L’anthropologie de la transmission, par-delà Nature et Culture

Trois conférences de Romain Simenel
au Muséum National d’Histoire Naturelle

Jeudi 24 janvier 2019 : le rôle des plantes et des animaux dans l’apprentissage culturel des enfants

Dans de nombreux collectifs humains et selon différentes traditions d’enseignement, les enfants s’inspirent des caractéristiques des plantes et des animaux qu’ils découvrent à leur contact pour apprendre leur culture.

  • En quoi l’expérience sensible du monde des plantes et des animaux stimule-t-elle l’apprentissage culturel et le développement des compétences intellectuelles telles celles relatives à la communication orale, à l’écriture, aux mathématiques, à la musique…?
  • Quelles sont les ressources émotionnelles et imaginatives gagnées lors de ces relations aux autres existants qui participent à l’émergence de notre intelligence et, comment cet apport génère-t-il en nous un lien empathique à leur égard ?

Ce cours répondra à ces questions à partir de la comparaison de plusieurs pédagogies de par le monde et l’histoire, des écoles buissonnières du XVIIIe siècle en Europe à celles contemporaines des enfants bergers marocains, qui ont su englober la dimension environnementale.


Jeudi 31 janvier 2019 : relations interspécifiques et transmission culturelle

De nombreux collectifs humains ont choisi d’ancrer leur évolution culturelle et technique dans une relation privilégiée avec une espèce ou un groupe d’espèces, vectrice de permanence ou d’innovation du rapport à l’environnement.
Ce cours propose d’identifier les configurations écologiques et anthropologiques et de comprendre les motivations politiques et psychologiques de ces formes de transmission motivées par des relations interspécifiques reproduites de génération en génération.
De la relation au cerf ou au cachalot dans les sociétés européennes du néolithique à la place de l’Ayurveda dans la pratique religieuse de l’hindouisme en Inde, les exemples sélectionnés dans ce cours concernent aussi bien des situations contemporaines que tirées du passé lointain, leur analyse nécessitant l’intégration de la dimension écologique dans les sciences du passé comme l’archéologie.


Jeudi 7 février 2019 : l’art au service de la reconnexion de l’esprit humain aux intelligences du vivant

De nos jours, un certain nombre d’artistes ingénieurs travaillent à augmenter les capacités sensorielles de l’humain pour aiguiser sa perception des multiples intelligences qui animent l’environnement. Ces travaux dénotent d’une approche visant à développer et démocratiser la perception sensible que les humains ont des plantes et des animaux et l’accès à la connaissance de leurs intelligences. L’art est en effet le médiateur parfait pour assurer le partage des expériences sensibles de l’environnement étant donné sa propension à manifester des intentionnalités à partir de la communication des formes qui l’anime.
Ce cours s’attache à l’étude de quelques œuvres artistiques récentes et à une réflexion autour de leur portée pédagogique et de comment s’en inspirer pour penser l’intégration de la dimension environnementale dans les systèmes éducatifs de demain.


Intervenant : Romain Simenel

Ethnologue et anthropologue, chercheur à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Romain Simenel étudie les relations entre humains et autres existants sous deux angles, l’altérité et l’apprentissage, qu’il considère comme les deux piliers de la transmission culturelle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.