Paul Le Cointe, un français de la saga du caoutchouc en Amazonie (Brésil)

Mission du 15 au 30 octobre 2019
Retour d’enquête

Par Emilie Stoll

L’hévéa : une plante voyageuse par excellence

L’hévéa (arbre à caoutchouc) est une plante endémique de la région amazonienne (Brésil, Bolivie, Pérou, Guyanes). Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, ses graines ont été disséminées et plantées sur quatre continents (Amérique du Sud, Europe, Asie, Afrique), ayant des effets sociétaux des plus importants. C’est cette histoire que nous allons raconter…

***

En 1743, lorsque le naturaliste Charles-Marie de La Condamine observe, pour la première fois, des arbres producteurs d’une gomme modelable, ceux-ci sont présents à l’état sauvage dans la forêt amazonienne. Les populations amérindiennes locales utilisent la gomme pour fabriquer des boules (ancêtre du ballon de foot) et des protections pour les pieds (ancêtre des bottes).

À la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, les naturalistes identifient plusieurs espèces d’arbres à caoutchouc, dont hevea brasiliensis est la plus connue. Des inventions comme la gomme qui efface le graphite, les vêtements imperméables ou les bottes, montrent le fort potentiel de cette nouvelle matière. En 1839, un américain (Charles Goodyear) et un britannique (Thomas Hancock) découvrent simultanément le procédé de vulcanisation qui permet à la gomme de conserver son élasticité après avoir séchée. Dès lors, le caoutchouc peut être utilisé à grande échelle pour la fabrication de pneus, de matériel médical, etc. La demande mondiale explose.

Le cours de l’hévéa prend de la valeur et, pour suppléer les marchés, les brésiliens commencent à le planter.

Hévéas plantés dans le bas-Amazone (rivière Arapiuns, 2012).

C’est ici qu’intervient la « légende d’un rapt botanique » de l’hévéa (Astafieff, 2018, p. 92) : le britannique Henry Wickam se rend dans la région du bas-Amazone et se procure près de 74000 graines d’hevea brasiliensis qu’il expédie par bateau en Angleterre. À Londres, ces graines sont plantées dans le jardin botanique de Kew où elles sont acclimatées. Les britanniques se disent alors que s’ils maitrisaient la chaîne de production du caoutchouc, ils pourraient s’approvisionner à moindre coût. Les plant de Kew sont mis en terre dans leurs colonies d’Asie, principalement en Malaisie et à Ceylan.  Cette opération est une réussite : non seulement ils s’autonomisent de l’offre brésilienne, mais, à partir des années 1910, les arbres asiatiques ont atteint leur maturité et produisent à meilleur rendement que ceux du Brésil. L’offre asiatique provoque l’effondrement de l’industrie du caoutchouc brésilienne.

Dans le cadre du projet EXORIGINS, l’exemple du voyage des graines d’hévéa de l’Amazonie vers l’Europe, puis de l’Europe vers l’Asie interroge ainsi la question de la circulation des végétaux et des savoirs au prisme de la colonisation. Par ailleurs, ce cas paradigmatique permet de faire le lien entre les trajectoires singulières de personnes actives dans la circulation des plantes et des transformations sociétales plus larges. Enfin, le “boom du caoutchouc” (1850-1910) en Amazonie a été un moteur pour la migration puisqu’il a favorisé la venue d’étrangers (principalement nord-américains, juifs marocains, européens, etc.) venus tenter leur chance. L’industrie de l’hévéa au Brésil permet ainsi de travailler la question de l’apport migratoire dans la construction de la société amazonienne.

Problématique de la recherche

L’expansion de l’économie du caoutchouc au Brésil a été largement étudiée, de même que la production de latex en Asie. En revanche, on connaît moins le rôle des scientifiques – notamment européens et français – pendant cette période (Sanjad, 2010), pour l’acquisition et la transmission de savoirs sur l’hévéa et les autres espèces d’arbres à caoutchouc. Ces personnages aux parcours atypiques ont été de véritables agents de la dissémination des graines en Amazonie, entre l’Amazonie et les jardins d’acclimatation européens, puis vers les colonies asiatiques et africaines des empires européens. Pour mon étude dans le cadre du projet Exorigins, j’ai choisi, à partir de documents d’archives inédits et d’enquêtes ethnographiques, de suivre la trajectoire d’un de ces scientifiques, le français Paul Le Cointe (1892-1956), installé à Óbidos (ville portuaire de l’Amazone, située à mi-chemin entre Manaus et Belém) à la fin du XIXe siècle.

Contexte historique : L’industrie du caoutchouc en Amazonie (1850-1910)

Des années 1850 à 1910, la région amazonienne a connu une période de prospérité économique liée au fameux « boom du caoutchouc ». La ruée vers « l’or noir » (Walle, 1911) – c’est-à-dire le caoutchouc – s’est dessinée à partir de la découverte du procédé de vulcanisation.

