Archives de catégorie : COLLOQUES

Organisation et participation à des Colloques et Séminaires scientifiques

Colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire

Vendredi 24 mai 2024 à 11h20, Bronwyn Louw évoquera le livre Les Migrations des plantes dans la communication “Et Pourtant, elles migrent ! Les plantes au sein des transmigrations terrestres” lors du colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire organisé par Delphine David, Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin à l’Université Paris-Cité. 

Pour plus d’informations : https://iutparis-seine.u-paris.fr/calendar/ Entrée libre sans inscription obligatoire.

Résumé : Pour penser les migrations végétales, le livre Les Migrations des plantes (Manuella, 2024) se propose de partir du paradoxe que présente le mouvement de ce qui nous semble le plus enraciné, le mieux arrimé au sol : les plantes.  Toute une constellation contemporaine de mots rend compte de la mobilité végétale : le voyage, le brassage, la métamorphose, les plantes vagabondes ou les plantes du chaos… Mais on souhaite plus particulièrement, dans le prolongement d’un certain nombre de propositions contemporaines, mettre en avant le mot de migration. Pourquoi ce choix ? Évidemment, les plantes ne migrent pas de la même manière que les humains, les oiseaux, les rennes ou les saumons. La valeur du mot migration est plutôt dans les imaginaires politiques qu’il charrie. Il vient soutenir des travaux qui s’essayent à penser la migration à l’échelle des transmigrations terrestres pour susciter d’autres imaginaires migratoires : il est solidaire d’une représentation non-fixiste du vivant, qui soutient que la migration est une loi primordiale de la vie, qu’il n’y a pas de vie sans déplacement. Le mot migration permet enfin encore d’enquêter et d’alerter sur les inquiétants points de contact entre xénophobie et bioxénophobie, puisque humains et plantes venues d’ailleurs suscitent souvent les mêmes mots, les mêmes peurs, les mêmes rejets. Il s’agit d’interroger la manière dont les compréhensions contemporaines les plus répandues des migrations végétales sont sous-tendues par des métaphores guerrières, virales ou xénophobes, mais aussi de rendre compte d’un travail du langage et des images, engagé notamment par Jacques Tassin, Gilles Clément, Liliana Motta, ou encore Bénédicte Ramade, pour nourrir un autre imaginaire poétique et politique des plantes migrantes. 

De l’Altérité des Plantes et des Humains. Circulations globales et (ré)appropriations locales /// 12 & 13 octobre 2023

 Colloque final du projet EXORIGINS 
 Parc Floral de Paris
> Pavillon 1 
Colloque en mode hybride (présentiel et à distance)

Le lien d'accès en visioconférence sera communiqué par e-mail aux inscrits la veille du colloque

***
Inscription avant le 07 octobre 2023
***

***

Les végétaux – sous forme de graines, de fruits, de plants – ont de tous temps voyagé au gré des circulations des différents collectifs du vivant, parmi lesquels les sociétés humaines. La dissémination des végétaux autour du monde par les humains a souvent accompagné les conquêtes – militaires, religieuses, économiques et à visées coloniales. Elle a même souvent été encouragée par des politiques d’accaparement des savoirs et des savoir-faire techniques, à l’exemple de celles qui sont à l’origine des grandes explorations naturalistes réalisées par les puissances coloniales. Les sociétés d’accueil de ces végétaux se les sont appropriés et ont créé, à leur tour, de nouveaux discours, et mis au point de nouvelles techniques pour les façonner à leur image. De fait, les patrimoines culinaires et paysagers que nous connaissons aujourd’hui sont le résultat de ces circulations végétales intensives. Cette mise en ordre du monde végétal par les sociétés d’accueil s’est accompagnée d’un traitement cognitif des Autres et des Ailleurs, c’est-à-dire de production d’altérités.

