Le CAK accueille le projet EXORIGINS

Le CAK accueille depuis la rentrée 2020 le projet Émergence(s) de la Ville de Paris « EXORIGINS : De la diversité Bio-culturelle dans les jardins des parisiens : circulations de plantes, de personnes et d’imaginaires » (2019 – 2022).

Il est porté par Émilie Stoll, anthropologue chargée de recherche au CNRS et membre du Laboratoire Caribéen en Sciences Sociales, qui sera accueillie au Centre Alexandre-Koyré jusqu’à la fin du projet.

EXORIGINS propose une réflexion sur les phénomènes migratoires et les changements sociaux qu’ils induisent (hybridation, métissage et diversité) en prenant comme point de départ la circulation des végétaux. En effet, les plantes nous disent bien des choses sur la façon dont on se représente la France, soi-même, les autres pays et les étrangers. On le découvre par un jeu de fausses-pistes ou d’énigmes sur leurs origines et à travers leur nom : les pommes qu’on pourrait croire normandes viennent d’Asie centrale, notre piment d’Espelette a bien été rapporté d’Amérique, et pourquoi le gainier silicastre est-il associé à la Judée ? Parce que les plantes sont comme les humains de grandes voyageuses. On les croit d’ici mais elles sont aussi d’ailleurs.

À travers la compréhension de la migration des plantes, on comprend mieux celle des hommes. Ce sont ces voyages des végétaux et des humains que nous vous invitons à découvrir à travers les différentes activités du projet et dans le Jardin des Altérités en cours de plantation au Jardin des Plantes.

Le projet EXORIGINS est désormais porté par trois UMR :

– Le Centre Alexandre-Koyré (CAK – CNRS, EHESS, MNHN)
– L’UMR Patrimoines Locaux, Environnement et Globalisation (PALOC – IRD, MNHN)
– Le Laboratoire Caribéen en Sciences Sociales (LC2S – CNRS, Université des Antilles)

Le Jardin « porte-paysage » : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc)

Thèse de Doctorat en Sciences du Paysage, soutenue par Eugénie Denarnaud le 11 septembre 2020.

Résumé :

L’objet de la recherche est l’étude de jardins informels, nés dans un phénomène urbain massif, initié en l’an 2000. Une étude critique du paysage local, menée par l’observation ethnobotanique, géographique et paysagère d’actions jardinières potentiellement coercitives, est conduite dans le contexte actuel de planification urbaine. À certains égards, les Tangérois sont des marcheurs, des arpenteurs, des connaisseurs de leur environnement. Ils tirent une interaction positive avec leur milieu dans un contexte métropolitain : connaissance des fleurs ; des résines ; des abeilles ; des animaux sauvages ; des phénomènes météorologiques et géologiques. Autant d’éléments hétérogènes qui entrent dans ce qu’on peut nommer le paysage. Cette particularité tangéroise a permis d’explorer le fait urbain sous deux angles. Celui de la cité séculaire sans cesse réinventée dans son territoire. Et celui de la ville comme reflet contemporain de la modernité.