Historical Archaeology, or the Material History of the Modernity

Experiencing landscapes around the four corners of the world

Coordination de session

29th Annual Meeting of the European Association of Archaeologists (Belfast, Northern Ireland)

  Par Tiago Muniz  

Lors de la réunion annuelle des archéologues, à Belfast, le projet EXORIGINS était présent avec la participation de Tiago Silva Alves Muniz, qui a coordonné une session en collaboration avec sa collègue, Dr. Johana Caterina Mantilla Oliveros (Université de Bonn, Allemagne).

La session #687 intitulée “HISTORICAL ARCHAEOLOGY OR THE MATERIAL HISTORY OF THE MODERNITY: EXPERIENCING LANDSCAPES AROUND THE FOURS CORNERS OF THE WORLD” visait à débattre la problématique suivante :

Le colonialisme européen a créé un chapitre sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Des flux de personnes, de plantes, d'animaux, d'objets, de marchandises, de connaissances et d'idées ont eu lieu, mais de manière différenciée et inégale. Tout en positionnant les Amériques comme son centre de production, l'Afrique et l'Asie comme son espace d'approvisionnement, dans ces nouvelles articulations géographiques, l'Europe est devenue le centre de concentration des profits. Que ce soit pendant la période coloniale en Amérique ou l'expansion européenne en Afrique au XIXe siècle, les processus de négociation, d'adaptation et de résistance à la colonisation ont généré des contextes d'interaction et de lutte entre les groupes sociaux impliqués (par exemple, les autochtones, les Africains et les Européens), ainsi qu'entre ceux-ci et l'environnement habité. En ce sens, la création du monde moderne, compris comme un système de relations, est marquée par la simultanéité d'assemblages matériels et d'expériences liées à la violence et à la douleur, au plaisir ou à la joie, et à l'invention. Tout au long des XIXe et XXe siècles, le colonialisme a développé des spécificités supplémentaires. Il a donné naissance à de nouvelles relations de dépendance et de soumission, marquées désormais par des dynamiques économiques et des formes particulières d'exploitation (par exemple, la fin de l'esclavage et l'intensification de la contrebande, le servage dans les zones rurales pour l'exploitation du tabac, du sucre ou du caoutchouc). Ainsi, l'avènement de ce qui a été appelé la "Deuxième Esclavage" a été possible dans la mesure où de nouvelles conditions étaient nécessaires pour l'expansion même du capitalisme. Dans ce contexte général, nous invitons nos collègues à présenter leurs études de cas. Certaines des questions à aborder sont les suivantes : 
>> Où, quand et comment les individus et les groupes sociaux ont-ils affronté les nouvelles conditions d'inégalité et de vie ?
>>
Comment la création du monde moderne a-t-elle façonné de nouvelles "expériences de l'être" à travers le monde ?
>>
Comment ces analyses contribuent-elles à dimensionner les limites de la modernité et à imaginer de nouvelles possibilités de relation ?.

Les présentations ont été divisées en deux parties :

La première partie a commencé par la présentation du projet de recherche postdoctoral de Tiago Muniz (CNRS, EHESS-Centre Alexandre Koyré). Dans cette présentation, Tiago a exposé la circulation de l’Hevea brasiliensis du Pará (Brésil) à Londres, puis à Ceylan (actuel Sri Lanka), et comment cet événement a impacté l’économie mondiale. Une série de nouvelles techniques ont été développées pour optimiser à la fois la plantation et l’extraction du caoutchouc, et de nouvelles espèces étaient constamment recherchées et collectées pour découvrir quel latex serait le meilleur à introduire dans le monde colonial afin de fournir aux métropoles, qui dépendaient déjà de nombreux objets produits à partir de cette matière première, des signes de modernité tels que des pneus pour les voitures, des gants pour la médecine, des joints pour les machines, etc. Dans ce sens, la comparaison entre les efforts britanniques et français peut révéler beaucoup sur l’histoire de la science et de la technologie, du patrimoine industriel, de la mondialisation et du rôle du Sud global dans la consolidation de la modernité.

Poursuivant et encourageant le débat Sud-Sud, Olga Bialostocka (Conseil de recherche en sciences humaines de l’UNESCO) a présenté, à travers le concept de transmodernité décoloniale, une proposition pour réfléchir aux relations pluriverselles dans le contexte colonial des villages Nzima (Grand-Bassam) et Abbashawl (Asmara), respectivement en Côte d’Ivoire et en Érythrée. Ces localités sont aujourd’hui inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, et selon Olga, le concept de “modernité” dans ce contexte est étroitement lié à l’élément européen.

Le débat s’est poursuivi avec une session de questions, puis la deuxième partie, sur les aspects architecturaux d’une “modernité”a commencé par l’étude de cas présentée par Johana Caterina Mantilla Oliveros (Université de Bonn) sur les communautés de San Basilio de Palenque et de San José de Rocha.La chercheuse a montré comment, dans les contextes des XIXe et XXe siècles, on pouvait distinguer l’architecture “traditionnelle” de l’architecture “moderne” et leurs sociabilités à travers des paysages persistants et de la culture matérielle.

Venant d’Asie en Amérique du Nord, Victoria Rendt (Université d’Aberdeen) a présenté le cas des colonies russes en Amérique à travers la céramique des XVIIIe et XIXe siècles. Grâce à l’analyse de la culture matérielle, Victoria a discuté de l’importance et du développement de la Compagnie américaine russe à travers l’analyse de la céramique, des réseaux d’influence socio-économique et de la stratification de ses occupants.

Enfin, la session s’est terminée par la présentation d’Emily Hull (Université de l’Idaho), qui a exposé ses recherches sur la domestication des pommes, en expliquant leur origine au Kazakhstan et les multiples significations acquises par les différentes variétés de pommes dans le contexte historique de la colonisation aux États-Unis. Emily a conclu la session en discutant des impacts des pratiques quotidiens et en suggérant leur influence sur la composition actuelle du paysage avec ses données de terrain.

Une nouvelle série de questions a été posée, et le public était très enthousiaste. Nous avons dû continuer le débat lors de la pause café car il était nécessaire de commencer une autre session dans la même salle. La conversation informelle s’est poursuivie pendant près d’une heure après la fin de la session, les participants échangeant davantage sur leurs travaux et commentant ceux des autres. Le sentiment final qui prévalait était à quel point des travaux aussi divers pouvaient dialoguer entre eux à travers les expériences liées aux paysages. Nous restons tous en contact en vue de collaborations futures éventuelles.

 

Dra. Olga Bialostocka, Dr. Emily Hull, Msc. Victoria Rendt, Dr. Tiago Muniz and Dr. Caterina mantilla (en visio)


Citer ce billet
Emilie Stoll (2023, 15 septembre). Historical Archaeology, or the Material History of the Modernity. EXORIGINS : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d'imaginaires. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/onuk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.