Tous les articles par Emilie Stoll

Pesquisadora do Centre National de Recherche Scientifique Colaboradora do Centro de Documentação Histórica do Baixo Amazonas

Colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire

Vendredi 24 mai 2024 à 11h20, Bronwyn Louw évoquera le livre Les Migrations des plantes dans la communication “Et Pourtant, elles migrent ! Les plantes au sein des transmigrations terrestres” lors du colloque Enracinement, déracinement, réenracinement : une approche sociale, culturelle, identitaire et migratoire organisé par Delphine David, Marie-Annick Mattioli et Guillaume Robin à l’Université Paris-Cité. 

Pour plus d’informations : https://iutparis-seine.u-paris.fr/calendar/ Entrée libre sans inscription obligatoire.

Résumé : Pour penser les migrations végétales, le livre Les Migrations des plantes (Manuella, 2024) se propose de partir du paradoxe que présente le mouvement de ce qui nous semble le plus enraciné, le mieux arrimé au sol : les plantes.  Toute une constellation contemporaine de mots rend compte de la mobilité végétale : le voyage, le brassage, la métamorphose, les plantes vagabondes ou les plantes du chaos… Mais on souhaite plus particulièrement, dans le prolongement d’un certain nombre de propositions contemporaines, mettre en avant le mot de migration. Pourquoi ce choix ? Évidemment, les plantes ne migrent pas de la même manière que les humains, les oiseaux, les rennes ou les saumons. La valeur du mot migration est plutôt dans les imaginaires politiques qu’il charrie. Il vient soutenir des travaux qui s’essayent à penser la migration à l’échelle des transmigrations terrestres pour susciter d’autres imaginaires migratoires : il est solidaire d’une représentation non-fixiste du vivant, qui soutient que la migration est une loi primordiale de la vie, qu’il n’y a pas de vie sans déplacement. Le mot migration permet enfin encore d’enquêter et d’alerter sur les inquiétants points de contact entre xénophobie et bioxénophobie, puisque humains et plantes venues d’ailleurs suscitent souvent les mêmes mots, les mêmes peurs, les mêmes rejets. Il s’agit d’interroger la manière dont les compréhensions contemporaines les plus répandues des migrations végétales sont sous-tendues par des métaphores guerrières, virales ou xénophobes, mais aussi de rendre compte d’un travail du langage et des images, engagé notamment par Jacques Tassin, Gilles Clément, Liliana Motta, ou encore Bénédicte Ramade, pour nourrir un autre imaginaire poétique et politique des plantes migrantes. 

Présentation du livre Les Migrations des Plantes à Grenoble – 22 mai 2024

Marion Grange et Bronwyn Louw vous convient mercredi 22 mai prochain, à 19h à la librairie Le Square de Grenoble, où elle  présenteront le livre Les Migrations des Plantes, qui paraît chez les éditions Manuella avec le soutien d’Exorigins. Elles y proposent une approche scientifique, décoloniale, paysagère et artistique des migrations végétales, et, à travers elles, une réflexion plus vaste sur les transmigrations terrestres.

Préfacé par Gilles Clément et postfacé par Marielle Macé et Jean-Marc Besse, ce livre choral s’est fait avec Judith Bastie, Bastien Beaufort, Sacha Bourgeois-Gironde, Emanuele Coccia, Francesca Cozzolino, Eugénie Denarnaud, Matthieu Duperrex, Isaline Dupond Jacquemart, Clair Dutrait, Marine Fauché, Ralph Samuel Grossmann, Jamie Herd, Sophie Krier, Marine Mane, Liliana Motta, Arnaud Orain, Jeanne Peylet-Frisch, Isabelle Rabault-Mazières, Bénédicte Ramade, Marianne Roussier du Lac, Zoë Skoulding, Jacques Tassin, Thierry Thévenin, et Clément Verger.

