Plantations 2019

Plantations du printemps 2019 :
la collection des plantes « de gardien(ne)s d’immeuble »

En 2019, nous allons jardiner les deux plates-bandes proches de la grille de la rue Buffon. Chaque plate-bande fait environ 25 m2.

Mise en terre de la collection de Yuccas et d’Aspidistras dans le Jardin des Altérités, en mars 2019 (Photo : Ludovic Fossard).

Les premières collections botaniques qui prendront place au Jardin des Altérités s’inscrivent dans la continuité de l’historique du jardin-exposition « Paul Jovet » initié en 1996.
En nous inspirant des textes de Bernadette Lizet et collaborateurs « Un jardin de naturaliste. Histoire(s) d’un jardin-exposition au Muséum » (1997) et « Théâtres végétaux dans la ville. Jalons pour une ethnobotanique urbaine » (2008), nous allons décliner deux espèces de plantes dites « de concierge » : les Aspidistra et les Yucca.
Ces plantes « modestes » nécessitent en général un minimum d’entretien et se contentent de peu pour pousser.

Plan des collections d’Aspidistra et de Yucca plantées dans le Jardin des Altérités en mars 2019 (dessin : Liliana Motta, 2019)

La collection d’Aspidistras

Photo : Ludovic Fossard, 2019

L’Aspidistra elatior, également appelé « plante de boucher », « plante de concierge » et « langue de belle-mère », est une espèce vivace rhizomateuse, de croissance lente et au feuillage persistant.
Originaire de Chine, l’Aspidistra devient très à la mode dans les intérieurs dès le XIXe siècle. Par la suite, elle tombe en désuétude, remplacée par d’autres plantes plus prisées.
Ses fleurs apparaissent au niveau du sol, si bien que, la plupart du temps, elles passent inaperçues.
Aujourd’hui, cette plante connait un regain d’intérêt certain, non plus comme plante d’intérieur, mais comme plante d’extérieur. Les nouveaux cultivars présentent souvent des feuilles panachées, dorées ou plus courtes.

La collection de Yuccas

Photo : Ludovic Fossard, 2019

Les Yuccas sont des plantes qui aiment le soleil, même si on les rencontre souvent en intérieur, à l’entrée des mairies en zone rurale, à l’entrée des immeubles en zone urbaine ou encore dans les salles d’attente des médecins.
L’introduction en Europe des Yuccas, depuis l’Amérique du Nord et du Mexique date de loin. La première espèce connue, Yucca gloriosa, serait apparue en Angleterre à la fin du XVIe siècle. Le célèbre naturaliste Carl von Linné (fondateur de la nomenclature binominale permettant de classer les espèces), dans son ouvrage Species plantarum (1762), a décrit quatre espèces de Yucca présentes dans quelques jardins botaniques européens, dont le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

La mise en récit des collections

Pour l’accompagnement pédagogique de la collection de plantes, une recherche bibliographique est en cours sur leurs origines, leur utilisation dans leur pays d’origines, et aussi l’histoire de leur introduction et les usages de ces plantes en Europe, plus précisément en France, à Paris.

Des enquêtes auprès de gardien(ne)s d’immeuble seront réalisées à Paris et en Île-de-France par le sociologue Dominique Vidal. Les témoignages sur les trajectoires familiales en migration racontées à travers les plantes accompagneront la collection.

Une recherche iconographique sera entreprise pour l’enrichissement de la collection botanique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search