Archives de catégorie : NOS PUBLICATIONS

Publication d’ouvrages, d’articles, etc.

Présentation du livre Les Migrations des Plantes à Grenoble – 22 mai 2024

Marion Grange et Bronwyn Louw vous convient mercredi 22 mai prochain, à 19h à la librairie Le Square de Grenoble, où elle  présenteront le livre Les Migrations des Plantes, qui paraît chez les éditions Manuella avec le soutien d’Exorigins. Elles y proposent une approche scientifique, décoloniale, paysagère et artistique des migrations végétales, et, à travers elles, une réflexion plus vaste sur les transmigrations terrestres.

Préfacé par Gilles Clément et postfacé par Marielle Macé et Jean-Marc Besse, ce livre choral s’est fait avec Judith Bastie, Bastien Beaufort, Sacha Bourgeois-Gironde, Emanuele Coccia, Francesca Cozzolino, Eugénie Denarnaud, Matthieu Duperrex, Isaline Dupond Jacquemart, Clair Dutrait, Marine Fauché, Ralph Samuel Grossmann, Jamie Herd, Sophie Krier, Marine Mane, Liliana Motta, Arnaud Orain, Jeanne Peylet-Frisch, Isabelle Rabault-Mazières, Bénédicte Ramade, Marianne Roussier du Lac, Zoë Skoulding, Jacques Tassin, Thierry Thévenin, et Clément Verger.

Plus d’infos sur le livre et les éditions Manuela ici
Entrée dans la limite des places disponibles, réservation conseillée 1 semaine avant la rencontre: sur place, par téléphone au 04.76.46.61.63. ou par mail sur reservation@librairielesquare.fr
Plus d’infos sur la librairie : ici.

Lancement du livre Les Migrations des plantes (2 mars 2024)

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soirée de lancement du livre Les Migrations des plantes (mars 2024, Manuella Éditions), qui se tiendra le 2 mars prochain à 18h à la librairie Petite Egypte (Paris, 2e), en présence de Jacques Tassin

Le livre émane des journées universitaires et artistiques de juin 2022. Il a été soutenu financièrement par le projet Exorigins. Il compte avec les contributions de quatre membres de l’équipe (Liliana Motta, Eugénie Denarnaud, Bronwyn Louw, Marion Grange).

Présentation : Arrimé au sol par ses racines, le monde végétal semble
constituer au sein du vivant le règne de l’immobilité. Pourtant, les plantes aussi se déplacent. Textes scientifiques et critiques, entretiens, poèmes, enquêtes et photographies entrent ici en conversation pour interroger les modalités de leurs migrations, en dehors des rejets que provoquent parfois les plantes dites « invasives », miroirs de nos peurs et de nos saccages.
Suivre le végétal dans ses voyages invite à conjuguer
l’émerveillement face à l’inventivité et la puissance de résistance des plantes migrantes et le trouble induit par les ambiguïtés (post-)coloniales de la transplantation des vivants. Les plantes vagabondes ouvrent encore notre attention aux friches et aux bords de routes : elles appellent une approche paysagère des brassages planétaires et
suscitent des pratiques indisciplinées de la recherche, du jardinage et des arts.
Appréhender les plantes par la migration, c’est alors embarquer dans l’histoire plus vaste des transmigrations terrestres, pour rappeler que la migration est la condition partagée des vivants et une force créatrice de milieux et de mondes.
Les manières que nous avons d’appréhender ces mouvements végétaux font éclater au grand jour des enjeux esthétiques, éthiques et politiques, articulés autour de quatre axes : modalités, indisciplines végétales, ambiguïtés coloniales et postcoloniales et enfin sympoïèses*.

L’adresse du livre est plurielle : lecteurs et lectrices sensibles aux mondes académiques, artistiques et du jardin.

