Échanges d’expériences à l’arboretum de Versailles-Chèvreloup

Mardi 4 juin 2019

A l’occasion d’une visite du domaine de Chèvreloup, quatre projets scientifiques menés au Muséum National d’Histoire Naturelle (dont Exorigins) ont dialogué autour des enjeux de conservation et de diversité biologique et culturelle. La Direction des Jardins Botaniques du Muséum appuie plusieurs projets scientifiques portés par ses unités de recherche, dont l’UMR 208 PALOC, co-porteuse du projet Exorigins. Certains projets se déploient sur des parcelles du Jardin des Plantes, comme c’est le cas du Jardin des Altérités.

Le jardin des altérités

Lors de cet échange, Emilie Stoll et Liliana Motta ont présenté le concept du Jardin des Altérités et le carré des plantes de gardiennes d’immeuble aux collègues du Muséum (chercheurs, enseignants-chercheurs, jardiniers et agents du Muséum attachés à la Direction des Jardins boaniques). Le partenariat entre l’équipe Exorigins et la Direction des Jardins du Muséum implique la mise à disposition de la parcelle “Paul Jovet” du Jardin des Plantes pendant 4 ans, ainsi qu’un appui logistique pour la signalétique du jardin, la conservation du matériel et des plantes hors sol et, la reproduction et culture à l’arboretum de Chèvreloup. L’équipe de la Direction des Jardins nous aide également sur le plan scientifique dans la vérification de l’identification des espèces et des informations sur leur histoire.

Un Jardin des Altérités dans le carré Paul Jovet, au Jardin des Plantes, Emilie Stoll et Liliana Motta – Projet EXORIGINS © F-G Grandin MNHN.

La valorisation du Carré Lamarck et de ses plantes “utiles pour l’humanité”, au Jardin des Plantes

Dominique Juhé-Beaulaton, historienne et directrice de recherche au CNRS (Centre Alexandre Koyré), coordonne un projet visant à une meilleure représentation des informations ethnobotaniques sur la signalétique qui balise le Carré Lamarck dit des “plantes ressources”, situé à l’entrée du Jardin des plantes (côté gare d’Austerlitz). Suite à un diagnostic de la fréquentation de cette partie du jardin réalisée par Marjorie Lassarre, stagiaire en 2e année de Master, la signalétique sera reformulée autour de quatre thématiques : 1) les plantes cultivées à travers le temps (en suivant un parcours chronologique, avec leur évolution depuis le néolithique) ; 2) les plantes médicinales (entre savoirs scientifiques et traditionnels) ; 3) les plantes et techniques (en s’appuyant sur les plantes tinctoriales et  à fibre pour fabriquer le textile, etc.); 4) les plantes et leur action sur l’environnement (en prenant l’exemple de plantes dépolluantes ou fertilisantes, les aménagements paysagers avec l’édification de haies, etc.). L’enquête réalisée a également montré que le nom de cette partie du jardin – “plantes ressources” – n’était pas compris par tous. Il sera changé par “les plantes utiles à l’humanité” (afin de signaler au public qu’il n’y a pas de plantes “inutiles”). Ce projet, à la croisée de la Direction des jardins botaniques, de la Direction de la médiation et des chercheurs est intégralement financé par le Muséum.

Exemple de panneau de médiation actuellement en place dans le Carré Lamarck autour des plantes médicinales. La présentation “chimique” n’interpelle pas les visiteurs.

La construction de nouvelles biodiversités urbaines

Philippe Clergeau, professeur en écologie au Muséum national d’histoire naturelle (laboratoire CESCO) et expert-consultant en écologie urbaine, étudie la biodiversité au sein de la ville et les relations entre espèces végétales dans cet espace. Il a présenté son projet sur la mise en place d’enquêtes expérimentales (comme l’observation d’espèces végétales qui s’installent naturellement sur les bâtiments urbains) qui posent plusieurs questions : quelles espèces pour quels espaces ? Quelles plantes sont jugées “appréciables” dans l’espace public (et pour qui) ? A quelle plante associe-t-on la notion de “propreté”? etc. Ce chercheur insiste sur l’importance d’associer plantes “exotiques” et plantes “locales” afin de noter celles qui évoluent ou non ensemble et de sensibiliser sur la nécessité de donner à l’une comme à l’autre, de la visibilité. Des collaborations sont prévues entre la Direction des Jardins du Muséum et l’équipe de recherche Ecologie Urbaine du CESCO : accueil de plantes, conseils sur les espèces, discussion sur les protocoles d’analyse de nouvelles communautés de plantes, etc.

http://www.editions-apogee.com/media//Manifeste-LeTe_le_gramme_10-02-16_.jpg

Paraconiothyrium variabile, un champignon endophyte du conifère Cephalotaxus harringtonia et son interaction avec le champignon Fusarium oxysporum, pathogène des conifères

Ce quatrième projet, au nom ésotérique pour des non-spécialistes, a pour objectif d’étudier comment un champignon porteur d’un endophyte particulier permet de combattre un autre champignon qui attaque les conifères. La mise en évidence des propriétés moléculaires de cet endophyte permettrait ainsi de concevoir un remède chimique naturel pour combattre le vilain champignon qui ravage nos forêts de sapins. Ce projet est porté par les biologistes moléculaires Caroline Kunz et Didier Buisson, enseignants-chercheurs au Muséum d’Histoire Naturel (au laboratoire MCAM).

Paraconiothyrium variabile, un champignon endophyte du conifère Cephalotaxus harringtonia et son interaction avec le champignon Fusarium oxysporum, pathogène des conifères, Caroline Kunz, MCAM © F-G Grandin MNHN.

Cette journée à l’arboretum de Chèvreloup a permis aux équipes de chercheurs de mieux connaître leurs interlocuteurs des jardins botaniques du Muséum et de renforcer leur collaboration : conseils sur les espèces, discussion sur les protocoles d’analyse de nouvelles communautés de plantes, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.