Archives par mot-clé : ancrage

18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Colloque CIST2020 « Population, temps, territoires »

L’équipe EXORIGINS sera présente au colloque virtuel 2020 du CIST et coordonnera un panel, le 18 novembre 2020, de 13h30 à 18h.

Intitulé « Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux« , le panel P est coordonné par Irène Dos Santos (CNRS/Urmis), Laure Emperaire (IRD/Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS/CAK), Romain Simenel (IRD/Paloc) et Emilie Stoll (CNRS/LC2S).

Le colloque aura lieu intégralement à distance. Pour y participer, il est possible de s’inscrire ici.

Résumé de la session P :
Cette session propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les proces-sus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques où des végétaux ont été emportés par des individus dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la reformulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les humains qui suivent la trajectoire – économique et sociale, parfois géographique – des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Nous pensons ici à l’exploitation commerciale (boom du caoutchouc, du café, du jute, etc.) ou médicinale (par exemple le quinquina Cinchona officinalis, cf. Boumediene, 2016) de certaines espèces pendant et après la période coloniale.Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :1. Sociétés et territoires au miroir du végétal : requalification des personnes, des végétaux, des territoires ;2. Planter ses racines : diversité bio-culturelle et ancrage aux lieux dans les pratiques de jardinage ;3. Planter pour dominer : « plantes utiles » et maîtrise territoriale en contexte colonial et post-colonial.

Retrouvez les résumés des interventions ici.

Intervenants :

  • Hamza AYARI – Les transhumances des communautés de cueilleurs et le désancrage de la filière zgougoudans le Haut Tell tunisien
  • eloisa Maria BERTOL DOMINGUES – Rubber: The Invisible Movement of Traditional Knowledge
  • Audrey BOCHATON, Jean-Marc DUBOST, Mai SEE THAO – Une médecine traditionnelle hmong en mouvement : circulation des remèdes, déplacement des thérapeutes et transmission des savoirs
  • Marine FAUCHÉ – Le concept foucaldien de population à l’épreuve des pratiques contemporaines de conservation. Une enquête philosophique
  • Julie JACQUET – Millets Are Back on the Menu, but Not Quite Like Before
  • Patrick PETITJEAN – L’ancrage colonial d’un chimiste français en Amazonie
  • Eugénia REZNIK – Atlas brodé des plantes déracinées
  • Camille ROBERT-BŒUF – Les jardins familiaux en Île-de-France : prendre racine et échanger grâce au jardinage
  • Stéphane SAVRIAMA – Le tolsi : une plante sacrée entre la Réunion et la Guadeloupe

Faire sa place et faire « famille » dans les villages de basse Amazonie (Brésil)

Rôle de la socialisation enfantine dans les dynamiques familiales de transmission

Auteurs : Emilie STOLL et Chantal MEDAETS
Revue : AnthropoChildren, vol. 8, 2020.

Télécharger l’article : ici.

Résumé:
Comment se définissent les contours de la famille de basse Amazonie riveraine, au Brésil ? Quelles modalités d’apprentissage informent ces dynamiques ? Dans cet article, nous mettons en regard deux processus de transmission qui obéissent à une logique d’exclusion: la transmission de savoirs et savoir-­faire et la transmission de la terre. À l’âge adulte, la transmission inégalitaire de la terre engendre des conflits entre germains et modifie le périmètre de ce que les personnes de la région considèrent comme «la famille»; pendant l’enfance,l’exclusion de ceux qui ne maîtrisent pas tel ou tel savoir-­faire les obligent à devenir des «chasseurs de savoir» et à se débrouiller seul pour apprendre. Les conflits et rivalités que l’on observe à l’âge adulte autour des questions d’héritage prolongent cet ordinaire enfantin où prévaut le «chacun pour soi», sur fond de relations interpersonnelles âpres, y compris à l’intérieur de la famille.

Les auteures remercient le projet Exorigins qui a co-financé une mission de terrain pour la réalisation de ce travail sur les inégalités de traitement au sein des familles métisses en Amazonie.

Appel à communication : session « Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux »

Nous vous invitons à soumettre avant le 26 janvier 2020 vos propositions de communication pour la session P du 5e colloque international du Collège international des sciences territoriales (CIST), intitulé Population, Temps, Territoire et qui se déroulera du 18 au 21 novembre 2020, au Campus Condorcet Paris-Aubervilliers.

Titre de la session : Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Organisation : Irène Dos Santos (CNRS – Urmis), Laure Emperaire (IRD – Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRA – Cak), Romain Simenel (IRD – Paloc), Emilie Stoll (CNRS – Urmis)

Problématique :

Cette session se propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les processus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques, où des végétaux ont été emportés par les hommes dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la (re)formulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les hommes qui suivent la trajectoire (économique et sociale, parfois géographique) des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un des trois axes suivants :

Continuer la lecture de Appel à communication : session « Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux »