Colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire

Vendredi 24 mai 2024 à 11h20, Bronwyn Louw évoquera le livre Les Migrations des plantes dans la communication “Et Pourtant, elles migrent ! Les plantes au sein des transmigrations terrestres” lors du colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire organisé par Delphine David, Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin à l’Université Paris-Cité. 

Pour plus d’informations : https://iutparis-seine.u-paris.fr/calendar/ Entrée libre sans inscription obligatoire.

Résumé : Pour penser les migrations végétales, le livre Les Migrations des plantes (Manuella, 2024) se propose de partir du paradoxe que présente le mouvement de ce qui nous semble le plus enraciné, le mieux arrimé au sol : les plantes.  Toute une constellation contemporaine de mots rend compte de la mobilité végétale : le voyage, le brassage, la métamorphose, les plantes vagabondes ou les plantes du chaos… Mais on souhaite plus particulièrement, dans le prolongement d’un certain nombre de propositions contemporaines, mettre en avant le mot de migration. Pourquoi ce choix ? Évidemment, les plantes ne migrent pas de la même manière que les humains, les oiseaux, les rennes ou les saumons. La valeur du mot migration est plutôt dans les imaginaires politiques qu’il charrie. Il vient soutenir des travaux qui s’essayent à penser la migration à l’échelle des transmigrations terrestres pour susciter d’autres imaginaires migratoires : il est solidaire d’une représentation non-fixiste du vivant, qui soutient que la migration est une loi primordiale de la vie, qu’il n’y a pas de vie sans déplacement. Le mot migration permet enfin encore d’enquêter et d’alerter sur les inquiétants points de contact entre xénophobie et bioxénophobie, puisque humains et plantes venues d’ailleurs suscitent souvent les mêmes mots, les mêmes peurs, les mêmes rejets. Il s’agit d’interroger la manière dont les compréhensions contemporaines les plus répandues des migrations végétales sont sous-tendues par des métaphores guerrières, virales ou xénophobes, mais aussi de rendre compte d’un travail du langage et des images, engagé notamment par Jacques Tassin, Gilles Clément, Liliana Motta, ou encore Bénédicte Ramade, pour nourrir un autre imaginaire poétique et politique des plantes migrantes. 

Présentation du livre Les Migrations des Plantes à Grenoble – 22 mai 2024

Marion Grange et Bronwyn Louw vous convient mercredi 22 mai prochain, à 19h à la librairie Le Square de Grenoble, où elle  présenteront le livre Les Migrations des Plantes, qui paraît chez les éditions Manuella avec le soutien d’Exorigins. Elles y proposent une approche scientifique, décoloniale, paysagère et artistique des migrations végétales, et, à travers elles, une réflexion plus vaste sur les transmigrations terrestres.

Préfacé par Gilles Clément et postfacé par Marielle Macé et Jean-Marc Besse, ce livre choral s’est fait avec Judith Bastie, Bastien Beaufort, Sacha Bourgeois-Gironde, Emanuele Coccia, Francesca Cozzolino, Eugénie Denarnaud, Matthieu Duperrex, Isaline Dupond Jacquemart, Clair Dutrait, Marine Fauché, Ralph Samuel Grossmann, Jamie Herd, Sophie Krier, Marine Mane, Liliana Motta, Arnaud Orain, Jeanne Peylet-Frisch, Isabelle Rabault-Mazières, Bénédicte Ramade, Marianne Roussier du Lac, Zoë Skoulding, Jacques Tassin, Thierry Thévenin, et Clément Verger.

Plus d’infos sur le livre et les éditions Manuela ici
Entrée dans la limite des places disponibles, réservation conseillée 1 semaine avant la rencontre: sur place, par téléphone au 04.76.46.61.63. ou par mail sur reservation@librairielesquare.fr
Plus d’infos sur la librairie : ici.