Avec les textes de : Judith Bastie · Bastien Beaufort · Jean-Marc Besse · Sacha Bourgeois-Gironde · Gilles Clément · Emanuele Coccia · Francesca Cozzolino · Eugénie Denarnaud · Matthieu Duperrex · Isaline Dupond Jacquemart · Claire Dutrait · Marine Fauché · Ralph Samuel Grossmann ·
Jamie Herd · Sophie Krier · Marielle Macé · Marine Mane · Liliana Motta · Arnaud Orain · Jeanne Peylet-Frisch · Isabelle Rabault-Mazières · Bénédicte Ramade · Marianne Roussier du Lac · Zoë Skoulding · Jacques Tassin · Thierry Thévenin · Clément Verger


Sur la matérialité de la période de l’hévéa, au Brésil

Article de Tiago Muniz, post-doctorant du projet Exorigins, paru dans la revue brésilienne Revista de Arqueologia (vol. 14, n. 1, mai-août 2023), au sein de la rubrique “Résumés de thèses et mémoires de mastère”. La thèse a été soutenue en 2022 à l’Université Fédérale du Para (Brésil).

Résumé :

Cette thèse de doctorat propose d’utiliser le concept de matérialité de la période hévéa à partir de l’étude des événements historiques, des matériaux et des rapports liés aux usages du caoutchouc et à la trajectoire des graines de caoutchouc de la Basse Amazonie.

En 1876, Henry A. Wickham vendait 70 000 graines d’hévéa récoltées à Santarém (Pará) au Royal Botanical Garden (Londres), également appelé Kew Gardens. À partir des graines germées, l’espèce Hevea brasiliensis a été introduite à Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka), étant alors largement cultivée en Asie du Sud Est et faisant s’effondrer l’économie de la gomme élastique au Brésil. Les produits en caoutchouc, comme les gants, les raquettes, les pneus et les articles industriels, au tournant du 20e siècle, ont façonné le monde en ce qu’on pourrait appeler « moderne ». En ce sens, il est possible d’affirmer que les notions d’asepsie et de globalisation ont émergé sous la production de matériaux en caoutchouc. Cependant, l’endroit où les graines d’hévéas indigènes ont été récoltées a été depuis délaissé, plus précisément le village de Boim (situé dans la réserve extractiviste Tapajós Arapiuns), où une enquête de terrain a été menée.

Lire la suite de l’article ici.

Materiality of Rubber: An Emerging Past from the Brazilian Amazon that Entangled the World

Article de Tiago Muniz publié dans la revue International Journal of Historical Archaeology.

Résumé : This article analyzes the history of the natural rubber industry in the Brazilian Amazon, including the colonialist involvement of the British Empire and the industrial heritage of rubber. It provides an overview of the natural rubber species, tapping and extraction systems, and the establishment of rubber plantations that entangled and modernized the world. The present article considers the role of actants and entanglements between human and non-human agencies in the forest as coproducers of knowledge and resistance. In conclusion, the wide variety of works and approaches on the archaeology of rubber and its industrial heritage is presented and offers perspectives for new debates.

Lien vers l’article.

Esquisse d’une archéologie de la représentation de la maladie comme vecteur de la disparition des Amérindiens

Suite à son enquête ethnographique dans les jardins de Curaçao, Romain Simenel nous propose un article publié dans la revue canadienne Drogues, Santé et Société.

Lire l’article ici.

Résumé:

Si le génocide amérindien est avéré, ses causes précises restent sujettes à discussion et le degré de l’intentionnalité qui en est à l’origine aussi. Selon une vision commune partagée par de nombreux historiens et démographes, la très grande majorité des Amérindiens disparue lors des premiers siècles de la colonisation le fut sous l’effet d’un « choc viral », en raison de leur vulnérabilité à l’égard des pathogènes venus d’Europe ou d’Afrique. D’où nous vient donc cette idée sur la vulnérabilité des Amérindiens à l’égard des « maladies des blancs » et sur le « choc viral » et est-elle bien fondée ? Cet article propose quelques pistes de recherche pour une archéologie de la représentation de la maladie comme raison principale de la disparition des Amérindiens. En ouverture du propos, une version caribéenne met d’abord à jour tout un autre pan de l’histoire, à savoir celui de la réaction des collectifs amérindiens de l’île de Curaçao face aux épidémies, en recourant aux plantes médicinales. Ce regard décalé nous invite à interroger de plus près la chronologie des épidémies telle que relatée dans les écrits et chroniques des premiers conquistadors pour ensuite poser la question de l’existence d’une pandémie à l’échelle continentale lors des premiers siècles de la colonisation. Parallèlement, l’article met en exergue l’impact du changement brutal de mode de vie, de l’esclavagisme, sans oublier la destruction des systèmes de santé via notamment la prohibition des plantes médicinales et les actes d’attaques biologiques, sur le développement des épidémies. L’article finit par proposer qu’après avoir servi à construire un discours politico-éthique sur la disparition des Amérindiens, ces arguments de vulnérabilité et de « choc viral », principaux supports d’une lecture de l’histoire de la disparition des Amérindiens selon l’angle de la maladie, ont nourri la cause eugéniste avant d’entrer dans le sens commun via un détournement des thèses malthusiennes et darwiniennes.

