Archives par mot-clé : Brésil

Sur la matérialité de la période de l’hévéa, au Brésil

Article de Tiago Muniz, post-doctorant du projet Exorigins, paru dans la revue brésilienne Revista de Arqueologia (vol. 14, n. 1, mai-août 2023), au sein de la rubrique “Résumés de thèses et mémoires de mastère”. La thèse a été soutenue en 2022 à l’Université Fédérale du Para (Brésil).

Résumé :

Cette thèse de doctorat propose d’utiliser le concept de matérialité de la période hévéa à partir de l’étude des événements historiques, des matériaux et des rapports liés aux usages du caoutchouc et à la trajectoire des graines de caoutchouc de la Basse Amazonie.

En 1876, Henry A. Wickham vendait 70 000 graines d’hévéa récoltées à Santarém (Pará) au Royal Botanical Garden (Londres), également appelé Kew Gardens. À partir des graines germées, l’espèce Hevea brasiliensis a été introduite à Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka), étant alors largement cultivée en Asie du Sud Est et faisant s’effondrer l’économie de la gomme élastique au Brésil. Les produits en caoutchouc, comme les gants, les raquettes, les pneus et les articles industriels, au tournant du 20e siècle, ont façonné le monde en ce qu’on pourrait appeler « moderne ». En ce sens, il est possible d’affirmer que les notions d’asepsie et de globalisation ont émergé sous la production de matériaux en caoutchouc. Cependant, l’endroit où les graines d’hévéas indigènes ont été récoltées a été depuis délaissé, plus précisément le village de Boim (situé dans la réserve extractiviste Tapajós Arapiuns), où une enquête de terrain a été menée.

Lire la suite de l’article ici.

Caoutchouc: archéologie historique en Amazonie

Conférence de Tiago Muniz à l’Université Fédérale du Para (Amazonie brésilienne) le 17 janvier 2023.

Résumé:

Cette conférence vise à discuter de l’importance de l’archéologie brésilienne et amazonienne en approfondissant la recherche sur le passé récent, avec un accent particulier sur la transition entre les XVIIIe-XIXe et XIXe-XXe siècles, en Basse Amazonie. Nous pouvons appréhender les objets comme un texte – par exemple: une bouteille – et ainsi découvrir des indices sur les lieux de leur production, la date à laquelle ils ont été produits, les possibles formes d’arriver là où ils se trouvent, les acteurs impliquées, les utilisations et possibles réutilisations, le type d’alimentation, le coût de la vie, c’est-à-dire une série de questionnements à partir desquelles l’analyse archéologique peut démontrer la dynamique sociale du lieu grâce à la culture matérielle de ses occupants. J’aborderai ainsi des thèmes tels que les villages autochtones multiethniques, l’arrivée d’Africains réduits en esclavage, les dynamiques sociales et le rôle des “drogues du sertão” (produits destinés à l’exportation vers l’Europe, collectés en forêt amazonienne par les Indiens captifs : clou de girofle, vanille, guarana, cacao, noix du brésil, etc.) dans le contexte de l’expansion de la domination coloniale portugaise. Puis, pour la période suivante, je montrerai comment le boom du caoutchouc (1850-1920) a contribué à la construction des plus grandes villes amazoniennes (au Brésil: Manaus, Belém) et à la modernisation mondiale. Mais avec la perte du monopole brésilien sur la production mondiale de caoutchouc naturel, de nombreux lieux d’extraction de latex ont été abandonnés et peuvent aujourd’hui être considérés comme des « villes fantômes », à l’image de Fordlandia. Actuellement, Tiago Muniz mène des recherches postdoctorales au Centre Alexandre Koyré sur la migration des plantes, les savoirs associés au caoutchouc naturel et son appropriation à Paris.

Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)

Mission du 15 au 30 octobre 2019
Retour d’enquête

Par Emilie Stoll

L’hévéa : une plante voyageuse par excellence

L’hévéa (arbre à caoutchouc) est une plante endémique de la région amazonienne (Brésil, Bolivie, Pérou, Guyanes). Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, ses graines ont été disséminées et plantées sur quatre continents (Amérique du Sud, Europe, Asie, Afrique), ayant des effets sociétaux des plus importants. C’est cette histoire que nous allons raconter…

***

En 1743, lorsque le naturaliste Charles-Marie de La Condamine observe, pour la première fois, des arbres producteurs d’une gomme modelable, ceux-ci sont présents à l’état sauvage dans la forêt amazonienne. Les populations amérindiennes locales utilisent la gomme pour fabriquer des boules (ancêtre du ballon de foot) et des protections pour les pieds (ancêtre des bottes).

À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, les naturalistes identifient plusieurs espèces d’arbres à caoutchouc, dont hevea brasiliensis est la plus connue. Des inventions comme la gomme qui efface le graphite, les vêtements imperméables ou les bottes, montrent le fort potentiel de cette nouvelle matière. En 1839, un américain (Charles Goodyear) et un britannique (Thomas Hancock) découvrent simultanément le procédé de vulcanisation qui permet à la gomme de conserver son élasticité après avoir séchée. Dès lors, le caoutchouc peut être utilisé à grande échelle pour la fabrication de pneus, de matériel médical, etc. La demande mondiale explose.

Le cours de l’hévéa prend de la valeur et, pour suppléer les marchés, les brésiliens commencent à le planter.

Hévéas plantés dans le bas-Amazone (rivière Arapiuns, 2012).

C’est ici qu’intervient la « légende d’un rapt botanique » de l’hévéa (Astafieff, 2018, p. 92) : le britannique Henry Wickam se rend dans la région du bas-Amazone et se procure près de 74000 graines d’hevea brasiliensis qu’il expédie par bateau en Angleterre. À Londres, ces graines sont plantées dans le jardin botanique de Kew où elles sont acclimatées. Les britanniques se disent alors que s’ils maitrisaient la chaîne de production du caoutchouc, ils pourraient s’approvisionner à moindre coût. Les plant de Kew sont mis en terre dans leurs colonies d’Asie, principalement en Malaisie et à Ceylan.  Cette opération est une réussite : non seulement ils s’autonomisent de l’offre brésilienne, mais, à partir des années 1910, les arbres asiatiques ont atteint leur maturité et produisent à meilleur rendement que ceux du Brésil. L’offre asiatique provoque l’effondrement de l’industrie du caoutchouc brésilienne.

Continuer la lecture de Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)