Tous les articles par Emilie Stoll

Pesquisadora do Centre National de Recherche Scientifique Colaboradora do Centro de Documentação Histórica do Baixo Amazonas

Esquisse d’une archéologie de la représentation de la maladie comme vecteur de la disparition des Amérindiens

Suite à son enquête ethnographique dans les jardins de Curaçao, Romain Simenel nous propose un article publié dans la revue canadienne Drogues, Santé et Société.

Lire l’article ici.

Résumé:

Si le génocide amérindien est avéré, ses causes précises restent sujettes à discussion et le degré de l’intentionnalité qui en est à l’origine aussi. Selon une vision commune partagée par de nombreux historiens et démographes, la très grande majorité des Amérindiens disparue lors des premiers siècles de la colonisation le fut sous l’effet d’un « choc viral », en raison de leur vulnérabilité à l’égard des pathogènes venus d’Europe ou d’Afrique. D’où nous vient donc cette idée sur la vulnérabilité des Amérindiens à l’égard des « maladies des blancs » et sur le « choc viral » et est-elle bien fondée ? Cet article propose quelques pistes de recherche pour une archéologie de la représentation de la maladie comme raison principale de la disparition des Amérindiens. En ouverture du propos, une version caribéenne met d’abord à jour tout un autre pan de l’histoire, à savoir celui de la réaction des collectifs amérindiens de l’île de Curaçao face aux épidémies, en recourant aux plantes médicinales. Ce regard décalé nous invite à interroger de plus près la chronologie des épidémies telle que relatée dans les écrits et chroniques des premiers conquistadors pour ensuite poser la question de l’existence d’une pandémie à l’échelle continentale lors des premiers siècles de la colonisation. Parallèlement, l’article met en exergue l’impact du changement brutal de mode de vie, de l’esclavagisme, sans oublier la destruction des systèmes de santé via notamment la prohibition des plantes médicinales et les actes d’attaques biologiques, sur le développement des épidémies. L’article finit par proposer qu’après avoir servi à construire un discours politico-éthique sur la disparition des Amérindiens, ces arguments de vulnérabilité et de « choc viral », principaux supports d’une lecture de l’histoire de la disparition des Amérindiens selon l’angle de la maladie, ont nourri la cause eugéniste avant d’entrer dans le sens commun via un détournement des thèses malthusiennes et darwiniennes.

Mots-clés : pathogène, histoire de l’Amérique, savoirs médicinaux, plantes, altérité, génocide

Vers une anthropologie de la transmission par-delà nature et culture : Altérité, apprentissage et communication des formes

Romain Simenel a soutenu son mémoire d’Habilitation à Diriger les Recherches (HDR), à l’EHESS, le mercredi 9 juin 2021.
Le jury était composé par Béatrice Fraenkel (EHESS), Ahmed Aarab (Université Abdelmalek Essaadi), Maurice Bloch (LSE), Carlo Severi (EHESS et CNRS), Denis Vidal (IRD), François Déroche (Collège de France) et Philippe Descola (Collège de France).

Titre du mémoire :

Vers une anthropologie de la transmission par-delà nature et culture : Altérité, apprentissage et communication des formes

Résumé:

Ce projet d’HDR part du constat d’une déconnexion progressive entre la transmission culturelle et l’expérience sensible de la nature qui fait suite au grand partage entre Nature et Culture instauré en Europe par le naturalisme (Descola, 2005) et dont les effets furent multipliés à notre époque par l’esprit de conservation de la nature (Pyle 1978, 2002 ; Miller 2005). L’extinction de l’expérience environnementale amplifiée par la politique de conservation est un processus combinant plusieurs facteurs tels que l’homogénéisation et la réduction de la flore et faune environnantes, et la désaffection et l’apathie qu’elle génère à l’égard de la biodiversité (Pyle, 1978). À terme, ce processus entraîne une « amnésie environnementale générationnelle » (Kahn 2002), dont l’oubli principal concerne ce que l’intelligence des humains doit aux autres intelligences. L’ambition de ce projet d’HDR est d’étudier de manière empirique et transdisciplinaire le rôle de l’expérience sensible que les humains entretiennent avec les autres existants dans l’apprentissage et la transmission culturelle. Il s’agit de reconsidérer les autres existants, végétaux et animaux comme des acteurs de notre apprentissage et de notre transmission culturelle afin de comprendre la co-construction des intelligences. Ce projet a pour objectif d’ouvrir un vaste champ de recherche qui consiste à identifier les affinités sélectives entre les intelligences du monde dont celle de l’homme a pour vocation d’en faire pleinement partie afin de mieux comprendre la manière dont la culture émerge de la vie.

