Archives de catégorie : NOS ENQUÊTES

Retour sur les missions scientifiques des chercheurs.

Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)

Mission du 15 au 30 octobre 2019
Retour d’enquête

Par Emilie Stoll

L’hévéa : une plante voyageuse par excellence

L’hévéa (arbre à caoutchouc) est une plante endémique de la région amazonienne (Brésil, Bolivie, Pérou, Guyanes). Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, ses graines ont été disséminées et plantées sur quatre continents (Amérique du Sud, Europe, Asie, Afrique), ayant des effets sociétaux des plus importants. C’est cette histoire que nous allons raconter…

***

En 1743, lorsque le naturaliste Charles-Marie de La Condamine observe, pour la première fois, des arbres producteurs d’une gomme modelable, ceux-ci sont présents à l’état sauvage dans la forêt amazonienne. Les populations amérindiennes locales utilisent la gomme pour fabriquer des boules (ancêtre du ballon de foot) et des protections pour les pieds (ancêtre des bottes).

À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, les naturalistes identifient plusieurs espèces d’arbres à caoutchouc, dont hevea brasiliensis est la plus connue. Des inventions comme la gomme qui efface le graphite, les vêtements imperméables ou les bottes, montrent le fort potentiel de cette nouvelle matière. En 1839, un américain (Charles Goodyear) et un britannique (Thomas Hancock) découvrent simultanément le procédé de vulcanisation qui permet à la gomme de conserver son élasticité après avoir séchée. Dès lors, le caoutchouc peut être utilisé à grande échelle pour la fabrication de pneus, de matériel médical, etc. La demande mondiale explose.

Le cours de l’hévéa prend de la valeur et, pour suppléer les marchés, les brésiliens commencent à le planter.

Hévéas plantés dans le bas-Amazone (rivière Arapiuns, 2012).

C’est ici qu’intervient la « légende d’un rapt botanique » de l’hévéa (Astafieff, 2018, p. 92) : le britannique Henry Wickam se rend dans la région du bas-Amazone et se procure près de 74000 graines d’hevea brasiliensis qu’il expédie par bateau en Angleterre. À Londres, ces graines sont plantées dans le jardin botanique de Kew où elles sont acclimatées. Les britanniques se disent alors que s’ils maitrisaient la chaîne de production du caoutchouc, ils pourraient s’approvisionner à moindre coût. Les plant de Kew sont mis en terre dans leurs colonies d’Asie, principalement en Malaisie et à Ceylan.  Cette opération est une réussite : non seulement ils s’autonomisent de l’offre brésilienne, mais, à partir des années 1910, les arbres asiatiques ont atteint leur maturité et produisent à meilleur rendement que ceux du Brésil. L’offre asiatique provoque l’effondrement de l’industrie du caoutchouc brésilienne.

Continuer la lecture de Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)

Plantes, altérité religieuse et statues ayurvédiques en Inde

Mission du 8 juillet au 8 novembre 2019
Retour d’enquête

Par Romain Simenel
Mission longue durée financée par l’IRD

La mission de quatre mois en Inde a porté, de manière générale, sur l’usage des plantes ayurvédiques et leur rôle dans la pratique de l’hindouisme. L’objectif de la mission était tout d’abord de mieux comprendre la cérémonie des pujas (offrandes végétales aux dieux), universelle en Inde, et l’expérience sensible aux plantes dans ce cadre. Selon ma proposition, cette cérémonie est en effet l’axe fondateur du comportement écologique en Inde. L’autre objectif était de comprendre le rôle des tribus, désignées par le terme adivasi, dans l’expérience sensible des plantes et leur rôle dans la pratique rituelle hindoue.

L’ayurvéda et la tradition des Siddhas (alchimistes et phytothérapeutes) est un art de vivre basée sur l’usage des plantes pour les soins du corps et de l’esprit. Il résulte d’une tradition indienne ancienne orale et écrite qui remonte aux origines de l’hindouisme. L’ayurveda a longtemps été considéré comme un corpus de savoirs autonome situé en marge des Védas, les textes sacrés de l’Inde ancienne. Ces savoirs portent sur un très large ensemble d’espèces végétales, dont une partie n’est pas cultivée et pousse dans des aires biogéographiques bien précises selon une écologie assez fragile, le plus souvent en montagne.

