Les jardins informels de Tanger, lieu de transmission

Mission du 21 avril au 1er mai 2019
Retour d’enquête

Par Eugénie Denarnaud

J’ai choisi de mener mon sixième terrain de thèse dans les interstices non-encore affectés à la fabrique urbaine de la ville de Tanger, dans le nord Maroc. À ce travail s’adjoint celui de réaliser une série de photographies qui sont dans le corpus de ma recherche qui croise les champs disciplinaires de la géographie, de l’anthropologie du paysage et de l’art. C’est en cela qu’il s’intègre à la démarche générale du projet Exorigins.

Pour cette recherche en sciences du paysage menée au Laboratoire de recherche en paysage (École Nationale Supérieure de Paysage), je centre mon observation sur des jardins qui sont cultivés dans les interstices des quartiers périphériques, par des familles habitant à proximité. Ils sont informels, de petite taille, environ vingt mètres carrés et cultivés en pleine terre. Ils regroupent un certain nombre de plantes familières aux jardiniers citadins dans leur vie quotidienne : menthe verte, rouge et dite « des gnaouas », légumes feuilles type blettes, cardes, artichaut, épinards, mâche, coriandre, persil, des arbres fruitiers  : orangers amers, clémentiniers, figuiers, pêchers, poiriers, grenadiers, oliviers, des plantes rituelles ou médicinales : laurier noble, menthe pouliot, fausse ambroisie …

Ces jardins informels, résiduels, issus d’une forme de détournement, inventifs et adaptés aux vicissitudes du terrain, entrent dans la catégorie du paysage vernaculaire, définie par le théoricien du paysage John Brickerhoff Jackson. Ils recèlent un ensemble de plantes comestibles et ayant une utilité dans la vie locale. La qualité ornementale des plantes est aussi une de leur utilisation. On y trouve des galants de nuit, jasmins, géraniums zonales, roses de la montagne. En somme une infinité d’espèces différentes dans de petits jardins foisonnants et urbains

Plus qu’un espace récréatif, ce type de jardin semble indiquer une relation forte à la nature environnante, à l’extérieur du jardin. Son foisonnement entre en dialectique avec une nature préservée des méfaits de l’agriculture industrielle, puisque la région du tangérois n’a pas vu ce type d’agriculture s’installer. L’écosystème hors jardin, et dans le jardin entrent en relation et ceux ci- forment, dans l’univers urbain en pleine expansion : des « délégués » d’une relation au vivant qui tient de l’agriculture paysanne puissamment incarnée dans la zone.

Série de photographie réalisée : Ramos 2

Le but de mon terrain est de trouver des plantes caractéristiques de ces jardins et de réaliser sept compositions photographiques de ces plantes quotidiennes, à la fois comme compilation par documentation photographie et à la fois comme composition plastique. Cette série, intitulée Ramos 2 est réalisée en écho à une première série Ramos 1, dans le contexte de la Casa Proal, au Mexique en 2018. 

Cette série Ramos 2, est composée de sept photographies qui évoquent le thème du bouquet. Les plantes présentées ne sont pas caractéristiques des compositions florales classiques, mais reflètent, en empruntant le registre de la fleur coupée, les « plantes compagnes » connues, cultivées et ramassées dans le contexte des jardins vernaculaires et des interstices de campagne de la ville de Tanger et de l’arrière pays. Dans les photographies, une main brandit des plantes du quotidien, utiles pour différents usages : médicinal, culinaire, condimentaire, rituel, ornemental, ou herbes qui entrent dans la préparation de ce qui est communément appelé « thé » dans la région mais qui s’apparente aux infusions, ainsi que du domaine de la fabrication d’objets usuels. Le propos de cette série est l’utilisation des ressources végétales du terrain, de façon globales, combinées, agencées les unes avec les autres en une composition. Le processus photographique qui sert notamment à la collecte par documentation, sert ici un propos artistique.

 ©Eugénie Denarnaud, 2019 – Bouquet composé de feuille d’artichaut (Cynara scolymus L., kharchouf en dialecte) utilisée en cuisine pour de nombreux ragoûts ; oléastre ou olivier sauvage (Olea europaea subsp. europaea L., zeitoun) utilisé pour ses petites olives peu charnues, ou alors simplement pour son feuillage vert-gris, car l’olivier est un arbre symbole dans tout le maghreb ; chrysanthème des moisson (Gleibionis segetum L., mingarit en dialecte), rudérale répandue et cueillie pour ses qualités décoratives de saison ; branche de grenadier (Punica granatum L., ou roummâne en tangérois), arbuste emblématique des jardins arabo-andalous, plantée très souvent et appréciée pour ses fruits, dont l’écorce est utilisée comme teinture jaune et pour le tannage des peaux ;  salsepareille, Smilax aspera, ou communément désignée comme louway en dialecte, c’est-à-dire « grimpante », c’est une liane caractéristique du matorral et que l’on retrouve à peu près dans toute la réserve forestière du Cap Spartel ; rose rouge représentant la rose de mai (Rosa centifolia, ouarda beldi) qui est cultivée dans la région de Magouna, au sud du pays pour faire de l’eau de rose et des huiles essentielles.

