role in the colonial circulation of plants and knowledge around the globe – with special fous in comparing the British and French empires’ efforts in the struggle for rubber. Follow the rubber path, from the Amazon to Europe and so on Asia, this project aims to collaborate with many research centers worldwide. After its first phase analyzing collections in Europe, the project aims to go back to fieldwork at the very same place where Sir Wickham collected the rubber seeds and document elder practices, techniques systems, environmental perceptions and amazonian knowledge. Finally, the expected outputs are to contribute to the history of science and technology, global south debates in globalization  and the materialities of rubber within the environmental hummanities approach.

Keywords: Ethnology of nature and envinronment, Technologies and techniques, Plantations and plantionocene, Entanglements and non-humans, Globalization and commodities, Amazon/Asia.

A corrida pela borracha natural ou como processos locais e histórias globais moveram o mundo

Participation de Tiago Muniz au Coloquio Paisajes americanos @Compostela2023, lors de 2e assemblée européenne d’Archéologie des Amériques, du 19 au 21 avril 2023.

Résumé de sa présentation :

O caso da borracha é provavelmente o melhor exemplo de colonialismo botânico na história mundial. Durante o século XIX, tornou-se cada vez mais comum adquirir espécies de outros territórios dada a intensa circulação de itens entre as metrópoles e colônias. Em 1876, o inglês Sir Henry Wickham enviou 70.000 sementes de Hevea brasiliensis do Baixo Amazonas (Pará, Brasil) para os Jardins Botânicos Reais de Kew (Londres, Reino Unido). A partir dessa transferência de sementes, o monopólio da produção de borracha na Amazônia foi ameaçado por uma série de inovações técnológicas subsequentes, incluindo a criação de novas plantas, organização de plantations, padronização de técnicas de corte e organização do trabalho. Com efeito, as plantações de borracha se tornaram investimentos lucrativos em todo o mundo, com diferentes espécies e atores envolvidos. A alta demanda por itens de borracha para a indústria (vedações para motores, equipamentos de proteção pessoal e pneus) e medicina (luvas cirúrgicas) fez com que a corrida pela borracha aumentasse cada vez mais. O declínio da economia da borracha no Brasil (1850-1920) impactou seringueiros e povoados inteiros que foram deixados para trás – e ainda podemos ler essas histórias de dominação da natureza persistentes na paisagem. A presente pesquisa visa identificar, de maneira ampla, os tipos de borracha, empresas e personagens históricos que desempenharam um papel importante na circulação colonial de plantas e conhecimentos ao redor do mundo, com foco especial na comparação dos esforços dos impérios britânico e francês na luta pela borracha. Dessa maneira, os debates aqui suscitados versam sobre a história da ciência e tecnologia, papel do sul global, commodities, globalização e as materialidades da borracha e humanidades ambientais. Através de uma arqueologia da borracha é possível ainda estimular visão crítica dos impactos das commodities na Amazônia e no mundo, levando em conta as percepções do ambiente em comunidades impactadas por essa indústria e como se relacionam com esse patrimônio industrial. Por fim, ao analisar as evidências materiais da produção e circulação de borracha, é possivel melhor compreender as situações dos trabalhadores e os contextos em que a borracha foi produzida e comercializada, onde se destacam impactos ambientais e crimes contra a humanidade.

Palavras-chave: antropologia histórica, arqueologida do presente, arqueologia da técnica, antropologia da globalização, Amazônia.

Appel à communications EAA : THE MATERIAL HISTORY OF MODERNITY

L’équipe EXORIGINS sera présente au 29th European Association of Archaeologists Annual Meeting, à Belfast, du 30 août au 2 septembre 2023. L’appel à communication est ouvert et vous pouvez soumettre votre proposition pour la session 687, intitulée “Historical Archaeology or the material History of the Modernity: Experiencing landscapes around the four corners of the world“. Elle sera coordonnée par notre post-doctorant Tiago Muniz. Continuer la lecture de Appel à communications EAA : THE MATERIAL HISTORY OF MODERNITY

Caoutchouc: archéologie historique en Amazonie

Conférence de Tiago Muniz à l’Université Fédérale du Para (Amazonie brésilienne) le 17 janvier 2023.

Résumé:

Cette conférence vise à discuter de l’importance de l’archéologie brésilienne et amazonienne en approfondissant la recherche sur le passé récent, avec un accent particulier sur la transition entre les XVIIIe-XIXe et XIXe-XXe siècles, en Basse Amazonie. Nous pouvons appréhender les objets comme un texte – par exemple: une bouteille – et ainsi découvrir des indices sur les lieux de leur production, la date à laquelle ils ont été produits, les possibles formes d’arriver là où ils se trouvent, les acteurs impliquées, les utilisations et possibles réutilisations, le type d’alimentation, le coût de la vie, c’est-à-dire une série de questionnements à partir desquelles l’analyse archéologique peut démontrer la dynamique sociale du lieu grâce à la culture matérielle de ses occupants. J’aborderai ainsi des thèmes tels que les villages autochtones multiethniques, l’arrivée d’Africains réduits en esclavage, les dynamiques sociales et le rôle des “drogues du sertão” (produits destinés à l’exportation vers l’Europe, collectés en forêt amazonienne par les Indiens captifs : clou de girofle, vanille, guarana, cacao, noix du brésil, etc.) dans le contexte de l’expansion de la domination coloniale portugaise. Puis, pour la période suivante, je montrerai comment le boom du caoutchouc (1850-1920) a contribué à la construction des plus grandes villes amazoniennes (au Brésil: Manaus, Belém) et à la modernisation mondiale. Mais avec la perte du monopole brésilien sur la production mondiale de caoutchouc naturel, de nombreux lieux d’extraction de latex ont été abandonnés et peuvent aujourd’hui être considérés comme des « villes fantômes », à l’image de Fordlandia. Actuellement, Tiago Muniz mène des recherches postdoctorales au Centre Alexandre Koyré sur la migration des plantes, les savoirs associés au caoutchouc naturel et son appropriation à Paris.

18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Colloque CIST2020 “Population, temps, territoires”

L’équipe EXORIGINS sera présente au colloque virtuel 2020 du CIST et coordonnera un panel, le 18 novembre 2020, de 13h30 à 18h.

Intitulé “Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux“, le panel P est coordonné par Irène Dos Santos (CNRS/Urmis), Laure Emperaire (IRD/Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS/CAK), Romain Simenel (IRD/Paloc) et Emilie Stoll (CNRS/LC2S).

Le colloque aura lieu intégralement à distance. Pour y participer, il est possible de s’inscrire ici.

Résumé de la session P :
Cette session propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les proces-sus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques où des végétaux ont été emportés par des individus dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la reformulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les humains qui suivent la trajectoire – économique et sociale, parfois géographique – des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Nous pensons ici à l’exploitation commerciale (boom du caoutchouc, du café, du jute, etc.) ou médicinale (par exemple le quinquina Cinchona officinalis, cf. Boumediene, 2016) de certaines espèces pendant et après la période coloniale.Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :1. Sociétés et territoires au miroir du végétal : requalification des personnes, des végétaux, des territoires ;2. Planter ses racines : diversité bio-culturelle et ancrage aux lieux dans les pratiques de jardinage ;3. Planter pour dominer : « plantes utiles » et maîtrise territoriale en contexte colonial et post-colonial.

Continuer la lecture de 18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)

Mission du 15 au 30 octobre 2019
Retour d’enquête

Par Emilie Stoll

L’hévéa : une plante voyageuse par excellence

L’hévéa (arbre à caoutchouc) est une plante endémique de la région amazonienne (Brésil, Bolivie, Pérou, Guyanes). Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, ses graines ont été disséminées et plantées sur quatre continents (Amérique du Sud, Europe, Asie, Afrique), ayant des effets sociétaux des plus importants. C’est cette histoire que nous allons raconter…

***

En 1743, lorsque le naturaliste Charles-Marie de La Condamine observe, pour la première fois, des arbres producteurs d’une gomme modelable, ceux-ci sont présents à l’état sauvage dans la forêt amazonienne. Les populations amérindiennes locales utilisent la gomme pour fabriquer des boules (ancêtre du ballon de foot) et des protections pour les pieds (ancêtre des bottes).

À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, les naturalistes identifient plusieurs espèces d’arbres à caoutchouc, dont hevea brasiliensis est la plus connue. Des inventions comme la gomme qui efface le graphite, les vêtements imperméables ou les bottes, montrent le fort potentiel de cette nouvelle matière. En 1839, un américain (Charles Goodyear) et un britannique (Thomas Hancock) découvrent simultanément le procédé de vulcanisation qui permet à la gomme de conserver son élasticité après avoir séchée. Dès lors, le caoutchouc peut être utilisé à grande échelle pour la fabrication de pneus, de matériel médical, etc. La demande mondiale explose.

Le cours de l’hévéa prend de la valeur et, pour suppléer les marchés, les brésiliens commencent à le planter.

Hévéas plantés dans le bas-Amazone (rivière Arapiuns, 2012).

C’est ici qu’intervient la « légende d’un rapt botanique » de l’hévéa (Astafieff, 2018, p. 92) : le britannique Henry Wickam se rend dans la région du bas-Amazone et se procure près de 74000 graines d’hevea brasiliensis qu’il expédie par bateau en Angleterre. À Londres, ces graines sont plantées dans le jardin botanique de Kew où elles sont acclimatées. Les britanniques se disent alors que s’ils maitrisaient la chaîne de production du caoutchouc, ils pourraient s’approvisionner à moindre coût. Les plant de Kew sont mis en terre dans leurs colonies d’Asie, principalement en Malaisie et à Ceylan.  Cette opération est une réussite : non seulement ils s’autonomisent de l’offre brésilienne, mais, à partir des années 1910, les arbres asiatiques ont atteint leur maturité et produisent à meilleur rendement que ceux du Brésil. L’offre asiatique provoque l’effondrement de l’industrie du caoutchouc brésilienne.

Continuer la lecture de Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)