Continuer la lecture de De l’Altérité des Plantes et des Humains. Circulations globales et (ré)appropriations locales /// 12 & 13 octobre 2023

Historical Archaeology, or the Material History of the Modernity

Experiencing landscapes around the four corners of the world

Coordination de session

29th Annual Meeting of the European Association of Archaeologists (Belfast, Northern Ireland)

  Par Tiago Muniz  

Lors de la réunion annuelle des archéologues, à Belfast, le projet EXORIGINS était présent avec la participation de Tiago Silva Alves Muniz, qui a coordonné une session en collaboration avec sa collègue, Dr. Johana Caterina Mantilla Oliveros (Université de Bonn, Allemagne).

La session #687 intitulée “HISTORICAL ARCHAEOLOGY OR THE MATERIAL HISTORY OF THE MODERNITY: EXPERIENCING LANDSCAPES AROUND THE FOURS CORNERS OF THE WORLD” visait à débattre la problématique suivante :

Le colonialisme européen a créé un chapitre sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Des flux de personnes, de plantes, d'animaux, d'objets, de marchandises, de connaissances et d'idées ont eu lieu, mais de manière différenciée et inégale. Tout en positionnant les Amériques comme son centre de production, l'Afrique et l'Asie comme son espace d'approvisionnement, dans ces nouvelles articulations géographiques, l'Europe est devenue le centre de concentration des profits. Que ce soit pendant la période coloniale en Amérique ou l'expansion européenne en Afrique au XIXe siècle, les processus de négociation, d'adaptation et de résistance à la colonisation ont généré des contextes d'interaction et de lutte entre les groupes sociaux impliqués (par exemple, les autochtones, les Africains et les Européens), ainsi qu'entre ceux-ci et l'environnement habité. En ce sens, la création du monde moderne, compris comme un système de relations, est marquée par la simultanéité d'assemblages matériels et d'expériences liées à la violence et à la douleur, au plaisir ou à la joie, et à l'invention. Tout au long des XIXe et XXe siècles, le colonialisme a développé des spécificités supplémentaires. Il a donné naissance à de nouvelles relations de dépendance et de soumission, marquées désormais par des dynamiques économiques et des formes particulières d'exploitation (par exemple, la fin de l'esclavage et l'intensification de la contrebande, le servage dans les zones rurales pour l'exploitation du tabac, du sucre ou du caoutchouc). Ainsi, l'avènement de ce qui a été appelé la "Deuxième Esclavage" a été possible dans la mesure où de nouvelles conditions étaient nécessaires pour l'expansion même du capitalisme. Dans ce contexte général, nous invitons nos collègues à présenter leurs études de cas. Certaines des questions à aborder sont les suivantes : 
>> Où, quand et comment les individus et les groupes sociaux ont-ils affronté les nouvelles conditions d'inégalité et de vie ?
>>
Comment la création du monde moderne a-t-elle façonné de nouvelles "expériences de l'être" à travers le monde ?
>>
Comment ces analyses contribuent-elles à dimensionner les limites de la modernité et à imaginer de nouvelles possibilités de relation ?.

Continuer la lecture de Historical Archaeology, or the Material History of the Modernity

The struggle for natural rubber  

 or how its local processes and global stories moved (around) the world

Participation de Tiago Muniz à la Journée des Jeunes Chercheurs du Centre Alexandre-Koyré, les 11 et 12 mai 2023.

Résumé :

The rubber case is probably the best example of botanical colonialism in global history. During the 19th century, it became massively common to acquire other country’s flora. In 1876, Sir Henry Wickham shipped 70.000 Hevea brasiliensis seeds from the Lower Amazon (Para State, Brazil) to Kew Gardens, the Royal Botanical Gardens in London. Rubber plantations were very profitable investements worldwide – with different lactescent species and actors involved. The high demand for rubber items for the industry (gaskets, personal proctetive equipement and tires) and medicine (surgical gloves) made the economy in Brazil grow. But that boom was faded to collapse as the southeastern asia plantations entered the global market. So, by the end of the rubber boom (1850-1920) the rubber tappers and entire villages were left behind at the Amazon – and yet we can see these fading tales of nature domination in the landscape. In pursue of historical records, museological discourses and materiality debates this research aims to identify rubber types, enterprises and historical characteres that played an important role in the colonial circulation of plants and knowledge around the globe – with special fous in comparing the British and French empires’ efforts in the struggle for rubber. Follow the rubber path, from the Amazon to Europe and so on Asia, this project aims to collaborate with many research centers worldwide. After its first phase analyzing collections in Europe, the project aims to go back to fieldwork at the very same place where Sir Wickham collected the rubber seeds and document elder practices, techniques systems, environmental perceptions and amazonian knowledge. Finally, the expected outputs are to contribute to the history of science and technology, global south debates in globalization  and the materialities of rubber within the environmental hummanities approach.

Keywords: Ethnology of nature and envinronment, Technologies and techniques, Plantations and plantionocene, Entanglements and non-humans, Globalization and commodities, Amazon/Asia.

A corrida pela borracha natural ou como processos locais e histórias globais moveram o mundo

Participation de Tiago Muniz au Coloquio Paisajes americanos @Compostela2023, lors de 2e assemblée européenne d’Archéologie des Amériques, du 19 au 21 avril 2023.

Résumé de sa présentation :

O caso da borracha é provavelmente o melhor exemplo de colonialismo botânico na história mundial. Durante o século XIX, tornou-se cada vez mais comum adquirir espécies de outros territórios dada a intensa circulação de itens entre as metrópoles e colônias. Em 1876, o inglês Sir Henry Wickham enviou 70.000 sementes de Hevea brasiliensis do Baixo Amazonas (Pará, Brasil) para os Jardins Botânicos Reais de Kew (Londres, Reino Unido). A partir dessa transferência de sementes, o monopólio da produção de borracha na Amazônia foi ameaçado por uma série de inovações técnológicas subsequentes, incluindo a criação de novas plantas, organização de plantations, padronização de técnicas de corte e organização do trabalho. Com efeito, as plantações de borracha se tornaram investimentos lucrativos em todo o mundo, com diferentes espécies e atores envolvidos. A alta demanda por itens de borracha para a indústria (vedações para motores, equipamentos de proteção pessoal e pneus) e medicina (luvas cirúrgicas) fez com que a corrida pela borracha aumentasse cada vez mais. O declínio da economia da borracha no Brasil (1850-1920) impactou seringueiros e povoados inteiros que foram deixados para trás – e ainda podemos ler essas histórias de dominação da natureza persistentes na paisagem. A presente pesquisa visa identificar, de maneira ampla, os tipos de borracha, empresas e personagens históricos que desempenharam um papel importante na circulação colonial de plantas e conhecimentos ao redor do mundo, com foco especial na comparação dos esforços dos impérios britânico e francês na luta pela borracha. Dessa maneira, os debates aqui suscitados versam sobre a história da ciência e tecnologia, papel do sul global, commodities, globalização e as materialidades da borracha e humanidades ambientais. Através de uma arqueologia da borracha é possível ainda estimular visão crítica dos impactos das commodities na Amazônia e no mundo, levando em conta as percepções do ambiente em comunidades impactadas por essa indústria e como se relacionam com esse patrimônio industrial. Por fim, ao analisar as evidências materiais da produção e circulação de borracha, é possivel melhor compreender as situações dos trabalhadores e os contextos em que a borracha foi produzida e comercializada, onde se destacam impactos ambientais e crimes contra a humanidade.

Palavras-chave: antropologia histórica, arqueologida do presente, arqueologia da técnica, antropologia da globalização, Amazônia.

Appel à communications EAA : THE MATERIAL HISTORY OF MODERNITY

L’équipe EXORIGINS sera présente au 29th European Association of Archaeologists Annual Meeting, à Belfast, du 30 août au 2 septembre 2023. L’appel à communication est ouvert et vous pouvez soumettre votre proposition pour la session 687, intitulée “Historical Archaeology or the material History of the Modernity: Experiencing landscapes around the four corners of the world“. Elle sera coordonnée par notre post-doctorant Tiago Muniz. Continuer la lecture de Appel à communications EAA : THE MATERIAL HISTORY OF MODERNITY

Caoutchouc: archéologie historique en Amazonie

Conférence de Tiago Muniz à l’Université Fédérale du Para (Amazonie brésilienne) le 17 janvier 2023.

Résumé:

Cette conférence vise à discuter de l’importance de l’archéologie brésilienne et amazonienne en approfondissant la recherche sur le passé récent, avec un accent particulier sur la transition entre les XVIIIe-XIXe et XIXe-XXe siècles, en Basse Amazonie. Nous pouvons appréhender les objets comme un texte – par exemple: une bouteille – et ainsi découvrir des indices sur les lieux de leur production, la date à laquelle ils ont été produits, les possibles formes d’arriver là où ils se trouvent, les acteurs impliquées, les utilisations et possibles réutilisations, le type d’alimentation, le coût de la vie, c’est-à-dire une série de questionnements à partir desquelles l’analyse archéologique peut démontrer la dynamique sociale du lieu grâce à la culture matérielle de ses occupants. J’aborderai ainsi des thèmes tels que les villages autochtones multiethniques, l’arrivée d’Africains réduits en esclavage, les dynamiques sociales et le rôle des “drogues du sertão” (produits destinés à l’exportation vers l’Europe, collectés en forêt amazonienne par les Indiens captifs : clou de girofle, vanille, guarana, cacao, noix du brésil, etc.) dans le contexte de l’expansion de la domination coloniale portugaise. Puis, pour la période suivante, je montrerai comment le boom du caoutchouc (1850-1920) a contribué à la construction des plus grandes villes amazoniennes (au Brésil: Manaus, Belém) et à la modernisation mondiale. Mais avec la perte du monopole brésilien sur la production mondiale de caoutchouc naturel, de nombreux lieux d’extraction de latex ont été abandonnés et peuvent aujourd’hui être considérés comme des « villes fantômes », à l’image de Fordlandia. Actuellement, Tiago Muniz mène des recherches postdoctorales au Centre Alexandre Koyré sur la migration des plantes, les savoirs associés au caoutchouc naturel et son appropriation à Paris.

Journée d’étude “Les migrations des plantes” 24-25 juin 2022

Rencontres universitaires et artistiques
organisées par le CRAL/EHESS, en partenariat avec le Théâtre du Parc

24-25 juin 2022 – Théâtre du Parc (Parc Floral de Paris)

« Et pourtant, elles migrent ! Les migrations des plantes : modalités, ambivalences, enjeux. » 

Bronwyn Louw et Marion Grange, doctorantes à l’EHESS (CRAL – UMR 8566) et membres du projet EXORIGINS, organisent des rencontres universitaires et artistiques, en plein cœur du Parc floral de Paris, et parrainées par le philosophe-jardinier Gilles Clément.
Ces journées, pleinement interdisciplinaires, embarquent l’université au théâtre – et au jardin ! – et ont à cœur de brasser les mondes : monde universitaire et grand public ; sciences, sciences humaines et sociales, monde des arts et de la scène. Au programme : des communications, des discussions, des lectures, des photographies, des poèmes, des performances…

télécharger le PROGRAMME

Avec la participation de Bastien Beaufort, Sacha Bourgeois-Gironde, Emanuele Coccia, Eugénie Denarnaud, Matthieu Duperrex, Isaline Dupond Jacquemart, Claire Dutrait, Marine Fauché, Ralph Samuel Grossmann, Jamie Herd, Lou Kermarrec, Marine Mane, Arnaud Orain, Jeanne Peylet-Frisch, Isabelle Rabault-Mazières, Bénédicte Ramade, Marianne Roussier, Zoë Skoulding, Jacques Tassin, Thierry Thévenin, Clément Verger, et le concours de Gonzalo Campo, Lénaïg Cariou, Florence Goguel, Daniela Labbé Cabrera, et Cécile Mont-Reynaud.

