Archives par mot-clé : Bronwyn Louw

Colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire

Vendredi 24 mai 2024 à 11h20, Bronwyn Louw évoquera le livre Les Migrations des plantes dans la communication “Et Pourtant, elles migrent ! Les plantes au sein des transmigrations terrestres” lors du colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire organisé par Delphine David, Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin à l’Université Paris-Cité. 

Pour plus d’informations : https://iutparis-seine.u-paris.fr/calendar/ Entrée libre sans inscription obligatoire.

Résumé : Pour penser les migrations végétales, le livre Les Migrations des plantes (Manuella, 2024) se propose de partir du paradoxe que présente le mouvement de ce qui nous semble le plus enraciné, le mieux arrimé au sol : les plantes.  Toute une constellation contemporaine de mots rend compte de la mobilité végétale : le voyage, le brassage, la métamorphose, les plantes vagabondes ou les plantes du chaos… Mais on souhaite plus particulièrement, dans le prolongement d’un certain nombre de propositions contemporaines, mettre en avant le mot de migration. Pourquoi ce choix ? Évidemment, les plantes ne migrent pas de la même manière que les humains, les oiseaux, les rennes ou les saumons. La valeur du mot migration est plutôt dans les imaginaires politiques qu’il charrie. Il vient soutenir des travaux qui s’essayent à penser la migration à l’échelle des transmigrations terrestres pour susciter d’autres imaginaires migratoires : il est solidaire d’une représentation non-fixiste du vivant, qui soutient que la migration est une loi primordiale de la vie, qu’il n’y a pas de vie sans déplacement. Le mot migration permet enfin encore d’enquêter et d’alerter sur les inquiétants points de contact entre xénophobie et bioxénophobie, puisque humains et plantes venues d’ailleurs suscitent souvent les mêmes mots, les mêmes peurs, les mêmes rejets. Il s’agit d’interroger la manière dont les compréhensions contemporaines les plus répandues des migrations végétales sont sous-tendues par des métaphores guerrières, virales ou xénophobes, mais aussi de rendre compte d’un travail du langage et des images, engagé notamment par Jacques Tassin, Gilles Clément, Liliana Motta, ou encore Bénédicte Ramade, pour nourrir un autre imaginaire poétique et politique des plantes migrantes. 

Présentation du livre Les Migrations des Plantes à Grenoble – 22 mai 2024

Marion Grange et Bronwyn Louw vous convient mercredi 22 mai prochain, à 19h à la librairie Le Square de Grenoble, où elle  présenteront le livre Les Migrations des Plantes, qui paraît chez les éditions Manuella avec le soutien d’Exorigins. Elles y proposent une approche scientifique, décoloniale, paysagère et artistique des migrations végétales, et, à travers elles, une réflexion plus vaste sur les transmigrations terrestres.

Préfacé par Gilles Clément et postfacé par Marielle Macé et Jean-Marc Besse, ce livre choral s’est fait avec Judith Bastie, Bastien Beaufort, Sacha Bourgeois-Gironde, Emanuele Coccia, Francesca Cozzolino, Eugénie Denarnaud, Matthieu Duperrex, Isaline Dupond Jacquemart, Clair Dutrait, Marine Fauché, Ralph Samuel Grossmann, Jamie Herd, Sophie Krier, Marine Mane, Liliana Motta, Arnaud Orain, Jeanne Peylet-Frisch, Isabelle Rabault-Mazières, Bénédicte Ramade, Marianne Roussier du Lac, Zoë Skoulding, Jacques Tassin, Thierry Thévenin, et Clément Verger.

Plus d’infos sur le livre et les éditions Manuela ici
Entrée dans la limite des places disponibles, réservation conseillée 1 semaine avant la rencontre: sur place, par téléphone au 04.76.46.61.63. ou par mail sur reservation@librairielesquare.fr
Plus d’infos sur la librairie : ici.

Lancement du livre Les Migrations des plantes (2 mars 2024)

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soirée de lancement du livre Les Migrations des plantes (mars 2024, Manuella Éditions), qui se tiendra le 2 mars prochain à 18h à la librairie Petite Egypte (Paris, 2e), en présence de Jacques Tassin

Le livre émane des journées universitaires et artistiques de juin 2022. Il a été soutenu financièrement par le projet Exorigins. Il compte avec les contributions de quatre membres de l’équipe (Liliana Motta, Eugénie Denarnaud, Bronwyn Louw, Marion Grange).

Présentation : Arrimé au sol par ses racines, le monde végétal semble
constituer au sein du vivant le règne de l’immobilité. Pourtant, les plantes aussi se déplacent. Textes scientifiques et critiques, entretiens, poèmes, enquêtes et photographies entrent ici en conversation pour interroger les modalités de leurs migrations, en dehors des rejets que provoquent parfois les plantes dites « invasives », miroirs de nos peurs et de nos saccages.
Suivre le végétal dans ses voyages invite à conjuguer
l’émerveillement face à l’inventivité et la puissance de résistance des plantes migrantes et le trouble induit par les ambiguïtés (post-)coloniales de la transplantation des vivants. Les plantes vagabondes ouvrent encore notre attention aux friches et aux bords de routes : elles appellent une approche paysagère des brassages planétaires et
suscitent des pratiques indisciplinées de la recherche, du jardinage et des arts.
Appréhender les plantes par la migration, c’est alors embarquer dans l’histoire plus vaste des transmigrations terrestres, pour rappeler que la migration est la condition partagée des vivants et une force créatrice de milieux et de mondes.
Les manières que nous avons d’appréhender ces mouvements végétaux font éclater au grand jour des enjeux esthétiques, éthiques et politiques, articulés autour de quatre axes : modalités, indisciplines végétales, ambiguïtés coloniales et postcoloniales et enfin sympoïèses*.