Métro dans la rue du Quinze Novembre, à Belém, en 1911

Au fur et à mesure que la valeur du latex augmente à l’exportation, les villes amazoniennes s’urbanisent et se dotent d’infrastructures telles que le tramway, la construction d’édifices à l’architecture d’inspiration « française ». Les théâtres construits à Belém et à Manaus, capitales des États du Pará et de l’Amazonas, sont souvent cités en exemple.

Dans la littérature académique et dans l’imaginaire populaire, l’opulence démesurée des villes amazoniennes se dessine en creux des dures conditions de vie des seringueiros (les collecteurs de gomme), sous la tutelle de patrons violents qui les dominent par la dette, grâce au mécanisme de l’aviamento (Santos, 1982 ; Geffray 1995). On a tous en tête les images du film Fitzcarraldo de Werner Herzog (1982) ou, plus récemment, de L’étreinte du serpent (2015), réalisé par Ciro Guerra.

Ces deux visions de cette période de l’histoire (opulence démesurée de l’ « élite » urbaine et domination violente dans le seringal), largement partagées dans l’opinion publique, ont été sommes toutes relativisées par les récents travaux de l’anthropologue Steven Nugent, dans son livre The Rise and Fall of the Amazon Rubber Industry (2017) : cet auteur montre avec finesse que l’enrichissement ne concernait qu’une petite minorité de “patrons” au sein des villes et que, par ailleurs, l’exploitation du caoutchouc a pu se décliner sous bien d’autres forme que la force brutale directe. Enfin, il démontre que cette activité d’extraction a perduré bien au-delà de 1910, date de la chute du cours des taux du latex sur le marché mondial. Ainsi, à l’échelle micro-locale, les pratiques de la collecte de gomme étaient déconnectées de sa valeur à l’exportation.

Paul Le Cointe : un français à la tête d’une plantation d’hévéa en Amazonie brésilienne

 Paul Le Cointe est un personnage fascinant, aux multiples facettes. Je le connaissais déjà à travers mes travaux sur la législation foncière et l’accès à la propriété au début du XXe siècle en Amazonie brésilienne[1]. En effet, à son arrivée au Brésil, Paul Le Cointe a travaillé comme topographe et a réalisé la démarcation foncière des terres des petits propriétaires de la région du bas-Amazone, à une époque où, après la fédéralisation du Brésil, le nouvel État du Pará légifère pour permettre l’accès à la propriété foncière de ses populations[2]. Il est connu pour avoir réalisée la carte la plus précise de la plaine d’inondation amazonienne (caractérisée par un entrelacs de canaux et d’îles aux contours incertains) à une époque où les relevés étaient encore effectués à la corde et à la boussole. Homme à tout faire, totalement autodidacte, il arrive en Amazonie brésilienne en plein “contesté franco-brésilien“, un conflit au sujet de la démarcation de la frontière entre la Guyane française et l’actuel Etat de l’Amapá.

Dès son arrivée au Brésil, il épouse une fille de bonne famille, à Óbidos, et travaillera ensuite pour le compte du gouvernement brésilien, sans pour autant perdre de vue les intérêts économiques de la France. Il sera tour à tour topographe municipal, chef de chantier pour l’installation de la ligne télégraphique, cartographe, collecteur naturaliste, puis dirigeant d’une exploitation de caoutchouc dans la région de la rivière Beni (actuel État de l’Acre), à une période où la Bolivie et le Brésil se disputent ce territoire. Finalement, il retourne à Óbidos où il monte sa propre plantation, en s’appuyant sur la Compagnie Agricole du Bas-Amazone, une société française qu’il a fondé à cette fin en 1907.

Pour comprendre le contexte des travaux de Paul Le Cointe, il faut savoir qu’en plein essor de l’industrie du caoutchouc, les scientifiques brésiliens et européens cherchent encore à mieux identifier les différentes espèces d’arbres gummifères et à comprendre leur fonctionnement biologique afin de pouvoir les exploiter pour suppléer les marchés. Parmi les savants qui s’y intéressent, en Amazonie, on trouve par exemple le suisse Jacques Huber ou l’autrichien Adolphe Ducke.

La correspondance entre Paul Le Cointe et Jacques Huber

Or, une découverte de mon collègue Nelson Sanjad, historien des sciences au Museu Paraense Emilio Goeldi de Belém, m’a permis de commencer des recherches sur le rôle de Paul Le Cointe dans l’économie du caoutchouc et dans l’acquisition des savoirs sur cette plante. Dans les archives de Jacques Huber – botaniste suisse,  spécialiste du caoutchouc, qui deviendra directeur du Museu Paraense Emilio Goeldi – se trouvent 48 lettres rédigées par Paul Le Cointe, destiné à Jacques Huber, alors scientifique au Museu Paraense Emilio Goeldi. Dans cette correspondance, il raconte ses espoirs et ses déboires avec la plantation mixte d’hévéas et de cacaotiers qu’il a créée en 1907,  dans la plaine d’inondation de Óbidos.

