LE PROJET

DE LA DIVERSITÉ BIOCULTURELLE DANS LES JARDINS DES PARISIENS

 Circulations croisées de végétaux, de personnes et d’imaginaires 

Immigrer, c’est bien sûr emporter avec soi sa culture, sa langue, ses croyances… mais pas seulement. Dans les valises des 5 millions d’immigrés résidant en France, il y a aussi souvent un peu du pays d’origine sous forme de plantes ou de graines qui, à l’image de la cellule familiale, «prennent racine » sur la terre d’accueil.

Ainsi, Julia est une parisienne d’ascendance portugaise. Dans son potager, elle a planté du choux «galicien », un semis « de famille » hérité du jardin de ses parents qui ont immigré en France dans les années 1960. Bien qu’elle se sente française, ce légume, qu’elle utilise dans certaines préparations culinaires, lui proportionne un sentiment d’appartenance pour un autre lieu – exogène – le Portugal. D’une certaine façon, Julia « plante » sa diversité dans son potager et participe ainsi à la pluralité de notre société.

Les végétaux peuvent donc nous donner des indices sur les origines de leurs propriétaires. Mais que nous apprennent-ils sur notre propre façon d’envisager l’Autre et l’Ailleurs ? La façon dont nous classons les plantes – « domestiques », « compagnes », « exotiques », « invasives » – ne reflète-t-elle pas un point de vue particulier sur le monde et une manière de traiter autrui et plus spécifiquement l’étranger ?

Bien souvent, l’origine locale ou étrangère postulée est socialement construite. Il en va donc des plantes comme des hommes : leur identité est sujette à un questionnement peu objectif qui pose la question de l’altérité, thème structurant de nos sociétés contemporaines.

L’étude de la circulation croisée des végétaux et des personnes en contexte migratoire pose la question de la transmission de pratiques culturelles et de mémoires familiales sur les origines exogènes et permet une réflexion plus large sur la pluralité dans nos sociétés. L’analyse de la provenance des plantes et de leurs trajectoires géographiques et sociales est un bon moyen, politiquement neutre, de poser un regard différent et novateur sur la manière dont se construisent les identités dans les pays d’accueil des migrants.

Cette problématique se déploie dans un contexte global actuel marqué par une intensification des mobilités transnationales (libre circulation versus entraves aux frontières), par la radicalisation des débats sociétaux sur la place de l’altérité dans nos sociétés et par la labilité des frontières de l’Europe (brexit, expansion vers l’Est ou le Sud…).

L’équipe en création EXORIGINS propose de sensibiliser les Parisiens à la diversité de leurs origines et aux (en)jeux de leurs appartenances multiples à partir de l’étude des plantes qu’ils font pousser dans les jardins (privés et publics) et sur leurs balcons. Comment une plante transmise au sein de sa famille informe-t-elle les mises en récit sur soi-même et sur autrui, sur ce qui est endémique et exotique, sur l’ici et sur l’ailleurs ? Comment les végétaux présents dans nos espaces quotidiens et domestiques sont-ils mobilisés pour ordonner les origines et les mémoires associées à de multiples lieux ? Enfin, comment interviennent-ils dans notre manière de traiter autrui et plus spécifiquement l’étranger ?

L’entrée par les végétaux, intuitive, amorce efficacement la réflexion sur les phénomènes migratoires et les changements sociaux qu’ils induisent : hybridation, métissage et diversité.