Plus d’infos sur le livre et les éditions Manuela ici
Entrée dans la limite des places disponibles, réservation conseillée 1 semaine avant la rencontre: sur place, par téléphone au 04.76.46.61.63. ou par mail sur reservation@librairielesquare.fr
Plus d’infos sur la librairie : ici.

Lancement du livre Les Migrations des plantes (2 mars 2024)

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soirée de lancement du livre Les Migrations des plantes (mars 2024, Manuella Éditions), qui se tiendra le 2 mars prochain à 18h à la librairie Petite Egypte (Paris, 2e), en présence de Jacques Tassin

Le livre émane des journées universitaires et artistiques de juin 2022. Il a été soutenu financièrement par le projet Exorigins. Il compte avec les contributions de quatre membres de l’équipe (Liliana Motta, Eugénie Denarnaud, Bronwyn Louw, Marion Grange).

Présentation : Arrimé au sol par ses racines, le monde végétal semble
constituer au sein du vivant le règne de l’immobilité. Pourtant, les plantes aussi se déplacent. Textes scientifiques et critiques, entretiens, poèmes, enquêtes et photographies entrent ici en conversation pour interroger les modalités de leurs migrations, en dehors des rejets que provoquent parfois les plantes dites « invasives », miroirs de nos peurs et de nos saccages.
Suivre le végétal dans ses voyages invite à conjuguer
l’émerveillement face à l’inventivité et la puissance de résistance des plantes migrantes et le trouble induit par les ambiguïtés (post-)coloniales de la transplantation des vivants. Les plantes vagabondes ouvrent encore notre attention aux friches et aux bords de routes : elles appellent une approche paysagère des brassages planétaires et
suscitent des pratiques indisciplinées de la recherche, du jardinage et des arts.
Appréhender les plantes par la migration, c’est alors embarquer dans l’histoire plus vaste des transmigrations terrestres, pour rappeler que la migration est la condition partagée des vivants et une force créatrice de milieux et de mondes.
Les manières que nous avons d’appréhender ces mouvements végétaux font éclater au grand jour des enjeux esthétiques, éthiques et politiques, articulés autour de quatre axes : modalités, indisciplines végétales, ambiguïtés coloniales et postcoloniales et enfin sympoïèses*.

L’adresse du livre est plurielle : lecteurs et lectrices sensibles aux mondes académiques, artistiques et du jardin.

Avec les textes de : Judith Bastie · Bastien Beaufort · Jean-Marc Besse · Sacha Bourgeois-Gironde · Gilles Clément · Emanuele Coccia · Francesca Cozzolino · Eugénie Denarnaud · Matthieu Duperrex · Isaline Dupond Jacquemart · Claire Dutrait · Marine Fauché · Ralph Samuel Grossmann ·
Jamie Herd · Sophie Krier · Marielle Macé · Marine Mane · Liliana Motta · Arnaud Orain · Jeanne Peylet-Frisch · Isabelle Rabault-Mazières · Bénédicte Ramade · Marianne Roussier du Lac · Zoë Skoulding · Jacques Tassin · Thierry Thévenin · Clément Verger


De l’Altérité des Plantes et des Humains. Circulations globales et (ré)appropriations locales /// 12 & 13 octobre 2023

 Colloque final du projet EXORIGINS 
 Parc Floral de Paris
> Pavillon 1 
Colloque en mode hybride (présentiel et à distance)

Le lien d'accès en visioconférence sera communiqué par e-mail aux inscrits la veille du colloque

***
Inscription avant le 07 octobre 2023
***

***

Les végétaux – sous forme de graines, de fruits, de plants – ont de tous temps voyagé au gré des circulations des différents collectifs du vivant, parmi lesquels les sociétés humaines. La dissémination des végétaux autour du monde par les humains a souvent accompagné les conquêtes – militaires, religieuses, économiques et à visées coloniales. Elle a même souvent été encouragée par des politiques d’accaparement des savoirs et des savoir-faire techniques, à l’exemple de celles qui sont à l’origine des grandes explorations naturalistes réalisées par les puissances coloniales. Les sociétés d’accueil de ces végétaux se les sont appropriés et ont créé, à leur tour, de nouveaux discours, et mis au point de nouvelles techniques pour les façonner à leur image. De fait, les patrimoines culinaires et paysagers que nous connaissons aujourd’hui sont le résultat de ces circulations végétales intensives. Cette mise en ordre du monde végétal par les sociétés d’accueil s’est accompagnée d’un traitement cognitif des Autres et des Ailleurs, c’est-à-dire de production d’altérités.