Photo de Cacoal Imperial pendant la crue en 1908 (source : P. Le Cointe, 1945, p. 45)

Dans cette correspondance totalement inédite, Paul Le Cointe dévoile les ressorts de ses activités scientifiques et entreprenariales autour de la plantation d’hévéa. Par exemple, on apprend que les graines qu’il y a plantées ont été rapportées du Béni où il travaillait auparavant. À la lecture des lettres, on comprend que la plantation dirigée par Paul Le Cointe, sur les sites du “Cocal” et du “Cacoal Imperial”, est, à cette période, unique en son genre et qu’elle a drainé tous les scientifiques européens et américains souhaitant réaliser des expérimentations et observations sur l’hévéa.

  Correspondance de Le Cointe à J. Huber

Terrain à Óbidos sur les traces de Paul Le Cointe

Je me suis donc rendue à Óbidos afin de visiter les vestiges de la plantation, dont il ne reste malheureusement rien, le fleuve Amazone ayant progressivement « mangé » la terre et sa végétation (par érosion) pendant près d’un siècle. 

Vue panoramique de Cacoal Imperial, impacté par un phénomène d’érosion constant.
Après la faillite de la Compagnie Agricole du Bas Amazone, une famille d’immigrés italiens a racheté les terres de Cacoal Imperial.
Vue du fleuve, depuis le Cocal (rive droite). En face, on aperçoit l’île Grande et, au troisième plan, la rive gauche de l’Amazone où est érigée la ville de Obidos.

En revanche, en ville, on trouve la trace de Le Cointe et de son épouse, Maria Corrêa Pinto.

Photo d’archive de la maison occupée par Paul Le Cointe et par son épouse Maria Corrêa Pinto, soeur du maire Augusto Corrêa Pinto. Selon les informations disponibles au Musée de Obidos, Paul Le Cointe avait installé un zoo miniature dans son jardin, où les enfants venaient voir les animaux en captivité.
Actuelle propriétaire de la maison où a vécu Paul Le Cointe. On observe le carrelage en tomette typique des belles demeures brésiliennes de la fin du XIXè siècle ainsi que les détails des portes “cochères”. Aujourd’hui, la maison a été divisée en trois logements et est occupée par d’autres familles, suite au départ de Obidos des descendants de la famille Corrêa Pinto.

A partir de ce terrain exploratoire, il reste de nombreux fils à tirer. Notamment les procédures administratives de dépôt de bilan de l’entreprise de Le Cointe (mise en faillite en 1913, prise par la tourmente de la chute des cours du caoutchouc) que j’ai localisées chez un particulier. J’ai également pu faire le lien entre Paul Le Cointe et des intérêts nord-américains pour le caoutchouc, deux décennies avant l’implantation de Fordlândia et de Belterra dans la même région. Enfin, il est frappant que Paul Le Cointe se situe au carrefour entre plusieurs mondes : celui des affaires entrepreneuriales et celui de la science, d’une part ; celui de la France colonialiste et du Brésil développementiste, d’autre part. A la fin de sa carrière, Paul Le Cointe se verra confier la fondation puis la direction de la première école supérieure de chimie industrielle de Belém, destinée à étudier les plantes dites « utiles » d’Amazonie. Ce personnage passe par une reconnaissance sociale qui l’enrichit puis tombe dans l’oubli et enfin dans une extrême pauvreté.  Il est décédé à Belém en 1956, dans la misère, sans laisser de descendance.

Ce terrain exploratoire m’a permis d’orienter mes futurs travaux. En outre, j’ai commencé des collaborations avec des historiens des sciences (Nelson Sanjad au Brésil, Patrick Petitjean en France) et nous réfléchissons à des coopérations et des publications. Un prochain terrain de 1 mois est prévu en 2020.

[1] Stoll, Emilie ; Fischer, Luly ; Folhes, Ricardo, Recenser la propriété en Amazonie brésilienne au tournant du XXe siècle. Des registres de terres de João de Palma Muniz aux cartes de Paul Le Cointe, Histoire & Mesure, XXXII-1, 2017, p. 53-90. URL : https://journals.openedition.org/histoiremesure/5756

[2] Pendant la période coloniale (jusqu’en 1822), seuls quelques élus obtiennent un titre de propriété. Puis un vide juridique entre en vigueur, empêchant la privatisation de la terre par ses occupants.

Autres références citées :

  • Astafieff, Katia, L’aventure extraordinaire des plantes voyageuses, Dunod, 2018.
  • Geffray, Christian, Chroniques de la servitude en Amazonie brésilienne: essai sur l’exploitation paternaliste, Karthala, 1995.
  • Nugent, Steven, The Rise and Fall of the Amazon Rubber Industry , Routledge, 2017.
  • Sanjad, Nelson, A coruja de Minerva: o Museu Paraense entre o império e a república (1866-1907), FIOCRUZ, 2010.
  • Santos, Roberto, História econômica da Amazônia : 1800-1920, São Paulo, Qeiroz, 1982.
  • Walle, Paul, Au pays de l’or noir. Le caoutchouc du Brésil, 2e édition, revue, Paris, E. Guilmoto Editeur, 1911.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.