Appel à communication : session “Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux”

Nous vous invitons à soumettre avant le 26 janvier 2020 vos propositions de communication pour la session P du 5e colloque international du Collège international des sciences territoriales (CIST), intitulé Population, Temps, Territoire et qui se déroulera du 18 au 21 novembre 2020, au Campus Condorcet Paris-Aubervilliers.

Titre de la session : Circulation de plantes, de personnes et ancrages territoriaux

Organisation : Irène Dos Santos (CNRS – Urmis), Laure Emperaire (IRD – Paloc), Dominique Juhé-Beaulaton (CNRA – Cak), Romain Simenel (IRD – Paloc), Emilie Stoll (CNRS – Urmis)

Problématique :

Cette session se propose de mettre en exergue le rôle des végétaux et de leur circulation dans les processus cognitifs et pratiques d’ancrage territorial des populations dont la trajectoire personnelle ou familiale s’inscrit dans une migration ou un déplacement géographique. Nous souhaitons comparer des exemples ethnographiques, où des végétaux ont été emportés par les hommes dans leurs déplacements et participent ensuite, une fois acclimatés dans la terre d’accueil, à la (re)formulation des discours et des idéologies sur l’ici et l’ailleurs, l’Autre et le soi. Nous nous intéressons également au cas inverse, lorsque ce sont les hommes qui suivent la trajectoire (économique et sociale, parfois géographique) des végétaux et s’installent dans de nouveaux lieux. Ces deux configurations de circulations de plantes et de personnes pourront être déclinées dans l’un des trois axes suivants :

Axe 1 : Sociétés et territoires au miroir du végétal : (Re)qualification des personnes, des végétaux, des territoires

Comment les groupes sociaux construisent-ils et se transmettent-ils les catégories de l’altérité ? A partir de cas concrets, nous analyserons la façon dont certaines espèces végétales sont considérées comme d’origine étrangère (exotiques) ou locales (indigènes, endémiques) parfois indépendamment de leur trajectoire spatiale historique (Simenel 2010). Nous analyserons également la façon dont ces espèces sont utilisées pour (re)qualifier l’identité des personnes et des territoires, notamment à travers leur nomination – « saloperie », « herbe des Maures », etc. – et les propriétés – « invasives », etc. – parfois plus idéologiques que scientifiques qui leurs sont attribuées (Cresswell 1997 ; Fall et al 2011).

Axe 2 : Planter ses racines : diversité bio-culturelle et ancrage aux lieux dans les pratiques de jardinage

Dis-moi ce que tu plantes, je te dirai d’où tu viens et qui tu vois ! Les cas ethnographiques présentés dans cet axe s’interrogent sur les végétaux comme vecteur de fabrication du lien social lorsque l’on s’installe dans un nouveau lieu. Dans quelle mesure la plante apportée avec soi (et transmise) crée-t-elle du lien (Eloy et al 2011 ; Emperaire et al, 2014) et devient-elle une archive familiale (Simenel 2017) qui perpétue une mémoire d’un lieu d’origine ? Plus largement, comment les végétaux permettent-ils de cartographier les lieux parcourus (lieux de vie, de vacances, le jardin d’un être cher, etc.), balisant une trajectoire géographique, et, plus largement des réseaux interpersonnels et généalogiques (Sagnes 2004 ; Simenel & Stoll 2019).

Axe 3 : Planter pour dominer : « plantes utiles » et maitrise territoriale en contexte colonial et post-colonial

La colonisation s’est accompagnée d’une circulation accrue de végétaux et a même parfois été motivée par la volonté de contrôler certaines espèces au fort potentiel économique. Ainsi, les Nations colonisatrices ont planté des jardins d’acclimatation dans leurs colonies, afin de permettre l’introduction de plantes exotiques en Europe et de plantes européennes dans les colonies (Juhé-Beaulaton 2018 ; 2014). A la fin du XIXe siècle, des institutions comme le Muséum National d’Histoire Naturelle se sont lancés à la conquête des plantes dites « utiles » (Stoll et al 2017), comme par exemple l’hévéa brasiliensis permettant la production du latex. L’exploitation de ces végétaux s’est accompagnée d’important flux migratoires qui se sont parfois installés durablement et s’inscrivent localement dans les relations de pouvoir (Crosby, 1993) et de contrôle territorial.

Modalités de soumission :

Date limite de soumission des propositions de communication : 26 janvier 2020, exclusivement via le site internet du colloque cist2020.sciencesconf.org
Les propositions de communication devront être rédigées en français, en anglais ou en espagnol (la présentation se fera en français, en anglais ou en espagnol, les supports devant être dans l’une des deux autres langues), et se conformer au modèle disponible sur le site du colloque cist2020.sciencesconf.org.
La taille du texte central devra être comprise entre 10 000 et 15 000 signes. Les propositions seront examinées par le comité scientifique du colloque et les co-porteur·e·s de session.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.