Continuer la lecture de De l’Altérité des Plantes et des Humains. Circulations globales et (ré)appropriations locales /// 12 & 13 octobre 2023

Historical Archaeology, or the Material History of the Modernity

Experiencing landscapes around the four corners of the world

Coordination de session

29th Annual Meeting of the European Association of Archaeologists (Belfast, Northern Ireland)

  Par Tiago Muniz  

Lors de la réunion annuelle des archéologues, à Belfast, le projet EXORIGINS était présent avec la participation de Tiago Silva Alves Muniz, qui a coordonné une session en collaboration avec sa collègue, Dr. Johana Caterina Mantilla Oliveros (Université de Bonn, Allemagne).

La session #687 intitulée “HISTORICAL ARCHAEOLOGY OR THE MATERIAL HISTORY OF THE MODERNITY: EXPERIENCING LANDSCAPES AROUND THE FOURS CORNERS OF THE WORLD” visait à débattre la problématique suivante :

Le colonialisme européen a créé un chapitre sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Des flux de personnes, de plantes, d'animaux, d'objets, de marchandises, de connaissances et d'idées ont eu lieu, mais de manière différenciée et inégale. Tout en positionnant les Amériques comme son centre de production, l'Afrique et l'Asie comme son espace d'approvisionnement, dans ces nouvelles articulations géographiques, l'Europe est devenue le centre de concentration des profits. Que ce soit pendant la période coloniale en Amérique ou l'expansion européenne en Afrique au XIXe siècle, les processus de négociation, d'adaptation et de résistance à la colonisation ont généré des contextes d'interaction et de lutte entre les groupes sociaux impliqués (par exemple, les autochtones, les Africains et les Européens), ainsi qu'entre ceux-ci et l'environnement habité. En ce sens, la création du monde moderne, compris comme un système de relations, est marquée par la simultanéité d'assemblages matériels et d'expériences liées à la violence et à la douleur, au plaisir ou à la joie, et à l'invention. Tout au long des XIXe et XXe siècles, le colonialisme a développé des spécificités supplémentaires. Il a donné naissance à de nouvelles relations de dépendance et de soumission, marquées désormais par des dynamiques économiques et des formes particulières d'exploitation (par exemple, la fin de l'esclavage et l'intensification de la contrebande, le servage dans les zones rurales pour l'exploitation du tabac, du sucre ou du caoutchouc). Ainsi, l'avènement de ce qui a été appelé la "Deuxième Esclavage" a été possible dans la mesure où de nouvelles conditions étaient nécessaires pour l'expansion même du capitalisme. Dans ce contexte général, nous invitons nos collègues à présenter leurs études de cas. Certaines des questions à aborder sont les suivantes : 
>> Où, quand et comment les individus et les groupes sociaux ont-ils affronté les nouvelles conditions d'inégalité et de vie ?
>>
Comment la création du monde moderne a-t-elle façonné de nouvelles "expériences de l'être" à travers le monde ?
>>
Comment ces analyses contribuent-elles à dimensionner les limites de la modernité et à imaginer de nouvelles possibilités de relation ?.

Continuer la lecture de Historical Archaeology, or the Material History of the Modernity

Retour de mission à Sao Tomé-et-Principe

Missions de juillet 2022 et de juin 2023
Retours d’enquêtes

Par Irène Dos Santos

L’objectif initial de cette mission était de remonter le fil d’une connexion entre deux jardins : l’un situé au nord de l’équateur, à Lisbonne, l’autre à 5 000 kilomètres au sud, dans l’archipel de São Tomé-et-Principe.

