Contours d’une figure palestinienne : les semences “baladi”

Mission du 19 avril au 19 juillet 2019
Retour d’enquête

Par Cannelle Labuthie

L’iconographie palestinienne abonde de références à la ruralité et aux « figures » (1) qui l’habitent. Olivier, oranger ou encore paysan sont autant d’emblèmes mobilisés dans l’imaginaire collectif pour dire l’historicité d’un lien à la terre, la perte de cette dernière ou encore la lutte menée pour la conserver (2). Comme le rappelle Christine Pirinoli, ces éléments semblent indiquer « l’importance du lien à la terre et au territoire pour la structuration de la société palestinienne », au point d’en faire des « référents symboliques majeurs » (3).

Dans cette recherche je m’intéresse à la manière dont les semences locales sont aujourd’hui invoquées et investies pour rendre compte, notamment, de la singularité des expériences palestiniennes. Ces graines de plantes sont considérées dans mon travail comme « l’objet d’une médiation essentielle » (4) qui enracine à la terre et au territoire des générations de palestiniens.

Durant ce premier terrain, effectué dans les régions de Bethléem et Hébron, il s’agissait d’interroger la manière dont les cultivateurs et cultivatrices palestinien.ne.s (5) définissent leurs semences. Cette première approche par les définitions vernaculaires de mon objet de recherche m’a très rapidement amenée à m’intéresser à la catégorie baladi (littéralement du pays en arabe), terme utilisé par chacun.e pour définir et distinguer les semences palestiniennes. Dans les jardins familiaux et les terres agricoles se côtoient en effet variétés baladi et mish baladi (qui ne sont pas baladi), différenciées entre elles par leurs propriétés physiques et gustatives. Si les semences baladi sont parfois qualifiées comme étant moins productives, elles sont toutefois plus résistantes et leurs fruits, plus savoureux, sont destinés à la consommation domestique. Elles s’opposent ainsi aux semences mish baladi, terme utilisé selon le contexte d’énonciation pour parler des semences « étrangères » ou « nouvelles », c’est-à-dire les semences industrielles, de variétés standardisées, couteuses en intrants et non reproductibles.

Semences baladi d’une famille de cultivateurs et cultivatrices de Battir

Le goût du baladi

Loin d’être une catégorie monolithique, le baladi se décline en une multitude de variétés de plantes arborant le nom de localités palestiniennes. Le faqqus (concombre arménien, Curcumis melo var.flexuosus) renvoie notamment à deux variétés locales : le faqqus sahuri (en référence au village de Beit Sahur) et le faqqus nabulsi (en référence à la ville de Naplouse, situé au nord de la Cisjordanie). À Battir, village agricole de la région de Bethléem, connu pour ses sources et ses terrasses antiques qui en ont fait un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre de paysage culturel, c’est l’aubergine battiri qui fait la fierté des cultivateur.rice.s. Leur qualité et leur goût unique reposent, me dit un cultivateur de Battir, sur deux secrets : « la composition du sol et l’eau qui vient de la source minérale » qui lui confèrent un goût sucré, faisant de cette aubergine un ingrédient incontournable de la gastronomie palestinienne. À l’instar de Battir, d’autres localités se sont ainsi rendues célèbres, parfois au-delà des frontières palestiniennes, pour la qualité de leur production comme me l’affirme notamment Abu Dia, cultivateur de Beit Jala (village proche de Bethléem), lorsqu’il me parle de sa tentative malheureuse de cultiver des laitues aussi goûtues que celles d’Artas : « Les aubergines battiri trouvent leur place à Battir, les abricots à Beit Jala, les faqqusà Beit Sahur, le raisin à Hébron et les laitues à Artas ».

Le village de Battir et ses jardins
Culture d’aubergines (solanum melongena) à Battir

Les semences de variétés non-irriguées en Cisjordanie

Le terme baladi recouvre également les variétés de semences dites ba‘al, du nom de la divinité cananéenne de la fertilité et de la destruction, terme qui renvoie plus généralement à un ensemble de pratiques, savoirs et gestes liés à l’agriculture ba‘ali c’est-à-dire pluviale. En Palestine, cette forme d’agriculture s’est principalement développée dans les régions montagneuses là où dans les vallées se pratiquait historiquement l’agriculture de variétés irriguées (6). Les semences ba’al sont le fruit de ces stratégies de sélection et d’exploitation de l’humidité des sols et de la pluvialité saisonnière, stratégies adaptées à la sécheresse et au manque d’eau, particulièrement dans certaines régions de Cisjordanie. Sélectionnées pour leur résistance à ces conditions endémiques et transmises de génération en génération, les variétés de semences non-irriguées restent, malgré la standardisation de l’offre semencière en Palestine, une ressource essentielle pour les cultivateur.rice.s palestinien.ne.s qui doivent faire face aux contraintes que leur imposent la colonisation et l’occupation israélienne, notamment en terme d’accès et de distribution de l’eau. (7)

