Station verger #2 – Résidence de recherches sonores – Notes de création

Porté par le collectif Les Aimants, Station Verger est un entresort de Jeanne Peylet-Frisch avec des poésies de Bronwyn Louw écrites pour la partie performative de sa thèse : Comment écrire le verger au 21ème siècle ? (Poésies, pensées, pratiques), une enquête agropoétique sous les directions de Marielle Macé et Jean-Marc Besse en cours à EHESS. Ce projet est situé dans un petit verger communautaire se greffant sur une friche d’aubépines et de pruneliers au sud de Paris.

Avec le soutien d’Exorigins, Les Aimants développe en trois temps (composition, recherches sonores et enregistrement) un podcast dérivé de Station Verger, à paraître en été 2023, en parallèle d’une tournée de l’entresort, qui débute les 27 et 28 mai 2023, au festival des Murs à pêche de Montreuil.

Voici des notes de création du deuxième temps de travail dans la réalisation du podcast, une résidence dédiée aux recherches sonores.

Suite à la composition des capsules sonores avec Malo Martin, lors de la première mission du mois de novembre 2022, l’équipe s’est élargie avec l’arrivée de Lorraine Poujol, comédienne, et Colas Peylet, créateur sonore. L’objectif central de ces recherches : développer un protocole pour les interprètes qui se prêteront au jeu de mélanger matières poétiques et sonores dérivées du verger. Un poste de création sonore, est prise en charge par Colas Peylet. Un poste de lectrice pour comédienne, est partagé par Lorraine Poujol et Jeanne Peylet-Frisch, cette dernière occupant aussi le poste de direction artistique aux côtés de Bronwyn Louw.

Le protocole, proposé par Jeanne Peylet-Frisch, est le fruit de plusieurs jours d’essais, d’expérimentations et d’échanges collectifs. Il servira de modus operandi pour l’enregistrement du podcast. Pourquoi un protocole ? C’est une pratique courante du répertoire de la performance, une technique qui permet de poser des repères le long d’un parcours semi-balisé, où il reste une marge ouverte aux variations et aux imprévus. C’est justement l’esprit exploratoire de la ‘sympoétique’ du verger au cœur des recherches de Bronwyn Louw.

Sympoétique : néologisme dérivé des pensées de la sympoïèse, où se cherchent une éthique et esthétique du faire-avec, développées notamment par Donna Haraway, dans son livre Vivre avec le trouble. Faire des parents dans le Chthulucène (2016). Ici, il s’agit d’une approche agropoétique, d’une co-écriture des ‘espèces compagnes’ (Haraway, 2003), se nourrissant aussi des pratiques et pensées paysagères du faire-avec (Jean-Marc Besse, 2018), de la cosignature (Gilles Clément, 2013), et de ce que l’anthropologue Dusan Kuzik appelle « une agriculture des relations » (Kuzik, 2022).

Dit plus simplement, la sympoétique renvoie à différentes manières d’écrire avec : écritures à plusieurs mains, mais aussi à plusieurs voix, parce qu’il est question d’oralité (voix, chant, parole, son). C’est en travaillant la rencontre entre comédienne et créateur sonore et, par leur entremise, entre écriture et son, que ces recherches sonores ont permis d’explorer quelques ressorts d’une sympoétique du verger. Le tout avec une matière poétique et des capsules sonores écrites, enregistrées et composées au contact d’un verger d’un hectare, à Brétigny-Sur-Orge, en Essonne, morceau de paysage périurbain où ces recherches ont lieu.

Les recherches sonores ne partaient pas de rien, mais cherchaient au contraire à composer avec des éléments collectés et confectionnés jusqu’alors :

* une nappe sonore d’une durée de 30 minutes ;

 * des capsules sonores, composées avec le soutien d’Exorigins, à partir de créations électro-acoustique sur synthé-modulaire de Malo Martin et d’enregistrements par Jeanne Peylet-Frisch de bruits, conversations, chantonnements et travaux, dans le verger du 91 où se situent ces recherches ;

 * et la matière poétique, un cycle de poèmes de Bronwyn Louw intitulé Pensée de verger.

 Cette matière sonore et poétique se complète par d’autres d’outils, départagés entre lecture et son, dans la troisième colonne du tableau ci-après.  La lectrice dispose d’un outillage réduit : micro, texte, casque. Le créateur sonore a, en partage avec elle, un micro, un casque et un texte, mais peut aussi recourir aux capsules et à la nappe sonore, à une pédale de Loop, à un logiciel séquenceur audio et à un logiciel de lecteur.

Le protocole pourrait aussi servir à la reproduction de l’expérience avec d’autres interprètes. Il serait dans ce cas possible de ne leur donner que la liste d’outils de la troisième colonne du tableau ci-dessous et de les laisser créer des lexiques à partir des contraintes et des possibles inhérents à ces outils. C’était justement la démarche lors de la résidence, et, les premières colonnes, nommées en référence au jazz, résument en deux temps les lexiques créés. Le premier temps, appelé THÈME, concerne la première partie du podcast, rythmée par des repères textuels. Cette première partie, comme son nom l’indique, est une entrée en matière plutôt balisée, qui laisse place ensuite à une deuxième partie, IMPRO, sans repère dans le texte.

Pendant le THÈME, la lectrice et le créateur sonore ont en partage l’indication de veiller à une mise en état de disponibilité, à instaurer une écoute réciproque. Au départ, la voix nue de la comédienne s’adresse aux auditrices et auditeurs.