À Lisbonne le Jardim Garcia da Horta a été conçu pour l’exposition mondiale de 1998 dont le thème était les « Océans » (narratif lié à celui des « grandes découvertes maritimes » et à l’imaginaire postimpérial portugais). L’un des paysages composant le Jardim Garcia da Horta était celui de Sao Tomé-et-Principe où la petite équipe de botanistes du Jardim Bom Sucesso avait sélectionné, préparé et envoyé les plantes dès 1995- 1996 afin qu’elles s’acclimatisent à Lisbonne. Dans ce but les plantes ont d’abord été prises en charge par les botanistes du Jardim botânico tropical avant d’être replantées au Jardim Garcia da Horta, à l’autre bout de Lisbonne, pour l’Expo 1998 (Illustrations 1 et 2).

Continuer la lecture de Retour de mission à Sao Tomé-et-Principe

Champs d’herbes et jardins du quotidien

Missions 2022
Retour d’enquête en Île-de-France

Par Eugénie Denarnaud

Chaque semaine, le marché prends place boulevard de Belleville au bas de la rue de Ménilmontant dans le 20ème arrondissement de Paris. De part et d’autre de la chaussée des étals se mettent en place dès l’aube jusque treize heures : vendeurs de vêtements, de toutes sortes d’objets, d’édredons et de couvertures en polaires à motifs de panthère et tournesols ; poissonniers, maraîchers, primeurs, boucheries, volaillers, fromagers, vente de pain, d’épicerie, de churros, de pastels, d’acras… Les produits qu’on y trouve racontent un ensemble de trajectoires. À eux seuls, un morceau du monde éclot dans les marchés parisiens et particulièrement dans le nord-est de la ville. Les denrées viennent à la fois de contrées lointaines pour les fruits secs, les olives, le thé, le sucre, les céréales et toutes sortes de condiments et de produits d’épiceries. Elles sont aussi issues du marché d’intérêt national de Rungis, importés d’Espagne, d’Italie, de Hollande principalement pour l’Europe, ou, du nord de l’Afrique (Maroc, Tunisie, Côte d’Ivoire), de l’Amérique du Sud, du Nord, d’Asie pour le reste du monde. D’autres étals vendent directement des produits du producteur au consommateur et sont locaux (œufs, fromages, fruits et légumes). Certains vendeurs proposent des herbes condimentaires (persil plat, coriandre, livèche, origan), des légumes feuilles (artichauts, blettes, épinard, navets jeunes avec leurs fanes, pourpier, mauve, radis, betterave rouge), et des herbes pour faire thés et infusions (menthe verte, verveine, armoise absinthe, menthe pouliot, marjolaine). C’est en découvrant ce type d’étals uniquement composé de bouquets d’herbes fraîches et de feuilles, dont la composition me renvoie à un panel de plantes rencontrées dans mes recherches dans la région nord du Maroc, que j’ai commencé à investiguer en région parisienne.

Continuer la lecture de Champs d’herbes et jardins du quotidien

Sur la matérialité de la période de l’hévéa, au Brésil

Article de Tiago Muniz, post-doctorant du projet Exorigins, paru dans la revue brésilienne Revista de Arqueologia (vol. 14, n. 1, mai-août 2023), au sein de la rubrique “Résumés de thèses et mémoires de mastère”. La thèse a été soutenue en 2022 à l’Université Fédérale du Para (Brésil).

Résumé :

Cette thèse de doctorat propose d’utiliser le concept de matérialité de la période hévéa à partir de l’étude des événements historiques, des matériaux et des rapports liés aux usages du caoutchouc et à la trajectoire des graines de caoutchouc de la Basse Amazonie.

