Archives par mot-clé : altérité

De l’Altérité des Plantes et des Humains. Circulations globales et (ré)appropriations locales /// 12 & 13 octobre 2023

 Colloque final du projet EXORIGINS 
 Parc Floral de Paris
> Pavillon 1 
Colloque en mode hybride (présentiel et à distance)

Le lien d'accès en visioconférence sera communiqué par e-mail aux inscrits la veille du colloque

***
Inscription avant le 07 octobre 2023
***

***

Les végétaux – sous forme de graines, de fruits, de plants – ont de tous temps voyagé au gré des circulations des différents collectifs du vivant, parmi lesquels les sociétés humaines. La dissémination des végétaux autour du monde par les humains a souvent accompagné les conquêtes – militaires, religieuses, économiques et à visées coloniales. Elle a même souvent été encouragée par des politiques d’accaparement des savoirs et des savoir-faire techniques, à l’exemple de celles qui sont à l’origine des grandes explorations naturalistes réalisées par les puissances coloniales. Les sociétés d’accueil de ces végétaux se les sont appropriés et ont créé, à leur tour, de nouveaux discours, et mis au point de nouvelles techniques pour les façonner à leur image. De fait, les patrimoines culinaires et paysagers que nous connaissons aujourd’hui sont le résultat de ces circulations végétales intensives. Cette mise en ordre du monde végétal par les sociétés d’accueil s’est accompagnée d’un traitement cognitif des Autres et des Ailleurs, c’est-à-dire de production d’altérités.

Continuer la lecture de De l’Altérité des Plantes et des Humains. Circulations globales et (ré)appropriations locales /// 12 & 13 octobre 2023

Esquisse d’une archéologie de la représentation de la maladie comme vecteur de la disparition des Amérindiens

Suite à son enquête ethnographique dans les jardins de Curaçao, Romain Simenel nous propose un article publié dans la revue canadienne Drogues, Santé et Société.

Lire l’article ici.

Résumé:

Si le génocide amérindien est avéré, ses causes précises restent sujettes à discussion et le degré de l’intentionnalité qui en est à l’origine aussi. Selon une vision commune partagée par de nombreux historiens et démographes, la très grande majorité des Amérindiens disparue lors des premiers siècles de la colonisation le fut sous l’effet d’un « choc viral », en raison de leur vulnérabilité à l’égard des pathogènes venus d’Europe ou d’Afrique. D’où nous vient donc cette idée sur la vulnérabilité des Amérindiens à l’égard des « maladies des blancs » et sur le « choc viral » et est-elle bien fondée ? Cet article propose quelques pistes de recherche pour une archéologie de la représentation de la maladie comme raison principale de la disparition des Amérindiens. En ouverture du propos, une version caribéenne met d’abord à jour tout un autre pan de l’histoire, à savoir celui de la réaction des collectifs amérindiens de l’île de Curaçao face aux épidémies, en recourant aux plantes médicinales. Ce regard décalé nous invite à interroger de plus près la chronologie des épidémies telle que relatée dans les écrits et chroniques des premiers conquistadors pour ensuite poser la question de l’existence d’une pandémie à l’échelle continentale lors des premiers siècles de la colonisation. Parallèlement, l’article met en exergue l’impact du changement brutal de mode de vie, de l’esclavagisme, sans oublier la destruction des systèmes de santé via notamment la prohibition des plantes médicinales et les actes d’attaques biologiques, sur le développement des épidémies. L’article finit par proposer qu’après avoir servi à construire un discours politico-éthique sur la disparition des Amérindiens, ces arguments de vulnérabilité et de « choc viral », principaux supports d’une lecture de l’histoire de la disparition des Amérindiens selon l’angle de la maladie, ont nourri la cause eugéniste avant d’entrer dans le sens commun via un détournement des thèses malthusiennes et darwiniennes.