18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Colloque CIST2020 “Population, temps, territoires”

L’équipe EXORIGINS sera présente au colloque virtuel 2020 du CIST et coordonnera un panel, le 18 novembre 2020, de 13h30 à 18h.

Intitulé “Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux“, le panel P est coordonné par Irène Dos Santos (CNRS/Urmis), Laure Emperaire (IRD/Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS/CAK), Romain Simenel (IRD/Paloc) et Emilie Stoll (CNRS/LC2S).

Le colloque aura lieu intégralement à distance. Pour y participer, il est possible de s’inscrire ici.

Résumé de la session P :
Cette session propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les proces-sus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques où des végétaux ont été emportés par des individus dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la reformulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les humains qui suivent la trajectoire – économique et sociale, parfois géographique – des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Nous pensons ici à l’exploitation commerciale (boom du caoutchouc, du café, du jute, etc.) ou médicinale (par exemple le quinquina Cinchona officinalis, cf. Boumediene, 2016) de certaines espèces pendant et après la période coloniale.Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un ou plusieurs des trois axes suivants :1. Sociétés et territoires au miroir du végétal : requalification des personnes, des végétaux, des territoires ;2. Planter ses racines : diversité bio-culturelle et ancrage aux lieux dans les pratiques de jardinage ;3. Planter pour dominer : « plantes utiles » et maîtrise territoriale en contexte colonial et post-colonial.

Continuer la lecture de 18/11/20 : Circulations de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Le CAK accueille le projet EXORIGINS

Le CAK accueille depuis la rentrée 2020 le projet Émergence(s) de la Ville de Paris « EXORIGINS : De la diversité Bio-culturelle dans les jardins des parisiens : circulations de plantes, de personnes et d’imaginaires » (2019 – 2022).

Il est porté par Émilie Stoll, anthropologue chargée de recherche au CNRS et membre du Laboratoire Caribéen en Sciences Sociales, qui sera accueillie au Centre Alexandre-Koyré jusqu’à la fin du projet.

EXORIGINS propose une réflexion sur les phénomènes migratoires et les changements sociaux qu’ils induisent (hybridation, métissage et diversité) en prenant comme point de départ la circulation des végétaux. En effet, les plantes nous disent bien des choses sur la façon dont on se représente la France, soi-même, les autres pays et les étrangers. On le découvre par un jeu de fausses-pistes ou d’énigmes sur leurs origines et à travers leur nom : les pommes qu’on pourrait croire normandes viennent d’Asie centrale, notre piment d’Espelette a bien été rapporté d’Amérique, et pourquoi le gainier silicastre est-il associé à la Judée ? Parce que les plantes sont comme les humains de grandes voyageuses. On les croit d’ici mais elles sont aussi d’ailleurs.

À travers la compréhension de la migration des plantes, on comprend mieux celle des hommes. Ce sont ces voyages des végétaux et des humains que nous vous invitons à découvrir à travers les différentes activités du projet et dans le Jardin des Altérités en cours de plantation au Jardin des Plantes.

Le projet EXORIGINS est désormais porté par trois UMR :

– Le Centre Alexandre-Koyré (CAK – CNRS, EHESS, MNHN)
– L’UMR Patrimoines Locaux, Environnement et Globalisation (PALOC – IRD, MNHN)
– Le Laboratoire Caribéen en Sciences Sociales (LC2S – CNRS, Université des Antilles)

Le Jardin « porte-paysage » : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc)

Thèse de Doctorat en Sciences du Paysage, soutenue par Eugénie Denarnaud le 11 septembre 2020.

Résumé :

L’objet de la recherche est l’étude de jardins informels, nés dans un phénomène urbain massif, initié en l’an 2000. Une étude critique du paysage local, menée par l’observation ethnobotanique, géographique et paysagère d’actions jardinières potentiellement coercitives, est conduite dans le contexte actuel de planification urbaine. À certains égards, les Tangérois sont des marcheurs, des arpenteurs, des connaisseurs de leur environnement. Ils tirent une interaction positive avec leur milieu dans un contexte métropolitain : connaissance des fleurs ; des résines ; des abeilles ; des animaux sauvages ; des phénomènes météorologiques et géologiques. Autant d’éléments hétérogènes qui entrent dans ce qu’on peut nommer le paysage. Cette particularité tangéroise a permis d’explorer le fait urbain sous deux angles. Celui de la cité séculaire sans cesse réinventée dans son territoire. Et celui de la ville comme reflet contemporain de la modernité.

