Soutenances des étudiants de l’équipe Exorigins

Trois étudiants de l’équipe Exorigins ont soutenu leur travaux de fin d’étude au mois de septembre 2020.

  • Fanny Blaizot a soutenu son mémoire d’étape de Master 1 Migrations, Racisme et Altérités, à l’Université de Paris, le 4 septembre 2020, sous le tutorat de Emilie Stoll.
    Titre du travail : Stéréotypes, discriminations et formes de luttes dans différentescommunautés chinoises à Paris.
  • Eugénie Denarnaud a soutenu sa thèse de Doctorat à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, le 11 septembre 2020, sous la codirection de Vincent Piveteau et Romain Simenel.
    Titre de la thèse : Le Jardin « porte-paysage » : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc).
    Lire le résumé : ici.
  • Léo Truglia a soutenu son mémoire d’Ingénierie des espaces végétalisés urbains, à AgroParisTech, le 30 septembre 2020, sous la codirection de Christine Aubry, Pauline Sy, Emilie Stoll et Pierre Morand.
    Titre du mémoire : Etude des savoirs et pratiques culinaires des habitants de Bondy et évaluation de la pertinence à mettre en place une filière de production de fruits et légumes notamment « exotiques » dans et pour la ville

Faire sa place et faire « famille » dans les villages de basse Amazonie (Brésil)

Rôle de la socialisation enfantine dans les dynamiques familiales de transmission

Auteurs : Emilie STOLL et Chantal MEDAETS
Revue : AnthropoChildren, vol. 8, 2020.

Télécharger l’article : ici.

Résumé:
Comment se définissent les contours de la famille de basse Amazonie riveraine, au Brésil ? Quelles modalités d’apprentissage informent ces dynamiques ? Dans cet article, nous mettons en regard deux processus de transmission qui obéissent à une logique d’exclusion: la transmission de savoirs et savoir-­faire et la transmission de la terre. À l’âge adulte, la transmission inégalitaire de la terre engendre des conflits entre germains et modifie le périmètre de ce que les personnes de la région considèrent comme «la famille»; pendant l’enfance,l’exclusion de ceux qui ne maîtrisent pas tel ou tel savoir-­faire les obligent à devenir des «chasseurs de savoir» et à se débrouiller seul pour apprendre. Les conflits et rivalités que l’on observe à l’âge adulte autour des questions d’héritage prolongent cet ordinaire enfantin où prévaut le «chacun pour soi», sur fond de relations interpersonnelles âpres, y compris à l’intérieur de la famille.

Les auteures remercient le projet Exorigins qui a co-financé une mission de terrain pour la réalisation de ce travail sur les inégalités de traitement au sein des familles métisses en Amazonie.