Mots-clés : pathogène, histoire de l’Amérique, savoirs médicinaux, plantes, altérité, génocide

Vers une anthropologie de la transmission par-delà nature et culture : Altérité, apprentissage et communication des formes

Romain Simenel a soutenu son mémoire d’Habilitation à Diriger les Recherches (HDR), à l’EHESS, le mercredi 9 juin 2021.
Le jury était composé par Béatrice Fraenkel (EHESS), Ahmed Aarab (Université Abdelmalek Essaadi), Maurice Bloch (LSE), Carlo Severi (EHESS et CNRS), Denis Vidal (IRD), François Déroche (Collège de France) et Philippe Descola (Collège de France).

Titre du mémoire :

Vers une anthropologie de la transmission par-delà nature et culture : Altérité, apprentissage et communication des formes

Résumé:

Ce projet d’HDR part du constat d’une déconnexion progressive entre la transmission culturelle et l’expérience sensible de la nature qui fait suite au grand partage entre Nature et Culture instauré en Europe par le naturalisme (Descola, 2005) et dont les effets furent multipliés à notre époque par l’esprit de conservation de la nature (Pyle 1978, 2002 ; Miller 2005). L’extinction de l’expérience environnementale amplifiée par la politique de conservation est un processus combinant plusieurs facteurs tels que l’homogénéisation et la réduction de la flore et faune environnantes, et la désaffection et l’apathie qu’elle génère à l’égard de la biodiversité (Pyle, 1978). À terme, ce processus entraîne une « amnésie environnementale générationnelle » (Kahn 2002), dont l’oubli principal concerne ce que l’intelligence des humains doit aux autres intelligences. L’ambition de ce projet d’HDR est d’étudier de manière empirique et transdisciplinaire le rôle de l’expérience sensible que les humains entretiennent avec les autres existants dans l’apprentissage et la transmission culturelle. Il s’agit de reconsidérer les autres existants, végétaux et animaux comme des acteurs de notre apprentissage et de notre transmission culturelle afin de comprendre la co-construction des intelligences. Ce projet a pour objectif d’ouvrir un vaste champ de recherche qui consiste à identifier les affinités sélectives entre les intelligences du monde dont celle de l’homme a pour vocation d’en faire pleinement partie afin de mieux comprendre la manière dont la culture émerge de la vie.

Participation au Festival Altérités – Caen, 12 mars 2020

Le festival de cinéma et d’ethnographie Altérités propose une sélection de films tournés à hauteur d’hommes et qui donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. Les temps de rencontres y sont aussi importants que les projections. Le festival laisse la part belle aux échanges avec des réalisateurs, des auteurs, des cinéastes, des chercheurs en sciences sociales principalement ethnologues, mais aussi des photographes, des musiciens etc.

Cette année, le festival aborde une question fondamentale, celle de la relation entre l’Homme et son environnement naturel. Ce qui nous relie aux animaux, aux plantes, à la terre, à la mer, aux paysages est interrogé à travers dix films et vingt-quatre rencontres avec des ethnologues, des sociologues, des géographes, des artistes, des témoins…

Romain Simenel interviendra lors d’une rencontre le jeudi 12 mars 2020 à 15h15, à la bibliothèque Alexis de Toqueville.

Retrouvez le programme complet ici.

Vidéos du Workshop de présentation de l’équipe EXORIGINS

Retrouvez les vidéos des présentations des chercheurs de l’équipe EXORIGINS réalisées lors du Workshop du 28 mars 2019, au Muséum National d’Histoire Naturelle – Jardin des Plantes de Paris.

INTRODUCTION

Titre : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des Parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d’imaginaires

Emilie Stoll, anthropologue au CNRS (laboratoire Urmis), porteuse du projet

Titre : L’équipe Exorigins et ses partenaires muséaux

Arnaud Dubois, anthropologue au CNAM (laboratoire HT2S)

PARTIE 1 CIRCULATION DES VÉGÉTAUX DANS LE MONDE : LES TERRAINS DES CHERCHEURS

Titre : Le cédrat dans l’Anti-Atlas marocain

Romain Simenel, anthropologue à l’IRD (laboratoire Paloc) Continuer la lecture de Vidéos du Workshop de présentation de l’équipe EXORIGINS