Mots-clés : pathogène, histoire de l’Amérique, savoirs médicinaux, plantes, altérité, génocide

Vers une anthropologie de la transmission par-delà nature et culture : Altérité, apprentissage et communication des formes

Romain Simenel a soutenu son mémoire d’Habilitation à Diriger les Recherches (HDR), à l’EHESS, le mercredi 9 juin 2021.
Le jury était composé par Béatrice Fraenkel (EHESS), Ahmed Aarab (Université Abdelmalek Essaadi), Maurice Bloch (LSE), Carlo Severi (EHESS et CNRS), Denis Vidal (IRD), François Déroche (Collège de France) et Philippe Descola (Collège de France).

Titre du mémoire :

Vers une anthropologie de la transmission par-delà nature et culture : Altérité, apprentissage et communication des formes

Résumé:

Ce projet d’HDR part du constat d’une déconnexion progressive entre la transmission culturelle et l’expérience sensible de la nature qui fait suite au grand partage entre Nature et Culture instauré en Europe par le naturalisme (Descola, 2005) et dont les effets furent multipliés à notre époque par l’esprit de conservation de la nature (Pyle 1978, 2002 ; Miller 2005). L’extinction de l’expérience environnementale amplifiée par la politique de conservation est un processus combinant plusieurs facteurs tels que l’homogénéisation et la réduction de la flore et faune environnantes, et la désaffection et l’apathie qu’elle génère à l’égard de la biodiversité (Pyle, 1978). À terme, ce processus entraîne une « amnésie environnementale générationnelle » (Kahn 2002), dont l’oubli principal concerne ce que l’intelligence des humains doit aux autres intelligences. L’ambition de ce projet d’HDR est d’étudier de manière empirique et transdisciplinaire le rôle de l’expérience sensible que les humains entretiennent avec les autres existants dans l’apprentissage et la transmission culturelle. Il s’agit de reconsidérer les autres existants, végétaux et animaux comme des acteurs de notre apprentissage et de notre transmission culturelle afin de comprendre la co-construction des intelligences. Ce projet a pour objectif d’ouvrir un vaste champ de recherche qui consiste à identifier les affinités sélectives entre les intelligences du monde dont celle de l’homme a pour vocation d’en faire pleinement partie afin de mieux comprendre la manière dont la culture émerge de la vie.

Le Jardin « porte-paysage » : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc)

Thèse de Doctorat en Sciences du Paysage, soutenue par Eugénie Denarnaud le 11 septembre 2020.

Résumé :

L’objet de la recherche est l’étude de jardins informels, nés dans un phénomène urbain massif, initié en l’an 2000. Une étude critique du paysage local, menée par l’observation ethnobotanique, géographique et paysagère d’actions jardinières potentiellement coercitives, est conduite dans le contexte actuel de planification urbaine. À certains égards, les Tangérois sont des marcheurs, des arpenteurs, des connaisseurs de leur environnement. Ils tirent une interaction positive avec leur milieu dans un contexte métropolitain : connaissance des fleurs ; des résines ; des abeilles ; des animaux sauvages ; des phénomènes météorologiques et géologiques. Autant d’éléments hétérogènes qui entrent dans ce qu’on peut nommer le paysage. Cette particularité tangéroise a permis d’explorer le fait urbain sous deux angles. Celui de la cité séculaire sans cesse réinventée dans son territoire. Et celui de la ville comme reflet contemporain de la modernité.

