11/2019 : Musée de l’Homme

Visite de l’exposition “Je mange donc je suis”

Novembre 2019
Visite de l’exposition “Je mange, donc je suis” au Musée de l’Homme, à Paris, en compagnie de l’anthropologue Emilie Stoll. Les élèves se sont interrogés sur l’origine et la dissémination des plantes, notamment des céréales, ainsi que sur l’altérité alimentaire : quel plante est comestible, pour qui et dans quelle culture ?

https://i.ytimg.com/vi/HctVIaCVNqs/maxresdefault.jpg

Prochain rendez-vous le 23 janvier 2020 autour des collections du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme et en compagnie de l’écrivaine Cécile Ladjali …

Contours d’une figure palestinienne : les semences “baladi”

Mission du 19 avril au 19 juillet 2019
Retour d’enquête

Par Cannelle Labuthie

L’iconographie palestinienne abonde de références à la ruralité et aux « figures » (1) qui l’habitent. Olivier, oranger ou encore paysan sont autant d’emblèmes mobilisés dans l’imaginaire collectif pour dire l’historicité d’un lien à la terre, la perte de cette dernière ou encore la lutte menée pour la conserver (2). Comme le rappelle Christine Pirinoli, ces éléments semblent indiquer « l’importance du lien à la terre et au territoire pour la structuration de la société palestinienne », au point d’en faire des « référents symboliques majeurs » (3).

Dans cette recherche je m’intéresse à la manière dont les semences locales sont aujourd’hui invoquées et investies pour rendre compte, notamment, de la singularité des expériences palestiniennes. Ces graines de plantes sont considérées dans mon travail comme « l’objet d’une médiation essentielle » (4) qui enracine à la terre et au territoire des générations de palestiniens.

Durant ce premier terrain, effectué dans les régions de Bethléem et Hébron, il s’agissait d’interroger la manière dont les cultivateurs et cultivatrices palestinien.ne.s (5) définissent leurs semences. Cette première approche par les définitions vernaculaires de mon objet de recherche m’a très rapidement amenée à m’intéresser à la catégorie baladi (littéralement du pays en arabe), terme utilisé par chacun.e pour définir et distinguer les semences palestiniennes. Dans les jardins familiaux et les terres agricoles se côtoient en effet variétés baladi et mish baladi (qui ne sont pas baladi), différenciées entre elles par leurs propriétés physiques et gustatives. Si les semences baladi sont parfois qualifiées comme étant moins productives, elles sont toutefois plus résistantes et leurs fruits, plus savoureux, sont destinés à la consommation domestique. Elles s’opposent ainsi aux semences mish baladi, terme utilisé selon le contexte d’énonciation pour parler des semences « étrangères » ou « nouvelles », c’est-à-dire les semences industrielles, de variétés standardisées, couteuses en intrants et non reproductibles.

Semences baladi d’une famille de cultivateurs et cultivatrices de Battir

Continuer la lecture de Contours d’une figure palestinienne : les semences “baladi”