Ouvrons l’enquête avec un poème, qui fonctionne comme une graine. Un texte-source. Je l’ai sous la main depuis longtemps et il porte le nom Pensée de verger. Si j’ai gardé ce poème, ce n’était pas pour sa qualité poétique, mais parce qu’il semblait attendre quelque chose de moi, poser une question, une de ces questions auxquelles il est impossible de répondre directement, pour lesquelles il faut mettre sur pied une espèce d’habitat réversible où d’éventuelles réponses peuvent se rendre comme hôtes passagers. Ce n’est pas tant que la question exige de la méthode, mais plus que l’hospitalité nécessaire à la venue d’une réponse passe par la création d’un monde. Le verger, comme miniature du monde, est peut-être une telle station de passage. Réunir les conditions d’une qualité d’écoute particulière pour être visitée par une réponse, c’est l’exercice de réceptivité radicale à laquelle on se prête dans Station Verger. Le poème, le voici, écoutez, bien ou mal, écoutez comme vous voulez.

Dans cette première partie, la lectrice soigne deux qualités d’adresse. Une première concerne l’écriture en prose, qu’il s’agit d’adresser de façon directe et concrète. La deuxième relève d’une écriture en vers libres, qui surgit sporadiquement parmi les paragraphes. Cette écriture-ci appelle une autre qualité d’adresse, s’approchant parfois du délire, variant entre adresse intime (parler tout bas, comme pour soi) et adresse cosmique.

Le créateur sonore ne fait donc qu’écouter la voix nue au début, son entrée étant balisée par des repères textuels. Dès la première apparition de l’écriture en vers, par exemple, il travaille/déforme légèrement la voix, la mélangeant notamment aux capsules sonores. Il lance la nappe, composée de prises sonores de chants d’oiseaux, de vents dans les feuilles et d’autres bruits d’extérieur, dès l’apparition du mot « verger », comme si ce riche milieu sonore naissait de la prononciation d’une parole performative. Inversement, dans le poème, le vocable « verger » semble à son tour naître du son.

le souffle se tord en elle comme un tourbillon –
très doux – elle le recrache pour le sentir
rencontrer la fraîcheur d’air
et entendre naître un mot 
né de son feu expulsé
et de l’aire lentement se renouvelant 
le mot est Vit non Vient non Vent non Vert non Verbe non Verger
Oui, Verger. Verger...

Pour marquer la fin de cette première partie, le créateur sonore lance la première capsule sonore longue, où se mélangent compositions sonores et prises de sons, les chants d’oiseaux et les paroles de jardiniers humains s’y disputant la place.

Dans la deuxième partie, IMPRO, il n’y a pas de repères dans le texte, car il ne s’agit plus de baliser le parcours, mais de laisser libre cours à différentes formes d’échange entre les lexiques que les deux interprètes se sont créés. La lectrice alterne manières et intensités de lecture. Parfois, souvent, elle lit les poèmes comme s’il s’agissait d’un carnet de notes pour rendre compte le plus clairement possible du verger ou, plus précisément, de l’expérience quotidienne d’intimité avec ce lieu, de proximité avec ses jeunes fruitiers et arbustes. Parfois, elle prend le temps de goûter les mots, déguste la langue, n’hésite pas à reprendre, à redire, une phrase, un paragraphe, un mot qui lui a été agréable de lire. Elle ne cherche pas à lisser sa lecture, quand elle trébuche, elle en joue, le texte sympoétique étant aussi constitué par la réception, la lecture et ces méprises, qui génèrent potentiellement de nouveaux sens, de nouveaux sons. Elle joue aussi de la ponctuation, crée des suspends, fait varier le volume.

Le créateur sonore, à son tour, déploie ses outils pour sculpter la voix de la lectrice, mais use aussi de sa propre voix pour des vocalisations, chantonnements, échos. Parfois, il fait aussi le perroquet, fait des répétitions, des refrains, notamment au moyen de son Loop, créant des boucles avec des bribes de phrase, notamment

j’essaie d’accorder mon oreille à ma voix

bribe de vers qui (re)vient régulièrement rappeler ce souci de l’oralité qui parcourt non seulement la résidence, mais le projet de Station Verger dans son ensemble. Il annonce parfois les titres des capsules sonores avant de les lancer : « Chemin faisant » ; « La proche distance » ; « Cœur de friche ». Parfois il déforme la voix, la rendant étrange et mettant ainsi en péril sa capacité à véhiculer le sens, et par-là son unique vocation à ce faire. Parfois, il situe la voix, travaille à sa spatialisation, en créant des effets de reverb, d’écho, de delay…

La lectrice se prête ainsi au jeu d’entendre et de travailler avec une voix qui n’est plus entièrement sienne. La création sonore se fait aussi en réponse aux propositions de lecture, dans cette conversation entre texte et sons où une langue commune se fabrique chemin faisant.

Le protocole est une articulation possible de l’ensemble d’outils auxquels les interprètes peuvent avoir recours pour rendre audible, sensible, une écriture du verger qui se veut quasi-émanation paysagère. Un paysage sonore périurbain au sud de Paris brassé avec d’autres lieux, d’autres voix, mais aussi décrit, taillé, désiré, réduit, cueilli, malaxé, ouvert, planté et prolongé par une écriture se faisant à partir de lui. L’effet recherché est aussi musical, et c’est en cela que le podcast comme l’entresort sont inclusifs, s’adressent aux grands et petits, aux francophones et non-francophones, se créant dans l’écho entre langage et son, entre parole et poème, entre humains et fruitiers, entre langue et langue.

Voici un montage de quelques-uns des essais qui ont nourri l’établissement du protocole, en guise d’échantillon du podcast à venir à l’été 2023.  La recommandation est de l’écouter au casque !



Citer ce billet
Emilie Stoll (2023, 24 avril). Station verger #2 – Résidence de recherches sonores – Notes de création. EXORIGINS : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d'imaginaires. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/onub

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.