Culture de faqqūs près de Dura, région d’Hébron

Transmettre les semences baladi

À l’échelle villageoise, les échanges de graines de variétés baladi entre cultivateur.rice.s sont effectués tout au long de l’année. Au gré des interactions de voisinage, voire d’une répartition des cultures en fonction des variétés détenues par chacun.e.s définie au préalable, ces échanges reposent sur une confiance mutuelle qui permet d’assurer la qualité des semences ainsi transmises. Ces dernières peuvent aussi être échangées lors d’événements spécifiques du calendrier agricole tels que les foires locales ou la récolte des olives. S’il arrive à mes différent.e.s interlocuteur.rice.s de se fournir en semences de variétés baladi chez des commerçants, il leur est plusieurs fois arrivé de se retrouver en possession de semences de la mauvaise variété ou mish baladi. Ainsi, si les graines de plantes baladi peuvent être achetées en magasin, il semble que les semences échangées ou héritées soient préférées aux autres, obtenue par la « voie normale » ; ce qui laisserait à penser que l’action de transmettre pourrait elle-même être une composante du baladi.

Aujourd’hui cependant, l’évocation des semences baladi s’inscrit notamment dans un registre nostalgique qui s’articule autour du constat de la perte de ces dernières, de la disparition des savoirs locaux qui y sont associés mais également de la raréfaction des réseaux locaux de transmission des semences. Plusieurs raisons à cela me sont données par les cultivateur.rice.s, agronomes ou associations rencontrés : certains notent le désintérêt de la nouvelle génération pour l’agriculture, d’autres pointent du doigt l’accaparement des terres et les restrictions israélienne sur l’eau. Ce sentiment de perte de ce qui est à la fois une ressource agricole essentielle et un héritage historique donne lieu à la mise en œuvre de discours et d’actions patrimoniales visant à intervenir dans cette chaine de transmission interrompue. Plusieurs associations, initiatives citoyennes ou encore musées œuvrent ainsi à la sauvegarde des graines de plantes baladi, passant de jardins en jardins, pour collecter les semences puis les redistribuer au plus grand nombre.

Si dans sa traduction première le terme de baladi renvoie au local et au terroir, cette notion revêt un sens plus large que simplement géographique. Lorsqu’associée aux semences, elle fait référence à un ensemble de mode de sélection, de production, de conservation, de consommation mais également de transmission reposant sur des relations affinales et familiales de confiance. Au-delà du lien essentiel à la terre et au territoire auxquelles elles renvoient, les semences baladi semblent aussi associées à un mode transmission spécifique, reposant sur la confiance placée en chacun.e des cultivateur.rice.s palestin.ne.s. L’analyse de ces différents réseaux constituera l’objet de mon prochain terrain.

Notes et bibliographie

(1) Le terme de “figures” est ici emprunté à l’historien palestinien Elias Sanbar qui, dans son ouvrage Figures du palestinien. Identité des origines, identité en devenir (2004), invite à penser l’identité en termes de flux insaisissables autrement que dans « leur mobilité de lignes traversant temps et lieux » ; lignes qui viennent à former une « chaine de figures » aux formes différentes mais qui restent identifiables.

(2) Abufarha, N. (2008). Land of Symbols: Cactus, Poppies, Orange and Olive Trees in Palestine. Identities, 15(3) .
Nicault, C. (2014). L’« orange de Jaffa » avant la Deuxième Guerre mondiale. Un fruit « palestinien » chargé de sens. Archives Juives, 47(1).
Swedenburg, T. (1990). The Palestinian Peasant as National Signifier». Anthropological Quarterly, 63(1).

(3) Pirinoli, C. (2002). Entre terre et territoire : Enracinement de l’identité palestinienne. Études rurales, (163‑164)

(4) Ibid.

(5) Le terme de “cultivateur.rice” renvoie ici aux agriculteur.rice.s profession.nelle.s ou non, aux associations, institutions locales et initiatives citoyennes impliquées investis dans la préservation et la transmission des semences.

(6) De Donato, A. (2019). Palestinian Rural Realities between the Israeli Occupation and “Farming Modernisation”. The Case of the Village of Wādī Fūkīn (West Bank). Confluences Mediterranee, N° 108(1)

(7) Tesdell, O., Othman, Y., & Alkhoury, S. (2018). Rainfed agroecosystem resilience in the Palestinian West Bank, 1918–2017. Agroecology and Sustainable Food Systems, 1‑19


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.