Archives par mot-clé : Amazonie

Faire sa place et faire « famille » dans les villages de basse Amazonie (Brésil)

Rôle de la socialisation enfantine dans les dynamiques familiales de transmission

Auteurs : Emilie STOLL et Chantal MEDAETS
Revue : AnthropoChildren, vol. 8, 2020.

Télécharger l’article : ici.

Résumé:
Comment se définissent les contours de la famille de basse Amazonie riveraine, au Brésil ? Quelles modalités d’apprentissage informent ces dynamiques ? Dans cet article, nous mettons en regard deux processus de transmission qui obéissent à une logique d’exclusion: la transmission de savoirs et savoir-­faire et la transmission de la terre. À l’âge adulte, la transmission inégalitaire de la terre engendre des conflits entre germains et modifie le périmètre de ce que les personnes de la région considèrent comme «la famille»; pendant l’enfance,l’exclusion de ceux qui ne maîtrisent pas tel ou tel savoir-­faire les obligent à devenir des «chasseurs de savoir» et à se débrouiller seul pour apprendre. Les conflits et rivalités que l’on observe à l’âge adulte autour des questions d’héritage prolongent cet ordinaire enfantin où prévaut le «chacun pour soi», sur fond de relations interpersonnelles âpres, y compris à l’intérieur de la famille.

Les auteures remercient le projet Exorigins qui a co-financé une mission de terrain pour la réalisation de ce travail sur les inégalités de traitement au sein des familles métisses en Amazonie.

Comment devient-on Indigène ou Chérif par une origine juive ?

Trajectoires généalogiques pour repenser le lien au sol en Amazonie et au Maroc

Revue Lusotopie – tome XVIII, fascicule 2 – 2020

Auteurs : Romain Simenel (IRD) et Emilie Stoll (CNRS)

Résumé : Quel est le point commun entre un chérif musulman (descendant du prophète Mohammed) de la confédération Aït Ba’amran des tribus du Sud-Ouest marocain et un Indigène animiste d’Amazonie brésilienne ? À la surprise de l’ethnologue, tous deux sont affiliés à une ascendance juive. Cette judaïté, conçue davantage comme une origine que comme une pratique religieuse, participe à préciser le lien au sol des générations actuelles. La mise en regard de deux cas ethnographiques permet une discussion plus large sur la multiplicité des origines en contexte migratoire dans le temps long. La judaïté des origines participe à asseoir pleinement l’inscription actuelle des populations au sein d’un espace marqué par l’histoire de la construction des Etats empires portugais et espagnols.

Mots-clés : Identification – Immigration juive – Lien au sol – post migration – Amazonie – Maroc – Empire portugais

Lire l’article :
Lien URL vers le site de l’éditeur : Brill
Lien URL vers la version pré-print : HAL

Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)

Mission du 15 au 30 octobre 2019
Retour d’enquête

Par Emilie Stoll

L’hévéa : une plante voyageuse par excellence

L’hévéa (arbre à caoutchouc) est une plante endémique de la région amazonienne (Brésil, Bolivie, Pérou, Guyanes). Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, ses graines ont été disséminées et plantées sur quatre continents (Amérique du Sud, Europe, Asie, Afrique), ayant des effets sociétaux des plus importants. C’est cette histoire que nous allons raconter…

***

En 1743, lorsque le naturaliste Charles-Marie de La Condamine observe, pour la première fois, des arbres producteurs d’une gomme modelable, ceux-ci sont présents à l’état sauvage dans la forêt amazonienne. Les populations amérindiennes locales utilisent la gomme pour fabriquer des boules (ancêtre du ballon de foot) et des protections pour les pieds (ancêtre des bottes).

À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, les naturalistes identifient plusieurs espèces d’arbres à caoutchouc, dont hevea brasiliensis est la plus connue. Des inventions comme la gomme qui efface le graphite, les vêtements imperméables ou les bottes, montrent le fort potentiel de cette nouvelle matière. En 1839, un américain (Charles Goodyear) et un britannique (Thomas Hancock) découvrent simultanément le procédé de vulcanisation qui permet à la gomme de conserver son élasticité après avoir séchée. Dès lors, le caoutchouc peut être utilisé à grande échelle pour la fabrication de pneus, de matériel médical, etc. La demande mondiale explose.

Le cours de l’hévéa prend de la valeur et, pour suppléer les marchés, les brésiliens commencent à le planter.

Hévéas plantés dans le bas-Amazone (rivière Arapiuns, 2012).

C’est ici qu’intervient la « légende d’un rapt botanique » de l’hévéa (Astafieff, 2018, p. 92) : le britannique Henry Wickam se rend dans la région du bas-Amazone et se procure près de 74000 graines d’hevea brasiliensis qu’il expédie par bateau en Angleterre. À Londres, ces graines sont plantées dans le jardin botanique de Kew où elles sont acclimatées. Les britanniques se disent alors que s’ils maitrisaient la chaîne de production du caoutchouc, ils pourraient s’approvisionner à moindre coût. Les plant de Kew sont mis en terre dans leurs colonies d’Asie, principalement en Malaisie et à Ceylan.  Cette opération est une réussite : non seulement ils s’autonomisent de l’offre brésilienne, mais, à partir des années 1910, les arbres asiatiques ont atteint leur maturité et produisent à meilleur rendement que ceux du Brésil. L’offre asiatique provoque l’effondrement de l’industrie du caoutchouc brésilienne.

Continuer la lecture de Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)