En 1876, Henry A. Wickham vendait 70 000 graines d’hévéa récoltées à Santarém (Pará) au Royal Botanical Garden (Londres), également appelé Kew Gardens. À partir des graines germées, l’espèce Hevea brasiliensis a été introduite à Ceylan (aujourd’hui Sri Lanka), étant alors largement cultivée en Asie du Sud Est et faisant s’effondrer l’économie de la gomme élastique au Brésil. Les produits en caoutchouc, comme les gants, les raquettes, les pneus et les articles industriels, au tournant du 20e siècle, ont façonné le monde en ce qu’on pourrait appeler « moderne ». En ce sens, il est possible d’affirmer que les notions d’asepsie et de globalisation ont émergé sous la production de matériaux en caoutchouc. Cependant, l’endroit où les graines d’hévéas indigènes ont été récoltées a été depuis délaissé, plus précisément le village de Boim (situé dans la réserve extractiviste Tapajós Arapiuns), où une enquête de terrain a été menée.

Lire la suite de l’article ici.

Materiality of Rubber: An Emerging Past from the Brazilian Amazon that Entangled the World

Article de Tiago Muniz publié dans la revue International Journal of Historical Archaeology.

Résumé : This article analyzes the history of the natural rubber industry in the Brazilian Amazon, including the colonialist involvement of the British Empire and the industrial heritage of rubber. It provides an overview of the natural rubber species, tapping and extraction systems, and the establishment of rubber plantations that entangled and modernized the world. The present article considers the role of actants and entanglements between human and non-human agencies in the forest as coproducers of knowledge and resistance. In conclusion, the wide variety of works and approaches on the archaeology of rubber and its industrial heritage is presented and offers perspectives for new debates.

Lien vers l’article.

The struggle for natural rubber  

 or how its local processes and global stories moved (around) the world

Participation de Tiago Muniz à la Journée des Jeunes Chercheurs du Centre Alexandre-Koyré, les 11 et 12 mai 2023.

Résumé :

The rubber case is probably the best example of botanical colonialism in global history. During the 19th century, it became massively common to acquire other country’s flora. In 1876, Sir Henry Wickham shipped 70.000 Hevea brasiliensis seeds from the Lower Amazon (Para State, Brazil) to Kew Gardens, the Royal Botanical Gardens in London. Rubber plantations were very profitable investements worldwide – with different lactescent species and actors involved. The high demand for rubber items for the industry (gaskets, personal proctetive equipement and tires) and medicine (surgical gloves) made the economy in Brazil grow. But that boom was faded to collapse as the southeastern asia plantations entered the global market. So, by the end of the rubber boom (1850-1920) the rubber tappers and entire villages were left behind at the Amazon – and yet we can see these fading tales of nature domination in the landscape. In pursue of historical records, museological discourses and materiality debates this research aims to identify rubber types, enterprises and historical characteres that played an important role in the colonial circulation of plants and knowledge around the globe – with special fous in comparing the British and French empires’ efforts in the struggle for rubber. Follow the rubber path, from the Amazon to Europe and so on Asia, this project aims to collaborate with many research centers worldwide. After its first phase analyzing collections in Europe, the project aims to go back to fieldwork at the very same place where Sir Wickham collected the rubber seeds and document elder practices, techniques systems, environmental perceptions and amazonian knowledge. Finally, the expected outputs are to contribute to the history of science and technology, global south debates in globalization  and the materialities of rubber within the environmental hummanities approach.

Keywords: Ethnology of nature and envinronment, Technologies and techniques, Plantations and plantionocene, Entanglements and non-humans, Globalization and commodities, Amazon/Asia.

Station verger #2 – Résidence de recherches sonores – Notes de création

Porté par le collectif Les Aimants, Station Verger est un entresort de Jeanne Peylet-Frisch avec des poésies de Bronwyn Louw écrites pour la partie performative de sa thèse : Comment écrire le verger au 21ème siècle ? (Poésies, pensées, pratiques), une enquête agropoétique sous les directions de Marielle Macé et Jean-Marc Besse en cours à EHESS. Ce projet est situé dans un petit verger communautaire se greffant sur une friche d’aubépines et de pruneliers au sud de Paris.