Pour plus de détails sur l’événement, rendez-vous ici.
Réservation conseillée à ce lien
(la réservation permet de ne pas payer l’entrée du Parc Floral).

Une buvette à participation libre et des restaurants situés à proximité vous permettront de vous restaurer les vendredi et samedi midis.  
Nous espérons vous y retrouver nombreuses et nombreux !

Crédit photo : © Eugénie Denarnaud, ADAGP – Droits réservés – Série Écosystème de la route, 2013.

Journée d’étude Jardins en Migrations / 23 mai 2022

L’équipe EXORIGINS (Centre Alexandre Koyré ; Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales ; PALOC) et Mondes Américains sont heureux de vous inviter lundi 23 mai 2022 à une journée d’études “Jardins en Migrations“, consacrée aux travaux de la sociologue Pierrette Hondagneu Sotelo, professeure à University of Southern California et actuellement accueillie à l’EHESS.

Conférence inaugurale (10h15): Almost Paradise: Sustaining Immigrant Life in Urban Community Gardens

Résumé : This lecture draws on research included in my book Paradise Transplanted: Migration and the Making of California Gardens (2014) and also from research I conducted more recently at two large urban community gardens in Watts, which will be included in the forthcoming book. In this lecture, I cover the development of urban community gardens, and focus on important dynamics occurring in immigrant community gardens located in poor urban neighborhoods. These are sites of homeland re-creations and recreation, places of cultural affirmation and belonging where people come together to improvise solutions to everyday problems. In the past, community gardens in poor, marginalized urban l neighborhoods were often threatened with demolition, but now many of these are supported and protected by agreements with municipal authorities, land trusts and NGOs. With the infrastructural support, however, new difficulties of democracy emerge, and I explore these tensions and trade-offs.

La conférence sera suivie d’un buffet déjeunatoire, puis l’après-midi sera consacré à une visite du Jardin des Altérités, jardin créé par l’équipe EXORIGINS en partenariat avec l’artiste Liliana Motta, puis à une table-ronde. Nous vous attendons nombreux !

18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Colloque CIST2020 “Population, temps, territoires”

L’équipe EXORIGINS sera présente au colloque virtuel 2020 du CIST et coordonnera un panel, le 18 novembre 2020, de 13h30 à 18h.

Intitulé “Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux“, le panel P est coordonné par Irène Dos Santos (CNRS/Urmis), Laure Emperaire (IRD/Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS/CAK), Romain Simenel (IRD/Paloc) et Emilie Stoll (CNRS/LC2S).

Le colloque aura lieu intégralement à distance. Pour y participer, il est possible de s’inscrire ici.

Résumé de la session P :
Cette session propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les proces-sus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques où des végétaux ont été emportés par des individus dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la reformulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les humains qui suivent la trajectoire – économique et sociale, parfois géographique – des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Nous pensons ici à l’exploitation commerciale (boom du caoutchouc, du café, du jute, etc.) ou médicinale (par exemple le quinquina Cinchona officinalis, cf. Boumediene, 2016) de certaines espèces pendant et après la période coloniale.Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :1. Sociétés et territoires au miroir du végétal : requalification des personnes, des végétaux, des territoires ;2. Planter ses racines : diversité bio-culturelle et ancrage aux lieux dans les pratiques de jardinage ;3. Planter pour dominer : « plantes utiles » et maîtrise territoriale en contexte colonial et post-colonial.

Continuer la lecture de 18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

De l’altérité des plantes à celle des humains : l’exemple du jardin des Altérités

Romain Simenel a été invité par Anolga Rodionoff, directrice adjointe du CIEREC Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (Université de Lyon / Université Jean Monnet Saint-Etienne) et Eugenia Reznik, artiste et doctorante à l’Université de Saint-Etienne et à l’Université de Québec à Montréal (UQAM), pour donner une intervention intitulée : “De l’altérité des plantes à celles des humains : l’exemple du jardin des Altérités” dans le cadre de la journée d’étude Figures de l’altérité, Figures de l’effacement, le 3 avril prochain.