Soutenances des étudiants de l’équipe Exorigins

Trois étudiants de l’équipe Exorigins ont soutenu leur travaux de fin d’étude au mois de septembre 2020.

  • Fanny Blaizot a soutenu son mémoire d’étape de Master 1 Migrations, Racisme et Altérités, à l’Université de Paris, le 4 septembre 2020, sous le tutorat de Emilie Stoll.
    Titre du travail : Stéréotypes, discriminations et formes de luttes dans différentescommunautés chinoises à Paris.
  • Eugénie Denarnaud a soutenu sa thèse de Doctorat à l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles, le 11 septembre 2020, sous la codirection de Vincent Piveteau et Romain Simenel.
    Titre de la thèse : Le Jardin “porte-paysage” : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc).
    Lire le résumé : ici.
  • Léo Truglia a soutenu son mémoire d’Ingénierie des espaces végétalisés urbains, à AgroParisTech, le 30 septembre 2020, sous la codirection de Christine Aubry, Pauline Sy, Emilie Stoll et Pierre Morand.
    Titre du mémoire : Etude des savoirs et pratiques culinaires des habitants de Bondy et évaluation de la pertinence à mettre en place une filière de production de fruits et légumes notamment “exotiques” dans et pour la ville

Faire sa place et faire “famille” dans les villages de basse Amazonie (Brésil)

Rôle de la socialisation enfantine dans les dynamiques familiales de transmission

Auteurs : Emilie STOLL et Chantal MEDAETS
Revue : AnthropoChildren, vol. 8, 2020.

Télécharger l’article : ici.

Résumé:
Comment se définissent les contours de la famille de basse Amazonie riveraine, au Brésil ? Quelles modalités d’apprentissage informent ces dynamiques ? Dans cet article, nous mettons en regard deux processus de transmission qui obéissent à une logique d’exclusion: la transmission de savoirs et savoir-­faire et la transmission de la terre. À l’âge adulte, la transmission inégalitaire de la terre engendre des conflits entre germains et modifie le périmètre de ce que les personnes de la région considèrent comme «la famille»; pendant l’enfance,l’exclusion de ceux qui ne maîtrisent pas tel ou tel savoir-­faire les obligent à devenir des «chasseurs de savoir» et à se débrouiller seul pour apprendre. Les conflits et rivalités que l’on observe à l’âge adulte autour des questions d’héritage prolongent cet ordinaire enfantin où prévaut le «chacun pour soi», sur fond de relations interpersonnelles âpres, y compris à l’intérieur de la famille.

Les auteures remercient le projet Exorigins qui a co-financé une mission de terrain pour la réalisation de ce travail sur les inégalités de traitement au sein des familles métisses en Amazonie.

Challenge de recettes

Vous habitez Bondy et souhaitez partager une recette à la fois simple et délicieuse, de son origine à sa réalisation ? Alors participez au challenge « De Bondy et d’ailleurs : le récit des saveurs », vous serez peut-être retenu.e parmi les 5 lauréat.e.s dont la recette sera diffusée dans un recueil de recettes Bondynoises !

pour participer
CLIQUEZ ICI

Une enquête sous forme de challenge menée pendant la confinement

Léo Truglia, stagiaire IRD au LAB3S, étudiant en Master à AgroParisTech et membre du projet EXORIGINS, réalise une enquête sur les pratiques alimentaires des habitants de Bondy (93). Dans ce cadre, il organise un challenge de recettes. Continuer la lecture de Challenge de recettes

Curaçao, l’île jardin des origines

Mission du 7 au 22 janvier 2020
Retour d’enquête à Curaçao

Par Romain Simenel

L’objectif initial de cette première mission à Curaçao était d’étudier les jardins botaniques de l’île. Cependant, dès le vol aller, entre Amsterdam et Willemstad (capitale de Curaçao, État autonome, mais inclut dans les Caraïbes néerlandaises), grâce à ma voisine de siège, Phine Suarez, j’ai compris que, derrière ces jardins botaniques, se cachait un rapport très particulier des habitants de Curaçao aux plantes et du rôle qu’y joue la dissémination.

Localisation de l’île de Curaçao, État autonome des Caraïbes néerlandaises
Zoom sur l’île de Curaçao dont la capitale est Willemstad.

