Champs d’herbes et jardins du quotidien

Missions 2022
Retour d’enquête en Île-de-France

Par Eugénie Denarnaud

Chaque semaine, le marché prends place boulevard de Belleville au bas de la rue de Ménilmontant dans le 20ème arrondissement de Paris. De part et d’autre de la chaussée des étals se mettent en place dès l’aube jusque treize heures : vendeurs de vêtements, de toutes sortes d’objets, d’édredons et de couvertures en polaires à motifs de panthère et tournesols ; poissonniers, maraîchers, primeurs, boucheries, volaillers, fromagers, vente de pain, d’épicerie, de churros, de pastels, d’acras… Les produits qu’on y trouve racontent un ensemble de trajectoires. À eux seuls, un morceau du monde éclot dans les marchés parisiens et particulièrement dans le nord-est de la ville. Les denrées viennent à la fois de contrées lointaines pour les fruits secs, les olives, le thé, le sucre, les céréales et toutes sortes de condiments et de produits d’épiceries. Elles sont aussi issues du marché d’intérêt national de Rungis, importés d’Espagne, d’Italie, de Hollande principalement pour l’Europe, ou, du nord de l’Afrique (Maroc, Tunisie, Côte d’Ivoire), de l’Amérique du Sud, du Nord, d’Asie pour le reste du monde. D’autres étals vendent directement des produits du producteur au consommateur et sont locaux (œufs, fromages, fruits et légumes). Certains vendeurs proposent des herbes condimentaires (persil plat, coriandre, livèche, origan), des légumes feuilles (artichauts, blettes, épinard, navets jeunes avec leurs fanes, pourpier, mauve, radis, betterave rouge), et des herbes pour faire thés et infusions (menthe verte, verveine, armoise absinthe, menthe pouliot, marjolaine). C’est en découvrant ce type d’étals uniquement composé de bouquets d’herbes fraîches et de feuilles, dont la composition me renvoie à un panel de plantes rencontrées dans mes recherches dans la région nord du Maroc, que j’ai commencé à investiguer en région parisienne.

Ces étals témoignent un double voyage pour ces denrées de la cuisine quotidienne : voyage d’habitudes alimentaires, et voyage de pratiques culturales. Ce deuxième point intéresse particulièrement mon regard de chercheuse en sciences du paysage.

Le propos de ce compte rendu de mission est de relater par la série photographique intitulée Champs d’herbes et jardins du quotidien, la démarche qui m’a conduite dans les lieux franciliens, et donc locaux de culture de ces plantes condimentaires de tous les jours, qui proviennent de champs proches de Paris et sont cultivés par la communauté Marocaine principalement. Ce terrain m’a aussi permis de constater que l’épidémie de Corona Virus de 2019 a porté un mouvement de retour au jardin, qui s’est installée proche de ces champs de production d’herbes fraîches, par des jardiniers du dimanche. Ce faisant, deux communautés de jardinières et jardiniers ont émergées dans un espace à priori peu enclin à ce genre de pratiques. L’espace où se déploient ces activités est situé entre le Conforama et le Brico Dépôt de Garges-Lès-Gonesse ainsi que l’aéroport du Bourget en Seine-Saint-Denis.

Un itinéraire dyonisien : du parc de la Courneuve au centre commercial de Garges, la surprise d’une rencontre de menthes de plein champ

Une visite au Parc de la Courneuve auprès de l’association Clinamen qui élève des troupeaux de brebis et béliers dans le parc Georges Valbon m’a mise sur le chemin de jardins informels sur le versant sud-ouest de l’aéroport du Bourget, car je cherchais dans le secteur un Brico dépôt. J’ai alors remarqué des parcelles cultivées et des jardins de relativement petites tailles quelques centaines de mètres carrés. J’ai vu qu’il ne s’agissait pas des cultures traditionnelles pour le secteur, à savoir, cultures de grands champs : blé, colza, tournesol. Plusieurs visites de marchés hebdomadaire du nord est parisien, ainsi que de nombreux séjours sur le terrain dans la région de Tanger, au Maroc, ont accru mes observations et m’ont conduite à revenir en ces lieux de façon à rencontrer des jardiniers et d’essayer de comprendre ce qu’il advenait dans ces terres du nord est francilien, anciennement agricoles et devenues très urbanisées ces quarante dernières années. De ce terrain naît la série photographique Champs d’herbes et jardins du quotidien.