Voici le résumé de son intervention :

Les plantes nous disent souvent bien des choses sur l’ailleurs et les autres. Leurs noms tout d’abord, ceux aux accents exotiques, évoquent des contrées lointaines ou des peuples étrangers. Leurs physionomies se prêtent à toute sorte d’analogie avec des symboles d’un autre temps ou d’un autre lieu. Certaines plantes ont voyagé avec ou sans les hommes pour conquérir le monde et le récit de leur périple continue de nourrir toujours plus d’univers mentaux. Cette tendance des humains à penser l’autre et l’ailleurs au travers des plantes prend une signification particulièrement saillante dans le contexte migratoire. La multiplication des trajectoires migratoires des humains sur Terre et dans l’histoire a logiquement multiplié les trajectoires des végétaux mais aussi leur combinaison avec des figures de l’ailleurs et de l’altérité. Comment une plante transmise au sein de sa famille informe-t-elle les mises en récit sur soi-même et sur autrui, sur ce qui est endémique et exotique, sur l’ici et sur l’ailleurs ? Comment les végétaux présents dans nos espaces quotidiens et domestiques sont-ils mobilisés pour ordonner les origines et les mémoires associées à de multiples lieux [Baussant, 2007, 2015] ? Enfin, comment interviennent-ils dans notre manière de traiter autrui et plus spécifiquement l’étranger [Tassin 2014] ? Le Jardin des Altérités situé en face de la galerie de l’évolution dans le Jardin des Plantes est conçu pour répondre à ces questions en incarnant un espace expérimental d’intercompréhension des manières de penser les ailleurs et les autres par le végétal. Après une présentation des six carrés du Jardin, cette intervention développera quelques cas d’études précis comme celui d’un Cédrat du Maroc, de la Lavandula Multifida et de la flore de Curacao.

Appel à communication : session “Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux”

Nous vous invitons à soumettre avant le 26 janvier 2020 vos propositions de communication pour la session P du 5e colloque international du Collège international des sciences territoriales (CIST), intitulé Population, Temps, Territoire et qui se déroulera du 18 au 21 novembre 2020, au Campus Condorcet Paris-Aubervilliers.

Titre de la session : Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Organisation : Irène Dos Santos (CNRS – Urmis), Laure Emperaire (IRD – Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRA – Cak), Romain Simenel (IRD – Paloc), Emilie Stoll (CNRS – Urmis)

Problématique :

Cette session se propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les processus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques, où des végétaux ont été emportés par les hommes dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la (re)formulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les hommes qui suivent la trajectoire (économique et sociale, parfois géographique) des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un des trois axes suivants :

Continuer la lecture de Appel à communication : session “Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux”

Vidéos du Workshop de présentation de l’équipe EXORIGINS

Retrouvez les vidéos des présentations des chercheurs de l’équipe EXORIGINS réalisées lors du Workshop du 28 mars 2019, au Muséum National d’Histoire Naturelle – Jardin des Plantes de Paris.

INTRODUCTION

Titre : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des Parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d’imaginaires

Emilie Stoll, anthropologue au CNRS (laboratoire Urmis), porteuse du projet

Titre : L’équipe Exorigins et ses partenaires muséaux

Arnaud Dubois, anthropologue au CNAM (laboratoire HT2S)

PARTIE 1 CIRCULATION DES VÉGÉTAUX DANS LE MONDE : LES TERRAINS DES CHERCHEURS

Titre : Le cédrat dans l’Anti-Atlas marocain

Romain Simenel, anthropologue à l’IRD (laboratoire Paloc) Continuer la lecture de Vidéos du Workshop de présentation de l’équipe EXORIGINS