De l’altérité des plantes à celle des humains : l’exemple du jardin des Altérités

Romain Simenel a été invité par Anolga Rodionoff, directrice adjointe du CIEREC Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (Université de Lyon / Université Jean Monnet Saint-Etienne) et Eugenia Reznik, artiste et doctorante à l’Université de Saint-Etienne et à l’Université de Québec à Montréal (UQAM), pour donner une intervention intitulée : « De l’altérité des plantes à celles des humains : l’exemple du jardin des Altérités » dans le cadre de la journée d’étude Figures de l’altérité, Figures de l’effacement, le 3 avril prochain.

Voici le résumé de son intervention :

Les plantes nous disent souvent bien des choses sur l’ailleurs et les autres. Leurs noms tout d’abord, ceux aux accents exotiques, évoquent des contrées lointaines ou des peuples étrangers. Leurs physionomies se prêtent à toute sorte d’analogie avec des symboles d’un autre temps ou d’un autre lieu. Certaines plantes ont voyagé avec ou sans les hommes pour conquérir le monde et le récit de leur périple continue de nourrir toujours plus d’univers mentaux. Cette tendance des humains à penser l’autre et l’ailleurs au travers des plantes prend une signification particulièrement saillante dans le contexte migratoire. La multiplication des trajectoires migratoires des humains sur Terre et dans l’histoire a logiquement multiplié les trajectoires des végétaux mais aussi leur combinaison avec des figures de l’ailleurs et de l’altérité. Comment une plante transmise au sein de sa famille informe-t-elle les mises en récit sur soi-même et sur autrui, sur ce qui est endémique et exotique, sur l’ici et sur l’ailleurs ? Comment les végétaux présents dans nos espaces quotidiens et domestiques sont-ils mobilisés pour ordonner les origines et les mémoires associées à de multiples lieux [Baussant, 2007, 2015] ? Enfin, comment interviennent-ils dans notre manière de traiter autrui et plus spécifiquement l’étranger [Tassin 2014] ? Le Jardin des Altérités situé en face de la galerie de l’évolution dans le Jardin des Plantes est conçu pour répondre à ces questions en incarnant un espace expérimental d’intercompréhension des manières de penser les ailleurs et les autres par le végétal. Après une présentation des six carrés du Jardin, cette intervention développera quelques cas d’études précis comme celui d’un Cédrat du Maroc, de la Lavandula Multifida et de la flore de Curacao.

Participation au Festival Altérités – Caen, 12 mars 2020

Le festival de cinéma et d’ethnographie Altérités propose une sélection de films tournés à hauteur d’hommes et qui donnent à voir et à penser la diversité des sociétés humaines, des plus lointaines aux plus proches. Les temps de rencontres y sont aussi importants que les projections. Le festival laisse la part belle aux échanges avec des réalisateurs, des auteurs, des cinéastes, des chercheurs en sciences sociales principalement ethnologues, mais aussi des photographes, des musiciens etc.

Cette année, le festival aborde une question fondamentale, celle de la relation entre l’Homme et son environnement naturel. Ce qui nous relie aux animaux, aux plantes, à la terre, à la mer, aux paysages est interrogé à travers dix films et vingt-quatre rencontres avec des ethnologues, des sociologues, des géographes, des artistes, des témoins…

Romain Simenel interviendra lors d’une rencontre le jeudi 12 mars 2020 à 15h15, à la bibliothèque Alexis de Toqueville.

Retrouvez le programme complet ici.

02/2020 – Palais de la Porte Dorée

Atelier d’écriture avec Vincent Ravalec et visite du Palais de la Porte Dorée

04 février 2020

La classe du Lycée Louis de Broglie de Marly le Roi  a réalisé un atelier d’écriture coordonné par l’écrivain-réalisateur Vincent Ravalec. Au programme, rédaction d’un scénario à partir d’un personnage mystérieux : une fillette migrante accompagnée d’une plante avec laquelle elle communique de façon curieuse, sont envoyées par la douane faire un séjour d’acclimatation au Palais de la Porte Dorée …

Après l’atelier d’écriture, accompagnés de leur professeur de Lettres Isabelle Roger et de l’anthropologue Emilie Stoll, les élèves ont visité le Palais de la Porte Dorée construit lors de l’exposition coloniale de 1931. Ils ont pu observer les plantes et les produits associés aux colonies françaises sculptés sur la façade du bâtiment. Dans un deuxième temps, la visite s’est poursuivie dans le jardin du Palais, créé par l’artiste-botaniste Liliana Motta, où ont été privilégiées des espèces dites « étrangères », venant du monde entier, et qui sont le fruit d’échanges commerciaux ou de migrations humaines. Le jardin est composé notamment de végétaux dits « invasifs » : les « mauvaises herbes » comme les appellent couramment les jardiniers.