Après m’être garée au parking du centre commercial de Dugny, je descends les talus routiers en contrebas, et tente de me rapprocher d’une rivière qui coule là ; le Crould. Elle serpente dans une ripisylve dominée par les peupliers et les saules. De part et d’autre s’étalent les champs. Je rencontre un jeune homme Ousama Dahmesh. Il a une vingtaine d’année et est originaire du Maroc, de la région de Ksar El Kebir. Il parle seulement le dialecte marocain. Il travaille ici pour un patron qui cultive des légumes pour les stands de marchés du nord est francilien. Il me montre son matériel pour labourer les champs. Il m’énumère aussi les légumes qui sont cultivés là : navets jaunes, blancs ou roses, artichauts, betterave rouge. Pour les autres champs que nous traversons il s’agit de menthe verte, de coriandre, persil, livèche. Le jeune homme vient des contreforts du Rif, d’une région montagnarde et paysanne. Il est arrivé en France il y a peu. Il me conduit vers son patron le cultivateur Tahar Nhari qui produit ces denrées depuis une dizaine d’années déjà. Les terrains sont à la mairie mais il a un accord pour les cultiver. En me promenant avec eux deux, je vois du pourpier disséminé en bordure du chemin. Le vieil homme me dit que celui-ci a poussé spontanément il dit qu’il vient tout seul, à partir des champs estivaux qui en ont produit ici par le passé.

Nous traversons le cours d’eau pour aller voir le camp de repos des travailleurs, une sorte de cabane sous un gros arbre avec quelques chaises. Il me montre aussi un autre type de jardins qu’on voit au bord des champs qu’il cultive. Au loin, un autre homme apparaît. Il me dit d’aller le voir pour en savoir plus sur ces petits jardins. Nous nous quittons devant un pied d’artichaut. 

Un parcellaire privé entre des jardiniers du dimanche

Je me dirige vers le fond du champ, et passe une clôture mobile installée pour protéger un jeune verger planté là. Azzedine Driss Yacia, retraité, né en grande Kabylie algérienne m’accueille dans son jardin, enfin « ce que je tente de faire pousser » me dit-il déplorant la voracité des lapins qui ont grignoté les jeunes arbres fruitiers qu’il avait planté sur un terrain que lui sous loue le producteur de légumes monsieur Nhari. C’est un coin humide où les légumes de pleins champs ne poussent pas bien. Il y a probablement une source car j’y observe des joncs agglomérés et quelques tâches humides au sol. Il a mis pommier, cerisier, poirier, prunier, et des rosiers aussi « pour le décors ». Il me présente à son bouc, dans un enclos couvert sur la parcelle et me sors un seau avec au fond deux hérissons pelotonnés. Il les a mis à l’écart de sa chienne, qui « aime les embêter ». Lui il est là depuis 2019, soit depuis trois ans. C’est l’épidémie de Corona virus qui l’a poussé à chercher un terrain pour sortir de son appartement situé à proximité.

Il me conduit vers une sorte de grand campement fait de guingois, avec des matériaux de récupération. C’est ici que se succèdent une trentaine de petites parcelles jardinées et aménagées autour d’une venelle centrale.

Lui occupe la parcelle numéro 19. En face de celle-ci se situe sa voisine Madame Halima Benameur. Elle a aussi désiré pouvoir profiter d’un petit lopin de terre pendant le confinement lié à la Covid. Elle est riveraine de Garges-Lès-Gonesse également et aime cultiver des fleurs et des tomates sur son balcon. Mais avec son terrain, elle peut mieux « profiter d’être au vert ». Elle me montre un jasmin qu’elle va planter car elle raffole de son odeur. Elle l’a trouvé en promo chez Lidl. Un système de petits sentiers pavés serpente dans sa parcelle, desservant des massifs de menthe, d’œillets, de canas. Elle m’invite à rentrer dans l’appentis qui lui sert de cuisine d’été et de cabane de jardin. Une partie est recouverte de fausse pelouse en plastique vert. Tout au bout de sa parcelle, elle a un poulailler dont elle récolte tous les jours les œufs. Elle apporte tous les restes de ses repas aux poules ce qui lui change la vie au quotidien car lui permet de mieux gérer le recycle de ses déchets organiques. C’est elle qui me raconte le statut de ces jardins. Un propriétaire privé, sollicité pour louer son terrain pendant le Covid, par de nombreuses personnes du voisinage qui se sont passées le mot l’a découpé en lopins de différentes tailles. Chacun lui paye un loyer assez élevé de plus d’une centaine d’euros pour cinquante mètres carrés en pleins champs. Ce terrain privé se situe entre les camps cultivés pour le marché de l’exploitant rencontré précédemment, et un jardin partagé dont la mairie délivre les permis de cultiver, de l’autre côté de la rivière. Un jardin partagé municipal. Mais celui-ci est complet depuis longtemps, déjà occupé par des turcs, des africains, des algériens me dit-elle, « ce qui a conduit ce propriétaire terrien à louer à des particuliers sa parcelle, sur le même modèle, mais pour un prix très élevé. Franchement il en profite, il exagère sur les prix » me raconte-t-elle. Les productions reviennent aux jardiniers et personne ne les vend au marché, c’est une affaire strictement privée.