Ces espèces végétales, incarnent un lien fort entre les humains et l’environnement dont ils sont issus. Les plantes en bouquet sont aussi bien cueillies dans les jardins étudiés, dans le cadre du doctorat, que dans les espaces parcourus et bien connus des habitants : interstices urbains, chemins de campagne, prairies pâturées, forêts, matorrals, littoraux… Ces espaces sont bien connus des tangérois et constituent un milieu familier, où l’on rencontre des « connaissances » en pleine nature. L’expression « plante compagne » est empruntée à Pierre Lieutaghi dans l’ouvrage qui porte ce nom (5). J’ajouterai que si la plante dialogue avec les humains, et est vecteur de lien dans les fondements de nos humanités, elle l’est aussi, car lorsque l’on connait une plante, elle nous reconnait. Une « relation » s’installe entre êtres humains et êtres végétaux. Comme on se nomme, on s’apprivoise et se reconnaît, non pas en tant qu’êtres exceptionnels, ou fleur digne d’être mise au devant de la scène, mais par l’habitude, le quotidien, le familier. 

C’est de l’affirmation de la flore commune, principale composante de cette quasi invisibilité, de ces « plantes de rien », dont il s’agit dans cette série. Elle interroge leur rôle crucial dans le dialogue entre l’humain et le monde dont il est une des composante. 

©Eugénie Denarnaud, 2019 – Bouquet composé de fèves (Vicia faba L. appelée foull ou ibaouen en dialecte tangéroi), légume d’hiver de prédilection dans la région, communément cultivée dans les jardins vernaculaires et aussi par les familles paysannes du pays Jblalas; bourrache (Borago officinalis L., harcha en dialecte local) sert à agrémenter les salades ou en infusion pour les malades du cœur ; grande mauve (Malva sylvestres L.) qui a des feuilles basale qui composent l’ingrédient principal d’une recette nommée bqoul ou bqoula, à base de mauves, bettes ou épinard, ail, cumin, et huile d’olive (6) (le baoul désigne aussi bien la plante que le plat) ; canne de Provence (Arundo donax L., qsab en dialecte), plante utilisée vive pour réaliser des haies brise-vents, et sèches pour la confection de paniers, de chaumes de toitures dans l’habitat du pays Jbala, et pour réaliser des abris du soleil dans les prés et les champs cultivés. 

Remerciements : le laboratoire associé UMR 208 Paloc ; la Ville de Paris et son programme Emergence(s) pour la bourse de terrain accordée pour réaliser ce volet du projet dans le cadre du projet Exorigins; la Caisse des Dépôts et Consignations département Mécénat ; et la fondation Eve Marre sous égide de la Fondation de France, pour le soutien apporté à ma recherche doctorale.

Pour plus d’information consulter mon site internet : www.eugeniedenarnaud.com

Notes et bibliographie :

1) Le mot gnaoua désigne ici les membres originaire d’Afrique subsaharienne de confréries musulmanes mystiques ; pratiquant des rituels de transe à visée thérapeutique.

2) John Brickerhoff Jackson, À la découverte du paysage vernaculaire, traduit de l’anglais par Xavier Carrère, coédition Actes Sud et Ecole nationale supérieure de paysage, Paris, 2003.

3) Pour la description ethno-botanique des plantes au Maroc voir l’ouvrage de référence de Jamal Bellakhdar, La Pharmacopée marocaine traditionnelle, Médecine arabe ancienne et savoirs populaires, édition Ibis presse, Paris, 1998.

4) Voir Jamal Bellakhdar, Le Maghreb à travers ses plantes. Plantes, productions végétales et traditions au Maghreb, édition Le
Fennec, collection Nature, Casablanca, 2018.

5) Pierre Lieutaghi, La Plante compagne. Pratique et imaginaire de la flore sauvage en Europe occidentale, Nouvelle édition, éditions
Actes Sud, Arles, 1998.

6) Voir l’article de Eugénie Denarnaud, “Tanger, ou la rencontre de la société vernaculaire et de la ville mondialisée. Irréductibilité du
lien à la terre”, dans Les Carnets du paysage n° 33 – Paysages en commun, Coédition Actes Sud et Ecole nationale supérieure de
paysage, Paris, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.