Les légumes-feuilles dits “indigènes” au Kenya

Mission du 19 février au 03 mars 2019  
Retour d’enquête

Par Claire Médard

Comment le retour aux légumes-feuilles dits « indigènes », dans les villes du Kenya, contribue-t-il à l’expansion d’un secteur économique qui, par rétroaction, participe à mettre fin à des pratiques plus anciennes de production/cueillette et de consommation d’une grande variété de fanes ou de feuilles comestibles* ?

Exemples de légumes-feuilles consommés au Kenya:
Lidodo (espèce de la famille des amarantes)
Murenda (espèce de la famille des jutes)

Miroo (espèce de la famille des crotalaires)

Cadre général : Au Kenya, l’importance des légumes-feuilles dans l’alimentation est associée aux migrants de l’ouest du pays. Cette pratique alimentaire se retrouve ailleurs dans le pays et, en particulier, dans la région centrale, à proximité de la capitale, Nairobi. Mais, en raison d’une transformation urbaine plus ancienne, elle a périclité. A une autre échelle encore, dans le cadre de migrations globalisées, ces légumes-feuilles sont associés aux pratiques alimentaires de populations d’origine sub-saharienne. Elles ont en outre contribué à modeler la cuisine du Sud des États-Unis (Farnham et alii, 2008) ou encore l’alimentation des populations d’origine africaine de l’Amazonie, à la différence des populations amazoniennes amérindiennes (Katz et alii, 2012). Parmi tous ces légumes-feuilles, certains sont issus de la cueillette et d’autres, cultivés, sont largement commercialisés dans des régions où ces pratiques alimentaires se maintiennent et se renouvellent.

                        Les hauts plateaux de l’Ouganda et du Kenya
                        carte réalisée par
Valérie Golaz (INED/LPED)

Le retour urbain aux légumes dits « indigènes »

Au Kenya, s’ils sont vendus au bord de la route, à certaines heures de la journée, les légumes « indigènes » sont à présent également vendus au supermarché. John, un habitant de Nairobi, salarié de la classe moyenne, originaire du pays luo (à l’ouest du pays), me parle du retour aux légumes « indigènes » ou « traditionnels ». Le terme de « légume indigène » est utilisé ici par opposition au chou feuillu (appelé localement sukuma wiki, ce qui signifie: « aller au bout de la semaine »). S’il est désormais considéré comme indigeste, trop acide, le chou feuillu constitue l’ordinaire des repas quotidiens et sert d’accompagnement à l’ugali (boule  de farine de maïs blanc cuite à l’eau). Le chou feuillu, largement commercialisé au Kenya, s’est répandu depuis la colonisation et les migrations de travail vers de nouvelles destinations rurales et urbaines. D’après Peter, vétérinaire à la retraite installé sur ses terres (en pays luhya, à l’ouest du Kenya), les travailleurs se sont mis à manger du sukuma wiki dans les fermes européennes des White Highlands, situées sur les hauts plateaux d’Afrique de l’Est, au cœur de la colonisation agraire du Kenya, où cet aliment était cultivé pour l’alimentation des vaches. John  souligne néanmoins qu’il existe également une autre espèce de chou feuillu, « indigène », à l’ouest du Kenya, qui est localement apprécié, appelé khadira (Maundu, 1999).

Sukuma wiki, le chou feuillu

Comment les légumes « indigènes » ont perdu leur origine

En enquêtant en milieu rural sur les semences des légumes «indigènes » disponibles sur le marché, je cherchais à savoir si les graines commercialisées étaient issues de jardins locaux. « Oui », me dit Margaret (agricultrice et commerçante) qui vendait des légumes, « je n’en ai pas apporté au marché mais tu peux venir chez moi, j’en ai à la maison ». « Non », me dit Janet (elle aussi commerçante sur le marché), « j’ai un fournisseur. Je passe un coup de fil, j’envoie l’argent par m-pesa (transfert d’argent par téléphone) et je me fais livrer ces graines ; elles viennent de la région centrale du Kenya où sont établies les compagnies de semences pour ces légumes ». Daniel (retraité de l’enseignement, installé sur une parcelle agricole à proximité de la forêt de Kakamega au pays Luhya) me confirme que les légumes « indigènes » ne sont plus ce qu’ils étaient, qu’ils n’ont plus le même goût. Les variétés ont été sélectionnées pour le volume de leurs feuilles et ces légumes cultivés ont perdu l’amertume qui caractérisait certaines d’entre elles et qui était appréciée. « Il faudrait retourner dans la forêt, me dit-il, pour retrouver les légumes anciens ». Il parle en particulier du lisutsa, des feuilles de Solanum nigrum.

Lisutsa (solanum nigrum) ou morelle noire

Un tour des boutiques phytosanitaires, les agro-vet locaux, et je m’aperçois que les semences vendues, cette fois-ci dans des paquets, portent le nom donné dans la région centrale à ces légumes (managa) et non le nom local (lisutsa). Une organisation américaine (Acre fund) intervient localement pour encourager l’utilisation de graines achetées et travaille en collaboration avec des entrepreneurs du centre du Kenya qui ont la réputation d’être durs en affaire.

Paquet de graines commercialisées de managu : le terme kikuyu est utilisé ici et non le terme luhya, lisutsa.

Localement, toute une filière de production s’est établie autour de certaines variétés de légumes « indigènes » et en particulier les fanes de niébé. Au lieu de cueillir les feuilles et de récolter les haricots, les jeunes plants sont arrachés et mis en botte pour être vendus : Daniel se lamente de cette nouvelle manière d’arracher le plant, utilisée dans une optique de commercialisation. Si les femmes sont actives dans la vente de détail de ces légumes, les hommes sont impliqués dans la mise en place de la culture commerciale sur des parcelles irriguées en saison sèche, proches de la forêt tropicale de Kakamega.