Continuer la lecture de Plantes, altérité religieuse et statues ayurvédiques en Inde

Contours d’une figure palestinienne : les semences “baladi”

Mission du 19 avril au 19 juillet 2019
Retour d’enquête

Par Cannelle Labuthie

L’iconographie palestinienne abonde de références à la ruralité et aux « figures » (1) qui l’habitent. Olivier, oranger ou encore paysan sont autant d’emblèmes mobilisés dans l’imaginaire collectif pour dire l’historicité d’un lien à la terre, la perte de cette dernière ou encore la lutte menée pour la conserver (2). Comme le rappelle Christine Pirinoli, ces éléments semblent indiquer « l’importance du lien à la terre et au territoire pour la structuration de la société palestinienne », au point d’en faire des « référents symboliques majeurs » (3).

Dans cette recherche je m’intéresse à la manière dont les semences locales sont aujourd’hui invoquées et investies pour rendre compte, notamment, de la singularité des expériences palestiniennes. Ces graines de plantes sont considérées dans mon travail comme « l’objet d’une médiation essentielle » (4) qui enracine à la terre et au territoire des générations de palestiniens.

Durant ce premier terrain, effectué dans les régions de Bethléem et Hébron, il s’agissait d’interroger la manière dont les cultivateurs et cultivatrices palestinien.ne.s (5) définissent leurs semences. Cette première approche par les définitions vernaculaires de mon objet de recherche m’a très rapidement amenée à m’intéresser à la catégorie baladi (littéralement du pays en arabe), terme utilisé par chacun.e pour définir et distinguer les semences palestiniennes. Dans les jardins familiaux et les terres agricoles se côtoient en effet variétés baladi et mish baladi (qui ne sont pas baladi), différenciées entre elles par leurs propriétés physiques et gustatives. Si les semences baladi sont parfois qualifiées comme étant moins productives, elles sont toutefois plus résistantes et leurs fruits, plus savoureux, sont destinés à la consommation domestique. Elles s’opposent ainsi aux semences mish baladi, terme utilisé selon le contexte d’énonciation pour parler des semences « étrangères » ou « nouvelles », c’est-à-dire les semences industrielles, de variétés standardisées, couteuses en intrants et non reproductibles.

Semences baladi d’une famille de cultivateurs et cultivatrices de Battir

Continuer la lecture de Contours d’une figure palestinienne : les semences “baladi”

Les jardins informels de Tanger, lieu de transmission

Mission du 21 avril au 1er mai 2019
Retour d’enquête

Par Eugénie Denarnaud

J’ai choisi de mener mon sixième terrain de thèse dans les interstices non-encore affectés à la fabrique urbaine de la ville de Tanger, dans le nord Maroc. À ce travail s’adjoint celui de réaliser une série de photographies qui sont dans le corpus de ma recherche qui croise les champs disciplinaires de la géographie, de l’anthropologie du paysage et de l’art. C’est en cela qu’il s’intègre à la démarche générale du projet Exorigins.

Pour cette recherche en sciences du paysage menée au Laboratoire de recherche en paysage (École Nationale Supérieure de Paysage), je centre mon observation sur des jardins qui sont cultivés dans les interstices des quartiers périphériques, par des familles habitant à proximité. Ils sont informels, de petite taille, environ vingt mètres carrés et cultivés en pleine terre. Ils regroupent un certain nombre de plantes familières aux jardiniers citadins dans leur vie quotidienne : menthe verte, rouge et dite « des gnaouas », légumes feuilles type blettes, cardes, artichaut, épinards, mâche, coriandre, persil, des arbres fruitiers  : orangers amers, clémentiniers, figuiers, pêchers, poiriers, grenadiers, oliviers, des plantes rituelles ou médicinales : laurier noble, menthe pouliot, fausse ambroisie …

Continuer la lecture de Les jardins informels de Tanger, lieu de transmission

Les légumes-feuilles dits “indigènes” au Kenya

Mission du 19 février au 03 mars 2019  
Retour d’enquête

Par Claire Médard

Comment le retour aux légumes-feuilles dits « indigènes », dans les villes du Kenya, contribue-t-il à l’expansion d’un secteur économique qui, par rétroaction, participe à mettre fin à des pratiques plus anciennes de production/cueillette et de consommation d’une grande variété de fanes ou de feuilles comestibles* ?

Exemples de légumes-feuilles consommés au Kenya:
Lidodo (espèce de la famille des amarantes)
Murenda (espèce de la famille des jutes)

Continuer la lecture de Les légumes-feuilles dits “indigènes” au Kenya