Tous les articles par Emilie Stoll

Pesquisadora do Centre National de Recherche Scientifique Colaboradora do Centro de Documentação Histórica do Baixo Amazonas

Retour en images sur les Visites insolites du Jardin des altérités

Le mardi 11 octobre 2022, ont eu lieu deux visites insolites du CNRS au Jardin des Altérités, durant la #Fête de la Science, organisées par la délégation Paris-Centre du CNRS, le MNHN et le CAK. Deux groupes d’une dizaine de personnes, tirées au sort en amont, ont pu suivre une visite du Jardin, en compagnie de la botaniste Liliana Motta, sur le thème des migrations de plantes. Plusieurs de ces visiteurs ont apporté avec eux des végétaux, en vue d’une future plantation au Jardin et ajoutant ainsi une nouvelle histoire de plante à celles du Jardin.

Crédits photos : Alice Jourdan, Centre Alexandre Koyré. Continuer la lecture de Retour en images sur les Visites insolites du Jardin des altérités

Appel à communications EAA : THE MATERIAL HISTORY OF MODERNITY

L’équipe EXORIGINS sera présente au 29th European Association of Archaeologists Annual Meeting, à Belfast, du 30 août au 2 septembre 2023. L’appel à communication est ouvert et vous pouvez soumettre votre proposition pour la session 687, intitulée “Historical Archaeology or the material History of the Modernity: Experiencing landscapes around the four corners of the world“. Elle sera coordonnée par notre post-doctorant Tiago Muniz. Continuer la lecture de Appel à communications EAA : THE MATERIAL HISTORY OF MODERNITY

Caoutchouc: archéologie historique en Amazonie

Conférence de Tiago Muniz à l’Université Fédérale du Para (Amazonie brésilienne) le 17 janvier 2023.

Résumé:

Cette conférence vise à discuter de l’importance de l’archéologie brésilienne et amazonienne en approfondissant la recherche sur le passé récent, avec un accent particulier sur la transition entre les XVIIIe-XIXe et XIXe-XXe siècles, en Basse Amazonie. Nous pouvons appréhender les objets comme un texte – par exemple: une bouteille – et ainsi découvrir des indices sur les lieux de leur production, la date à laquelle ils ont été produits, les possibles formes d’arriver là où ils se trouvent, les acteurs impliquées, les utilisations et possibles réutilisations, le type d’alimentation, le coût de la vie, c’est-à-dire une série de questionnements à partir desquelles l’analyse archéologique peut démontrer la dynamique sociale du lieu grâce à la culture matérielle de ses occupants. J’aborderai ainsi des thèmes tels que les villages autochtones multiethniques, l’arrivée d’Africains réduits en esclavage, les dynamiques sociales et le rôle des “drogues du sertão” (produits destinés à l’exportation vers l’Europe, collectés en forêt amazonienne par les Indiens captifs : clou de girofle, vanille, guarana, cacao, noix du brésil, etc.) dans le contexte de l’expansion de la domination coloniale portugaise. Puis, pour la période suivante, je montrerai comment le boom du caoutchouc (1850-1920) a contribué à la construction des plus grandes villes amazoniennes (au Brésil: Manaus, Belém) et à la modernisation mondiale. Mais avec la perte du monopole brésilien sur la production mondiale de caoutchouc naturel, de nombreux lieux d’extraction de latex ont été abandonnés et peuvent aujourd’hui être considérés comme des « villes fantômes », à l’image de Fordlandia. Actuellement, Tiago Muniz mène des recherches postdoctorales au Centre Alexandre Koyré sur la migration des plantes, les savoirs associés au caoutchouc naturel et son appropriation à Paris.

Chromoculture/ Journées européennes du patrimoine, Limoges 17-18 septembre 2022

Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine, le Musée des Beaux-arts de Limoges invite l’équipe du projet « Chromoculture : cultiver la couleur par l’art et le design » à concevoir une exposition participative autour de la couleur végétale.

Chromoculture est un projet de recherche-création porté par l’École Nationale Supérieure d’Art de Limoges et coordonné par Arnaud Dubois. Il vise à promouvoir et à valoriser des pratiques durables de la couleur dans l’art et le design par la création, dans le parc de l’école, d’un jardin-laboratoire spécialisé en colorants naturels pour ses ateliers textile, céramique et édition.

Le projet est né d’un double constat. L’environnement culturel et naturel de l’Ensa-Limoges est paradoxalement marqué, depuis sa création en 1881, par la ruralité (le Limousin) et des pratiques polluantes et énergivores de la teinture (pour les manufactures de tapisserie d’Aubusson) et de l’émail (pour l’industrie de la porcelaine de Limoges). Les jardins, la botanique et les végétaux sont une source d’inspiration grandissante pour les pratiques artistiques et de design contemporains.

Continuer la lecture de Chromoculture/ Journées européennes du patrimoine, Limoges 17-18 septembre 2022

Causerie sur les plantes voyageuses au Parc Floral de Paris, 15 septembre 2022

Dans le cadre de l’installation Leçons de Chausses de l’artiste Gérard Hauray, le Parc Floral de la Ville de Paris organise une causerie sur les plantes voyageuses, le 15 septembre 2022 après-midi.

Elle réunira Joséphine Huppert (Centre Pompidou), Emilie Stoll (Projet EXORIGINS), Sophie Nadot (Université Paris-Sud), Gérard Hauray (artiste), Laurent Palka (Muséum national d’Histoire naturelle) et Eric Lenoir (Ecole du Breuil).

Les horaires :
Dès 13h30 : l’Artiste Gérard HAURAY fait visiter les Leçons de chausses Elles sont en place tout l’été et jusqu’au 7 octobre 2022 au Parc Floral de Paris, derrière la grande scène Delta
14h30 à 17h00 : Causerie au Pavillon 1 (juste à côté de la Bibliothèque Paris Nature).

Entrée gratuite

Inscription IMPERATIVE sur jardin.botanique@paris.fr
Nombre de place limité, nous nous réservons la possibilité de ne pas accepter les inscriptions tardives

+ d’infos sur les Leçons :Exposition Leçons de Chausses au Parc Floral – Ville de Paris
Le lien de la conférence : https://www.paris.fr/evenements/conference-autour-de-l-exposition-lecons-de-chausses-25067

 

Fête de la Science au #Jardin des altérités, 11 octobre 2022

Dans le cadre des Journées de la Science 2022, l’équipe EXORIGINS organise deux visites insolites intitulées “Le Jardin des altérités et les fabuleuses histoires de migration des plantes” à destination du grand-public:

  • Mardi 11 octobre à 10h
  • Mardi 11 octobre à 14h

Pour y participer, rendez-vous sur le site web des visites insolites du CNRS et inscrivez-vous.

Description de la visite

Vous aimez les histoires de voyage et les sagas familiales ? Cette visite est faite pour vous !

Saviez-vous que la plupart des fruits et légumes cultivés en France et utilisés dans la culinaire française sont d’origine étrangère ? C’est par exemple le cas de notre piment d’Espelette ou de la pomme de terre qui viennent d’Amérique. Ou encore, saviez-vous que certains légumes que nous ne mettrions pas dans notre assiette sont largement consommés par nos voisins qui eux les considèrent différemment. Au Portugal, on consomme ainsi le chou « galicien » dans le caldo, alors qu’en France, où il porte le nom de chou « cavalier », on le donne en fourrage aux animaux.

Découvrez le Jardin des altérités, réalisé par l’artiste botaniste Liliana Motta et des chercheurs en sciences sociales, qui raconte ainsi l’histoire du voyage de végétaux dans le monde, au gré des migrations des hommes, et du fabuleux destin de certaines espèces venues de très loin, puis acclimatées en France et aujourd’hui intégrée dans les patrimoines culturels, culinaires, historiques et religieux français.

Vous pourrez venir avec une plante ou un semis ou un récit sur une plante emblématique de leur histoire personnelle ou familiale, qui pourra être postérieurement planté(e) dans le Jardin des Altérités, et venir ainsi enrichir la saga des plantes voyageuses !

Retour de mission aux îles Adaman (Inde)

Mission de novembre 2021
Retour d’enquête à Adaman

Par Romain Simenel

Plage de l’île Havelock

Les îles Andaman et Nicobar constituent le plus grand système d’archipel du golfe du Bengale, composé de 572 îles et îlots. Ces îles indiennes sont localisées entre deux points chauds de la biodiversité, à savoir la biodiversité de l’Indo-Birmanie et celle du Sundaland. Voilà pourquoi on y observe une distribution inégalée de plantes avec des représentants des flores de l’Inde, du Myanmar, de la Malaisie et de l’Indonésie (Balakrishnan & Ellis 1996). Les îles Andaman abritent plus de 9100 espèces végétales et animales. Pour se donner une idée, dans ces îles, on peut trouver 2100 espèces d’angiospermes, dont 11% sont strictement endémiques (Balakrishnan & Ellis 1996).

Continuer la lecture de Retour de mission aux îles Adaman (Inde)

Journée d’étude “Les migrations des plantes” 24-25 juin 2022

Rencontres universitaires et artistiques
organisées par le CRAL/EHESS, en partenariat avec le Théâtre du Parc

24-25 juin 2022 – Théâtre du Parc (Parc Floral de Paris)

« Et pourtant, elles migrent ! Les migrations des plantes : modalités, ambivalences, enjeux. » 

Bronwyn Louw et Marion Grange, doctorantes à l’EHESS (CRAL – UMR 8566) et membres du projet EXORIGINS, organisent des rencontres universitaires et artistiques, en plein cœur du Parc floral de Paris, et parrainées par le philosophe-jardinier Gilles Clément.
Ces journées, pleinement interdisciplinaires, embarquent l’université au théâtre – et au jardin ! – et ont à cœur de brasser les mondes : monde universitaire et grand public ; sciences, sciences humaines et sociales, monde des arts et de la scène. Au programme : des communications, des discussions, des lectures, des photographies, des poèmes, des performances…

télécharger le PROGRAMME

Avec la participation de Bastien Beaufort, Sacha Bourgeois-Gironde, Emanuele Coccia, Eugénie Denarnaud, Matthieu Duperrex, Isaline Dupond Jacquemart, Claire Dutrait, Marine Fauché, Ralph Samuel Grossmann, Jamie Herd, Lou Kermarrec, Marine Mane, Arnaud Orain, Jeanne Peylet-Frisch, Isabelle Rabault-Mazières, Bénédicte Ramade, Marianne Roussier, Zoë Skoulding, Jacques Tassin, Thierry Thévenin, Clément Verger, et le concours de Gonzalo Campo, Lénaïg Cariou, Florence Goguel, Daniela Labbé Cabrera, et Cécile Mont-Reynaud.

Pour plus de détails sur l’événement, rendez-vous ici.
Réservation conseillée à ce lien
(la réservation permet de ne pas payer l’entrée du Parc Floral).

Une buvette à participation libre et des restaurants situés à proximité vous permettront de vous restaurer les vendredi et samedi midis.  
Nous espérons vous y retrouver nombreuses et nombreux !

Crédit photo : © Eugénie Denarnaud, ADAGP – Droits réservés – Série Écosystème de la route, 2013.

Journée d’étude Jardins en Migrations / 23 mai 2022

L’équipe EXORIGINS (Centre Alexandre Koyré ; Laboratoire Caribéen de Sciences Sociales ; PALOC) et Mondes Américains sont heureux de vous inviter lundi 23 mai 2022 à une journée d’études “Jardins en Migrations“, consacrée aux travaux de la sociologue Pierrette Hondagneu Sotelo, professeure à University of Southern California et actuellement accueillie à l’EHESS.

Conférence inaugurale (10h15): Almost Paradise: Sustaining Immigrant Life in Urban Community Gardens

Résumé : This lecture draws on research included in my book Paradise Transplanted: Migration and the Making of California Gardens (2014) and also from research I conducted more recently at two large urban community gardens in Watts, which will be included in the forthcoming book. In this lecture, I cover the development of urban community gardens, and focus on important dynamics occurring in immigrant community gardens located in poor urban neighborhoods. These are sites of homeland re-creations and recreation, places of cultural affirmation and belonging where people come together to improvise solutions to everyday problems. In the past, community gardens in poor, marginalized urban l neighborhoods were often threatened with demolition, but now many of these are supported and protected by agreements with municipal authorities, land trusts and NGOs. With the infrastructural support, however, new difficulties of democracy emerge, and I explore these tensions and trade-offs.

La conférence sera suivie d’un buffet déjeunatoire, puis l’après-midi sera consacré à une visite du Jardin des Altérités, jardin créé par l’équipe EXORIGINS en partenariat avec l’artiste Liliana Motta, puis à une table-ronde. Nous vous attendons nombreux !

Esquisse d’une archéologie de la représentation de la maladie comme vecteur de la disparition des Amérindiens

Suite à son enquête ethnographique dans les jardins de Curaçao, Romain Simenel nous propose un article publié dans la revue canadienne Drogues, Santé et Société.

Lire l’article ici.

Résumé:

Si le génocide amérindien est avéré, ses causes précises restent sujettes à discussion et le degré de l’intentionnalité qui en est à l’origine aussi. Selon une vision commune partagée par de nombreux historiens et démographes, la très grande majorité des Amérindiens disparue lors des premiers siècles de la colonisation le fut sous l’effet d’un « choc viral », en raison de leur vulnérabilité à l’égard des pathogènes venus d’Europe ou d’Afrique. D’où nous vient donc cette idée sur la vulnérabilité des Amérindiens à l’égard des « maladies des blancs » et sur le « choc viral » et est-elle bien fondée ? Cet article propose quelques pistes de recherche pour une archéologie de la représentation de la maladie comme raison principale de la disparition des Amérindiens. En ouverture du propos, une version caribéenne met d’abord à jour tout un autre pan de l’histoire, à savoir celui de la réaction des collectifs amérindiens de l’île de Curaçao face aux épidémies, en recourant aux plantes médicinales. Ce regard décalé nous invite à interroger de plus près la chronologie des épidémies telle que relatée dans les écrits et chroniques des premiers conquistadors pour ensuite poser la question de l’existence d’une pandémie à l’échelle continentale lors des premiers siècles de la colonisation. Parallèlement, l’article met en exergue l’impact du changement brutal de mode de vie, de l’esclavagisme, sans oublier la destruction des systèmes de santé via notamment la prohibition des plantes médicinales et les actes d’attaques biologiques, sur le développement des épidémies. L’article finit par proposer qu’après avoir servi à construire un discours politico-éthique sur la disparition des Amérindiens, ces arguments de vulnérabilité et de « choc viral », principaux supports d’une lecture de l’histoire de la disparition des Amérindiens selon l’angle de la maladie, ont nourri la cause eugéniste avant d’entrer dans le sens commun via un détournement des thèses malthusiennes et darwiniennes.

Mots-clés : pathogène, histoire de l’Amérique, savoirs médicinaux, plantes, altérité, génocide

Vers une anthropologie de la transmission par-delà nature et culture : Altérité, apprentissage et communication des formes

Romain Simenel a soutenu son mémoire d’Habilitation à Diriger les Recherches (HDR), à l’EHESS, le mercredi 9 juin 2021.
Le jury était composé par Béatrice Fraenkel (EHESS), Ahmed Aarab (Université Abdelmalek Essaadi), Maurice Bloch (LSE), Carlo Severi (EHESS et CNRS), Denis Vidal (IRD), François Déroche (Collège de France) et Philippe Descola (Collège de France).

Titre du mémoire :

Vers une anthropologie de la transmission par-delà nature et culture : Altérité, apprentissage et communication des formes

Résumé:

Ce projet d’HDR part du constat d’une déconnexion progressive entre la transmission culturelle et l’expérience sensible de la nature qui fait suite au grand partage entre Nature et Culture instauré en Europe par le naturalisme (Descola, 2005) et dont les effets furent multipliés à notre époque par l’esprit de conservation de la nature (Pyle 1978, 2002 ; Miller 2005). L’extinction de l’expérience environnementale amplifiée par la politique de conservation est un processus combinant plusieurs facteurs tels que l’homogénéisation et la réduction de la flore et faune environnantes, et la désaffection et l’apathie qu’elle génère à l’égard de la biodiversité (Pyle, 1978). À terme, ce processus entraîne une « amnésie environnementale générationnelle » (Kahn 2002), dont l’oubli principal concerne ce que l’intelligence des humains doit aux autres intelligences. L’ambition de ce projet d’HDR est d’étudier de manière empirique et transdisciplinaire le rôle de l’expérience sensible que les humains entretiennent avec les autres existants dans l’apprentissage et la transmission culturelle. Il s’agit de reconsidérer les autres existants, végétaux et animaux comme des acteurs de notre apprentissage et de notre transmission culturelle afin de comprendre la co-construction des intelligences. Ce projet a pour objectif d’ouvrir un vaste champ de recherche qui consiste à identifier les affinités sélectives entre les intelligences du monde dont celle de l’homme a pour vocation d’en faire pleinement partie afin de mieux comprendre la manière dont la culture émerge de la vie.