Archives par mot-clé : altérité religieuse

18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Colloque CIST2020 « Population, temps, territoires »

L’équipe EXORIGINS sera présente au colloque virtuel 2020 du CIST et coordonnera un panel, le 18 novembre 2020, de 13h30 à 18h.

Intitulé « Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux« , le panel P est coordonné par Irène Dos Santos (CNRS/Urmis), Laure Emperaire (IRD/Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS/CAK), Romain Simenel (IRD/Paloc) et Emilie Stoll (CNRS/LC2S).

Le colloque aura lieu intégralement à distance. Pour y participer, il est possible de s’inscrire ici.

Résumé de la session P :
Cette session propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les proces-sus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques où des végétaux ont été emportés par des individus dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la reformulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les humains qui suivent la trajectoire – économique et sociale, parfois géographique – des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Nous pensons ici à l’exploitation commerciale (boom du caoutchouc, du café, du jute, etc.) ou médicinale (par exemple le quinquina Cinchona officinalis, cf. Boumediene, 2016) de certaines espèces pendant et après la période coloniale.Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :1. Sociétés et territoires au miroir du végétal : requalification des personnes, des végétaux, des territoires ;2. Planter ses racines : diversité bio-culturelle et ancrage aux lieux dans les pratiques de jardinage ;3. Planter pour dominer : « plantes utiles » et maîtrise territoriale en contexte colonial et post-colonial.

Retrouvez les résumés des interventions ici.

Intervenants :

  • Hamza AYARI – Les transhumances des communautés de cueilleurs et le désancrage de la filière zgougoudans le Haut Tell tunisien
  • eloisa Maria BERTOL DOMINGUES – Rubber: The Invisible Movement of Traditional Knowledge
  • Audrey BOCHATON, Jean-Marc DUBOST, Mai SEE THAO – Une médecine traditionnelle hmong en mouvement : circulation des remèdes, déplacement des thérapeutes et transmission des savoirs
  • Marine FAUCHÉ – Le concept foucaldien de population à l’épreuve des pratiques contemporaines de conservation. Une enquête philosophique
  • Julie JACQUET – Millets Are Back on the Menu, but Not Quite Like Before
  • Patrick PETITJEAN – L’ancrage colonial d’un chimiste français en Amazonie
  • Eugénia REZNIK – Atlas brodé des plantes déracinées
  • Camille ROBERT-BŒUF – Les jardins familiaux en Île-de-France : prendre racine et échanger grâce au jardinage
  • Stéphane SAVRIAMA – Le tolsi : une plante sacrée entre la Réunion et la Guadeloupe

Comment devient-on Indigène ou Chérif par une origine juive ?

Trajectoires généalogiques pour repenser le lien au sol en Amazonie et au Maroc

Revue Lusotopie – tome XVIII, fascicule 2 – 2020

Auteurs : Romain Simenel (IRD) et Emilie Stoll (CNRS)

Résumé : Quel est le point commun entre un chérif musulman (descendant du prophète Mohammed) de la confédération Aït Ba’amran des tribus du Sud-Ouest marocain et un Indigène animiste d’Amazonie brésilienne ? À la surprise de l’ethnologue, tous deux sont affiliés à une ascendance juive. Cette judaïté, conçue davantage comme une origine que comme une pratique religieuse, participe à préciser le lien au sol des générations actuelles. La mise en regard de deux cas ethnographiques permet une discussion plus large sur la multiplicité des origines en contexte migratoire dans le temps long. La judaïté des origines participe à asseoir pleinement l’inscription actuelle des populations au sein d’un espace marqué par l’histoire de la construction des Etats empires portugais et espagnols.

Mots-clés : Identification – Immigration juive – Lien au sol – post migration – Amazonie – Maroc – Empire portugais

Lire l’article :
Lien URL vers le site de l’éditeur : Brill
Lien URL vers la version pré-print : HAL

01/2020 – Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme

Atelier d’écriture avec Cécile Ladjali et visite de l’exposition permanente du MAHJ

23 janvier 2020

Visite de l’exposition permanente du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme, à Paris, en compagnie de leur professeur de Lettres Isabelle Roger et de l’anthropologue Cannelle Labuthie. Les élèves ont acquis des connaissances sur la culture juive et découvert les quatre espèces de plantes utilisées lors de la fête de Soukkot (fête des cabanes) : le cédrat « ethrog« , la palme fermée du dattier « loulav« , les rameaux du saule de fleuve « arava » et les branches de myrte « hadass« .

À l’issue de la visite du musée, l’écrivain d’origine iranienne Cécile Ladjali a proposé un atelier d’écriture sur la thématique : le peintre Chagal pendant la fête de Soukkot.

Plantes, altérité religieuse et statues ayurvédiques en Inde

Mission du 8 juillet au 8 novembre 2019
Retour d’enquête

Par Romain Simenel
Mission longue durée financée par l’IRD

La mission de quatre mois en Inde a porté, de manière générale, sur l’usage des plantes ayurvédiques et leur rôle dans la pratique de l’hindouisme. L’objectif de la mission était tout d’abord de mieux comprendre la cérémonie des pujas (offrandes végétales aux dieux), universelle en Inde, et l’expérience sensible aux plantes dans ce cadre. Selon ma proposition, cette cérémonie est en effet l’axe fondateur du comportement écologique en Inde. L’autre objectif était de comprendre le rôle des tribus, désignées par le terme adivasi, dans l’expérience sensible des plantes et leur rôle dans la pratique rituelle hindoue.

L’ayurvéda et la tradition des Siddhas (alchimistes et phytothérapeutes) est un art de vivre basée sur l’usage des plantes pour les soins du corps et de l’esprit. Il résulte d’une tradition indienne ancienne orale et écrite qui remonte aux origines de l’hindouisme. L’ayurveda a longtemps été considéré comme un corpus de savoirs autonome situé en marge des Védas, les textes sacrés de l’Inde ancienne. Ces savoirs portent sur un très large ensemble d’espèces végétales, dont une partie n’est pas cultivée et pousse dans des aires biogéographiques bien précises selon une écologie assez fragile, le plus souvent en montagne.

Continuer la lecture de Plantes, altérité religieuse et statues ayurvédiques en Inde