Thèse et missions de terrain soutenues par le programme Émergence(s) ville de Paris (projet Exorigins), les fondations Eve Marre et Casa Proal, le Mécénat de la caisse des dépôts et consignations.

Soutenances des étudiants de l’équipe Exorigins

Trois étudiants de l’équipe Exorigins ont soutenu leur travaux de fin d’étude au mois de septembre 2020.

  • Fanny Blaizot a soutenu son mémoire d’étape de Master 1 Migrations, Racisme et Altérités, à l’Université de Paris, le 4 septembre 2020, sous le tutorat de Emilie Stoll.
    Titre du travail : Stéréotypes, discriminations et formes de luttes dans différentescommunautés chinoises à Paris.
  • Eugénie Denarnaud a soutenu sa thèse de Doctorat à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, le 11 septembre 2020, sous la codirection de Vincent Piveteau et Romain Simenel.
    Titre de la thèse : Le Jardin “porte-paysage” : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc).
    Lire le résumé : ici.
  • Léo Truglia a soutenu son mémoire d’Ingénierie des espaces végétalisés urbains, à AgroParisTech, le 30 septembre 2020, sous la codirection de Christine Aubry, Pauline Sy, Emilie Stoll et Pierre Morand.
    Titre du mémoire : Etude des savoirs et pratiques culinaires des habitants de Bondy et évaluation de la pertinence à mettre en place une filière de production de fruits et légumes notamment “exotiques” dans et pour la ville

Faire sa place et faire “famille” dans les villages de basse Amazonie (Brésil)

Rôle de la socialisation enfantine dans les dynamiques familiales de transmission

Auteurs : Emilie STOLL et Chantal MEDAETS
Revue : AnthropoChildren, vol. 8, 2020.

Télécharger l’article : ici.

Résumé:
Comment se définissent les contours de la famille de basse Amazonie riveraine, au Brésil ? Quelles modalités d’apprentissage informent ces dynamiques ? Dans cet article, nous mettons en regard deux processus de transmission qui obéissent à une logique d’exclusion: la transmission de savoirs et savoir-­faire et la transmission de la terre. À l’âge adulte, la transmission inégalitaire de la terre engendre des conflits entre germains et modifie le périmètre de ce que les personnes de la région considèrent comme «la famille»; pendant l’enfance,l’exclusion de ceux qui ne maîtrisent pas tel ou tel savoir-­faire les obligent à devenir des «chasseurs de savoir» et à se débrouiller seul pour apprendre. Les conflits et rivalités que l’on observe à l’âge adulte autour des questions d’héritage prolongent cet ordinaire enfantin où prévaut le «chacun pour soi», sur fond de relations interpersonnelles âpres, y compris à l’intérieur de la famille.

Les auteures remercient le projet Exorigins qui a co-financé une mission de terrain pour la réalisation de ce travail sur les inégalités de traitement au sein des familles métisses en Amazonie.

Comment devient-on Indigène ou Chérif par une origine juive ?

Trajectoires généalogiques pour repenser le lien au sol en Amazonie et au Maroc

Revue Lusotopie – tome XVIII, fascicule 2 – 2020

Auteurs : Romain Simenel (IRD) et Emilie Stoll (CNRS)

Résumé : Quel est le point commun entre un chérif musulman (descendant du prophète Mohammed) de la confédération Aït Ba’amran des tribus du Sud-Ouest marocain et un Indigène animiste d’Amazonie brésilienne ? À la surprise de l’ethnologue, tous deux sont affiliés à une ascendance juive. Cette judaïté, conçue davantage comme une origine que comme une pratique religieuse, participe à préciser le lien au sol des générations actuelles. La mise en regard de deux cas ethnographiques permet une discussion plus large sur la multiplicité des origines en contexte migratoire dans le temps long. La judaïté des origines participe à asseoir pleinement l’inscription actuelle des populations au sein d’un espace marqué par l’histoire de la construction des Etats empires portugais et espagnols.

Mots-clés : Identification – Immigration juive – Lien au sol – post migration – Amazonie – Maroc – Empire portugais

Lire l’article :
Lien URL vers le site de l’éditeur : Brill
Lien URL vers la version pré-print : HAL