Une diversité des origines humaines et végétales

L’histoire de Curaçao depuis le XVIe siècle est intrinsèquement liée à celle du grand commerce esclavagiste. Continuer la lecture de Curaçao, l’île jardin des origines

Pistes et indices à Tanger. Séquence de glanage dans une traversée de la ville

Eugénie Denarnaud vous invite à venir assister, samedi 14 mars 2020, à une rencontre autour du thème de la marche à laquelle elle participe et où elle traquera au FRAC PACA (Fonds Régional d’Art Contemporain Provence Alpes Côte d’Azur) :  Pistes et indices à Tanger. Séquence de glanage dans une traversée de la ville.
 
Elle s’intègre aux rencontres La marche catalyse de l’art et du savoir qui aura lieu les vendredi 13 et samedi 14 mars 2020 à Marseille.
 
Ces rencontres s’inscrivent dans le cadre de l’exposition Démarches Des Marches, commissaire Guillaume Monsaingeon, au Frac PACA.
 
Au plaisir de vous croiser en chemin.

Comment devient-on Indigène ou Chérif par une origine juive ?

Trajectoires généalogiques pour repenser le lien au sol en Amazonie et au Maroc

Revue Lusotopie – tome XVIII, fascicule 2 – 2020

Auteurs : Romain Simenel (IRD) et Emilie Stoll (CNRS)

Résumé : Quel est le point commun entre un chérif musulman (descendant du prophète Mohammed) de la confédération Aït Ba’amran des tribus du Sud-Ouest marocain et un Indigène animiste d’Amazonie brésilienne ? À la surprise de l’ethnologue, tous deux sont affiliés à une ascendance juive. Cette judaïté, conçue davantage comme une origine que comme une pratique religieuse, participe à préciser le lien au sol des générations actuelles. La mise en regard de deux cas ethnographiques permet une discussion plus large sur la multiplicité des origines en contexte migratoire dans le temps long. La judaïté des origines participe à asseoir pleinement l’inscription actuelle des populations au sein d’un espace marqué par l’histoire de la construction des Etats empires portugais et espagnols.

Mots-clés : Identification – Immigration juive – Lien au sol – post migration – Amazonie – Maroc – Empire portugais

Lire l’article :
Lien URL vers le site de l’éditeur : Brill
Lien URL vers la version pré-print : HAL

De l’altérité des plantes à celle des humains : l’exemple du jardin des Altérités

Romain Simenel a été invité par Anolga Rodionoff, directrice adjointe du CIEREC Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (Université de Lyon / Université Jean Monnet Saint-Etienne) et Eugenia Reznik, artiste et doctorante à l’Université de Saint-Etienne et à l’Université de Québec à Montréal (UQAM), pour donner une intervention intitulée : “De l’altérité des plantes à celles des humains : l’exemple du jardin des Altérités” dans le cadre de la journée d’étude Figures de l’altérité, Figures de l’effacement, le 3 avril prochain.

Voici le résumé de son intervention :

Les plantes nous disent souvent bien des choses sur l’ailleurs et les autres. Leurs noms tout d’abord, ceux aux accents exotiques, évoquent des contrées lointaines ou des peuples étrangers. Leurs physionomies se prêtent à toute sorte d’analogie avec des symboles d’un autre temps ou d’un autre lieu. Certaines plantes ont voyagé avec ou sans les hommes pour conquérir le monde et le récit de leur périple continue de nourrir toujours plus d’univers mentaux. Cette tendance des humains à penser l’autre et l’ailleurs au travers des plantes prend une signification particulièrement saillante dans le contexte migratoire. La multiplication des trajectoires migratoires des humains sur Terre et dans l’histoire a logiquement multiplié les trajectoires des végétaux mais aussi leur combinaison avec des figures de l’ailleurs et de l’altérité. Comment une plante transmise au sein de sa famille informe-t-elle les mises en récit sur soi-même et sur autrui, sur ce qui est endémique et exotique, sur l’ici et sur l’ailleurs ? Comment les végétaux présents dans nos espaces quotidiens et domestiques sont-ils mobilisés pour ordonner les origines et les mémoires associées à de multiples lieux [Baussant, 2007, 2015] ? Enfin, comment interviennent-ils dans notre manière de traiter autrui et plus spécifiquement l’étranger [Tassin 2014] ? Le Jardin des Altérités situé en face de la galerie de l’évolution dans le Jardin des Plantes est conçu pour répondre à ces questions en incarnant un espace expérimental d’intercompréhension des manières de penser les ailleurs et les autres par le végétal. Après une présentation des six carrés du Jardin, cette intervention développera quelques cas d’études précis comme celui d’un Cédrat du Maroc, de la Lavandula Multifida et de la flore de Curacao.