Kunde : fanes de niébé (en anglais: cowpeas)

Ces premières observations suscitent un faisceau de questions :

  • sur l’association rapide entre pratique alimentaire et population donnée, rapportée à son origine : les originaires d’Afrique sub-saharienne ou encore de l’ouest du Kenya auraient des pratiques
    alimentaires spécifiques qui contribueraient à les définir : c’est sans compter la révolution urbaine qui met à mal certaines pratiques alimentaires et les circulations transformant les pratiques alimentaires et de cuisines locales.
  • sur la différentiation entre l’urbain et le rural : elle peut se justifier sur le plan de la production/consommation alimentaire, précisément en raison de leur dissociation dans un cadre urbain ; cependant, des pratiques de production et de consommation différenciées en ville et à la campagne, ne doivent pas masquer la rétroaction en milieu rural de pratiques de consommation
    urbaines.
  • sur la différentiation genrée : localement, les fanes et les légumes feuilles sont considérés comme l’aliment féminin par excellence du fait de la cueillette/d’un geste quotidien et de son importance
    dans la préparation des repas qui revient aux femmes, suivant les conceptions locales. L’irruption masculine est soulignée dans la culture d’un légume  « indigène » commercialisé, la feuille du niébé : au lieu de cueillette, la plante est arrachée.
  • sur le caractère « indigène » de légumes issus pour certains de circulations globalisées, mais réappropriées localement pour s’opposer à la modernité, au déracinement urbain et à la migration. Tout un secteur de recherche s’est développé en relation à l’étude de ces légumes « indigènes » dans les départements de nutrition des universités est-africaines. On les décrit en usant d’expressions comme « African leafy vegetables ALV » (Shiundu, Onyang’o 2007) ou « African Indigenous Leafy Vegetables AILV » (Tumwet et alii 2014). Dans ces études, certaines variétés de légumes feuilles, présentées comme « indigènes », sont fortement valorisées, y compris dans une perspective économique.

Bibliographie :

Légumes feuilles dans le monde :

•      Farnham M. W. et alii, 2008, Neglected land races of collard (Brassica olerace aL. var. viridis) from the Carolinas (USA), Genetic Resources and Crop Evolution 55:797–801.

•      Katz Esther et alii, 2012, No greens in the forest? Note on the limited consumption of greens in the Amazon, Acta Societatis Botanicorum Poloniae.

Patrimonialisation des légumes feuilles au Kenya : 

•      Barstow  Charles and Zocchi Dauro Mattia Ed, with the collaboration of John Kariuki, Samson Kiiru, 2018, The ark of taste in Kenya. Food knowledge and stories of gastronomic heritage, slow food, Italia.

•       Maundu PM, Ngugi GW and CHS Kabuye, 1999, Traditional Food Plants of Kenya. Published by Kenya Resource Centre for Indigenous Knowledge (KENRIK). National mMuseums of Kenya, Nairobi Kenya, 270p.

•      Maundu Patrick, Muiruri Patel, Adeka Ruth, 2013, Safeguarding Intangible Cultural Heritage. Traditional Foodways of the Isukha community of Kenya, UNESCO

Valorisation commerciale et santé au Kenya :

•      Shiundu Kennedy M., Oniang’o Ruth. K., 2007, Marketing African Leafy Vegetables: Challenges and Opportunities in the Kenyan Context African food journal, Volume 7 No. 4.

•      Tumwet T.N., Kang’ethe E.K. , Kogi-Makau W., Mwangi A.M. 2014, Diversity and immune boosting claims of some African Indigenous Leafy Vegetables in Western Kenya, African food journal, Volume 14 No. 1.

•      Kimiywe Judith, Waudo Judith  Mbithe Dorcus, Maundu Patrick, 2007, Utilization and Medicinal Value of Indigenous Leafy Vegetables consumed in Urban and Peri-Urban Nairobi, African food journal, Volume 7 No 4.

•      Riang’a Roselyter Monchari,  Broerse Jacqueline, Nangulu Anne Kisaka, 2017, Food beliefs and practices among the Kalenjin pregnant women in rural Uasin Gishu County, Kenya, Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine, 13:29

*Nomenclature provisoire des légumes-feuilles étudiés :

clé des abréviations: Luhya (La) et Luo (Lu) (ouest Kenya); Kikuyu (Ku) (centre Kenya); Kiswahili (K) (ensemble du Kenya)

source principale sur les noms en latin, français et anglais et l’origine des plantes : https://npgsweb.ars-grin.gov/gringlobal/search.aspx?

Nomenclature en langues locales

Nom Latin 

Origine de la plante

Nom anglais

Nom français

Miroo (La)

Crolataria brevidens

Natif

 

 

Lidodo (La)

Amaranthus

  Blitum,

  Dubius

  graecizans

  spinosus

 

 

Natif

CentrAm

 AfrAsEur

cosmopolite

pigweed

Amarante

  Livide

 brède de Malabar

  Africaine

  Epinard cochon/malabre

Lisutsa (La)

Managa (Ku)

Solanum nigrum

AfrAsEur

Black nightshade

Morelle noire

Kunde (K)

Vigna unguiculata

Natif

cowpea

Fanes  de pois à vaches ou de haricot niébé

 

 

Murenda (La)

Corchorus

  Olitorius

  trilocularis

 

Inde

Natif

 

Bush okra

 Jute

Corète potagère

 

Tsisaka (La)

Cleome gynandre

Natif

Spider plant

Feuilles caya/mozambé

Khadira (Lu)

Erucastrum arabicum

Natif

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.