On trouve une quantité et une grande variété de cultures et d’utilisations dans ce jardin autogéré en quelque sorte : poulaillers, pigeonniers, ruches, culture de fleurs, de légumes, jardins de jeux pour les enfants avec des toboggans des balançoires, cabanes récréatives, stockage de matériel, arbres fruitiers, aires de pique-nique, des appentis démolis pour loyers impayés. Les conflits de voisinage aussi sont légion même dans ce contexte à priori lié au loisir exclusivement.

Comme monsieur Yacia, madame Bennameur, leur voisin Mohammed originaire lui d’Oujda au Maroc, les habitants sont des urbains qui cultivent ici une autre source de lien à la terre, aux animaux et de produits frais pour se soustraire à la ville et aux appartements. Ainsi ils ont un supplément de loisir et de bien-être qui s’est révélé à eux dans la crise traversée par la société française entre mars et décembre 2020. Même si tous confient avoir déjà aimé les travaux du jardin et avoir un lien à la terre ou sur leur balcon ou dans leurs contrées d’origines, celui-ci s’est avéré vital pendant les longs mois de confinement. Et ils ne sont pas prêt à abandonner ce supplément de plaisir quotidien.

Conclusion

Il se pose dans cet espace, jouxtant la zone d’activité de Garges-Lès-Gonesse proche du rond-point de Dugny, une palette de liens à la terre de différents ordres. Un foncier municipal loué à un producteur de légumes feuilles et d’herbes à destination des marchés locaux, un parcellaire privé de champ, devenu un groupement de jardins aux allures de jardins partagés mais informels, et sur l’autre rive du Crouldt, un jardin partagé municipal. Les communautés qui cultivent ces jardins sont principalement originaires d’Afrique (Maroc, Algérie, Mozambique, Cap Vert) et d’Europe (Turquie). On peut alors se poser la question de la continuité des pratiques de la terre et de la transposition de modes culturaux (transport de taxons, semis…) ainsi que les modes de consommation. Ce travail a donné lieu à la série photographique Champs d’herbes et jardins du quotidien et est à poursuivre également avec la piste déjà entamée avec la doctorante Elissa He stagiaire du MIT à l’IRD en 2018 qui avait enquêté sur les jardins du sud est asiatique dans le quartier de Belleville, Envierges, Amandiers à Paris 75020 et sur la culture de légumes feuilles également fréquemment utilisées pour cette communauté en pleins jardins publics parisiens.

Le voyage des êtres humains s’opère avec un transport des savoir-faire de la terre, et ce lien puissant se retrouve transposé dans de nombreuses situations. La communauté marocaine et algérienne principalement rencontrée dans les parcelles de Dugny, partageant l’histoire coloniale de la France représentent des communautés présentes en région parisienne et on y retrouve également ce lien communautaires et culinaire avec l’existence de ces jardins et de ces champs et de la culture spécifique des herbes du thé et de la base de la cuisine nord-africaine. Le fils qui se tends entre la migration des êtres vivants et les invariants du quotidien y compris dans le transport de faits culturels se retrouvent dans l’existence de ce type d’espace culturaux. Ils sont tout autant de manifestations de cosmopolitisme et d’hybridations constituant la base de notre société contemporaine et révélatrice de nos relations à l’altérité et aux goûts (Laystary, Petit Traité de la bouffe, Marabout, Paris, 2023). On transpose son jardin où que l’on soit et ce lien se fait par la pratique quotidienne de la cuisine et dans les usages ordinaires de plantes condimentaires (Begin, “Don’t wait for me for lunch”: A Voyage and Memory Collage through a Family Food Archive », Gastonomica, n°4, University of California Press, 2022).



Citer ce billet
Emilie Stoll (2023, 4 juillet). Champs d’herbes et jardins du quotidien. EXORIGINS : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d'imaginaires. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/onuh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.