L’adresse du livre est plurielle : lecteurs et lectrices sensibles aux mondes académiques, artistiques et du jardin.

Avec les textes de : Judith Bastie · Bastien Beaufort · Jean-Marc Besse · Sacha Bourgeois-Gironde · Gilles Clément · Emanuele Coccia · Francesca Cozzolino · Eugénie Denarnaud · Matthieu Duperrex · Isaline Dupond Jacquemart · Claire Dutrait · Marine Fauché · Ralph Samuel Grossmann ·
Jamie Herd · Sophie Krier · Marielle Macé · Marine Mane · Liliana Motta · Arnaud Orain · Jeanne Peylet-Frisch · Isabelle Rabault-Mazières · Bénédicte Ramade · Marianne Roussier du Lac · Zoë Skoulding · Jacques Tassin · Thierry Thévenin · Clément Verger


Station verger #2 – Résidence de recherches sonores – Notes de création

Porté par le collectif Les Aimants, Station Verger est un entresort de Jeanne Peylet-Frisch avec des poésies de Bronwyn Louw écrites pour la partie performative de sa thèse : Comment écrire le verger au 21ème siècle ? (Poésies, pensées, pratiques), une enquête agropoétique sous les directions de Marielle Macé et Jean-Marc Besse en cours à EHESS. Ce projet est situé dans un petit verger communautaire se greffant sur une friche d’aubépines et de pruneliers au sud de Paris.

Avec le soutien d’Exorigins, Les Aimants développe en trois temps (composition, recherches sonores et enregistrement) un podcast dérivé de Station Verger, à paraître en été 2023, en parallèle d’une tournée de l’entresort, qui débute les 27 et 28 mai 2023, au festival des Murs à pêche de Montreuil.

Voici des notes de création du deuxième temps de travail dans la réalisation du podcast, une résidence dédiée aux recherches sonores.

Continuer la lecture de Station verger #2 – Résidence de recherches sonores – Notes de création

STATION VERGER #1 – DES CAPSULES SONORES ENREGISTRÉES AU SUD DE PARIS

 

Mission de Novembre 2022
Enregistrement d’un podcast au sud de Paris 

Par Bronwyn Louw

Dans le cadre de sa thèse Comment écrire le verger au 21ème siècle ? Bronwyn Louw et deux autres membres de son collectif interdisciplinaire Les Aimants, Jeanne Peylet-Frisch et Malo Martin, se prêtent au jeu de la co-création poétique dans un petit verger communautaire se greffant sur une friche d’aubépines et de pruneliers au sud de Paris. Grâce au soutien d’Exorigins, ces recherches poétiques, sonores, et performatives pourront être produites sous forme d’un podcast à paraître en été 2023.  Continuer la lecture de STATION VERGER #1 – DES CAPSULES SONORES ENREGISTRÉES AU SUD DE PARIS

Journée d’étude “Les migrations des plantes” 24-25 juin 2022

Rencontres universitaires et artistiques
organisées par le CRAL/EHESS, en partenariat avec le Théâtre du Parc

24-25 juin 2022 – Théâtre du Parc (Parc Floral de Paris)

« Et pourtant, elles migrent ! Les migrations des plantes : modalités, ambivalences, enjeux. » 

Bronwyn Louw et Marion Grange, doctorantes à l’EHESS (CRAL – UMR 8566) et membres du projet EXORIGINS, organisent des rencontres universitaires et artistiques, en plein cœur du Parc floral de Paris, et parrainées par le philosophe-jardinier Gilles Clément.
Ces journées, pleinement interdisciplinaires, embarquent l’université au théâtre – et au jardin ! – et ont à cœur de brasser les mondes : monde universitaire et grand public ; sciences, sciences humaines et sociales, monde des arts et de la scène. Au programme : des communications, des discussions, des lectures, des photographies, des poèmes, des performances…

télécharger le PROGRAMME

Avec la participation de Bastien Beaufort, Sacha Bourgeois-Gironde, Emanuele Coccia, Eugénie Denarnaud, Matthieu Duperrex, Isaline Dupond Jacquemart, Claire Dutrait, Marine Fauché, Ralph Samuel Grossmann, Jamie Herd, Lou Kermarrec, Marine Mane, Arnaud Orain, Jeanne Peylet-Frisch, Isabelle Rabault-Mazières, Bénédicte Ramade, Marianne Roussier, Zoë Skoulding, Jacques Tassin, Thierry Thévenin, Clément Verger, et le concours de Gonzalo Campo, Lénaïg Cariou, Florence Goguel, Daniela Labbé Cabrera, et Cécile Mont-Reynaud.

Pour plus de détails sur l’événement, rendez-vous ici.
Réservation conseillée à ce lien
(la réservation permet de ne pas payer l’entrée du Parc Floral).

Une buvette à participation libre et des restaurants situés à proximité vous permettront de vous restaurer les vendredi et samedi midis.  
Nous espérons vous y retrouver nombreuses et nombreux !

Crédit photo : © Eugénie Denarnaud, ADAGP – Droits réservés – Série Écosystème de la route, 2013.