Avec le soutien d’Exorigins, Les Aimants développe en trois temps (composition, recherches sonores et enregistrement) un podcast dérivé de Station Verger, à paraître en été 2023, en parallèle d’une tournée de l’entresort, qui débute les 27 et 28 mai 2023, au festival des Murs à pêche de Montreuil.

Voici des notes de création du deuxième temps de travail dans la réalisation du podcast, une résidence dédiée aux recherches sonores.

Continuer la lecture de Station verger #2 – Résidence de recherches sonores – Notes de création

A corrida pela borracha natural ou como processos locais e histórias globais moveram o mundo

Participation de Tiago Muniz au Coloquio Paisajes americanos @Compostela2023, lors de 2e assemblée européenne d’Archéologie des Amériques, du 19 au 21 avril 2023.

Résumé de sa présentation :

O caso da borracha é provavelmente o melhor exemplo de colonialismo botânico na história mundial. Durante o século XIX, tornou-se cada vez mais comum adquirir espécies de outros territórios dada a intensa circulação de itens entre as metrópoles e colônias. Em 1876, o inglês Sir Henry Wickham enviou 70.000 sementes de Hevea brasiliensis do Baixo Amazonas (Pará, Brasil) para os Jardins Botânicos Reais de Kew (Londres, Reino Unido). A partir dessa transferência de sementes, o monopólio da produção de borracha na Amazônia foi ameaçado por uma série de inovações técnológicas subsequentes, incluindo a criação de novas plantas, organização de plantations, padronização de técnicas de corte e organização do trabalho. Com efeito, as plantações de borracha se tornaram investimentos lucrativos em todo o mundo, com diferentes espécies e atores envolvidos. A alta demanda por itens de borracha para a indústria (vedações para motores, equipamentos de proteção pessoal e pneus) e medicina (luvas cirúrgicas) fez com que a corrida pela borracha aumentasse cada vez mais. O declínio da economia da borracha no Brasil (1850-1920) impactou seringueiros e povoados inteiros que foram deixados para trás – e ainda podemos ler essas histórias de dominação da natureza persistentes na paisagem. A presente pesquisa visa identificar, de maneira ampla, os tipos de borracha, empresas e personagens históricos que desempenharam um papel importante na circulação colonial de plantas e conhecimentos ao redor do mundo, com foco especial na comparação dos esforços dos impérios britânico e francês na luta pela borracha. Dessa maneira, os debates aqui suscitados versam sobre a história da ciência e tecnologia, papel do sul global, commodities, globalização e as materialidades da borracha e humanidades ambientais. Através de uma arqueologia da borracha é possível ainda estimular visão crítica dos impactos das commodities na Amazônia e no mundo, levando em conta as percepções do ambiente em comunidades impactadas por essa indústria e como se relacionam com esse patrimônio industrial. Por fim, ao analisar as evidências materiais da produção e circulação de borracha, é possivel melhor compreender as situações dos trabalhadores e os contextos em que a borracha foi produzida e comercializada, onde se destacam impactos ambientais e crimes contra a humanidade.

Palavras-chave: antropologia histórica, arqueologida do presente, arqueologia da técnica, antropologia da globalização, Amazônia.

STATION VERGER #1 – DES CAPSULES SONORES ENREGISTRÉES AU SUD DE PARIS

 

Mission de Novembre 2022
Enregistrement d’un podcast au sud de Paris 

Par Bronwyn Louw

Dans le cadre de sa thèse Comment écrire le verger au 21ème siècle ? Bronwyn Louw et deux autres membres de son collectif interdisciplinaire Les Aimants, Jeanne Peylet-Frisch et Malo Martin, se prêtent au jeu de la co-création poétique dans un petit verger communautaire se greffant sur une friche d’aubépines et de pruneliers au sud de Paris. Grâce au soutien d’Exorigins, ces recherches poétiques, sonores, et performatives pourront être produites sous forme d’un podcast à paraître en été 2023.  Continuer la lecture de STATION VERGER #1 – DES CAPSULES SONORES ENREGISTRÉES AU SUD DE PARIS