STATION VERGER #1 – DES CAPSULES SONORES ENREGISTRÉES AU SUD DE PARIS

 

Mission de Novembre 2022
Enregistrement d’un podcast au sud de Paris 

Par Bronwyn Louw

Dans le cadre de sa thèse Comment écrire le verger au 21ème siècle ? Bronwyn Louw et deux autres membres de son collectif interdisciplinaire Les Aimants, Jeanne Peylet-Frisch et Malo Martin, se prêtent au jeu de la co-création poétique dans un petit verger communautaire se greffant sur une friche d’aubépines et de pruneliers au sud de Paris. Grâce au soutien d’Exorigins, ces recherches poétiques, sonores, et performatives pourront être produites sous forme d’un podcast à paraître en été 2023. 

La poésie, écrite par Bronwyn, se fera entendre dans le podcast par une lecture (Jeanne), entrecoupée de capsules sonores, des compositions électro-acoustique sur synthé-modulaire (Malo) montées avec des bribes sonores enregistrées dans le verger. 

© Aude Carleton

Création des capsules sonores

La composition sonore du podcast se décline en une nappe générale de bruits du verger (oiseaux, sécateurs, pas dans l’herbe, craquements, fredonnements, parole …) et en des capsules sonores ponctuelles et aux sonorités composées. 

La matière sonore avait été pré-enregistrée au verger par Jeanne au printemps 2022. À partir d’une sélection de ces enregistrements, et des descriptifs des capsules, Malo a composé des sons électro-acoustiques sur synthé-modulaire. Il a fait des montages à partir de ces sons hétérogènes, cherchant constamment une ligne de crête entre le reconnaissable et l’étrange. 

L’étape de la création du podcast qui nous a occupée en ce mois de novembre 2022 a été la composition de capsules sonores. Il s’agissait d’une écriture multimédia à six mains. Bronwyn, autrice de la matière poétique du podcast, a conçu des titres de capsules, chaque titre porteur d’une image forte issue de recherches documentaires et performatives. Les titres sont étoffés par une courte description de l’image qu’ils colportent et qui attend une traduction sonore.

Voici, en exemple, les indications accompagnant la capsule sonore nommée « Chemin faisant »:

Capsule sonore "Chemin faisant"
Sensation de trajectoire, d’espace parcouru, de transhumance, petite bribe d’un voyage long, sur un chemin à travers une végétation dense qui doit être fait en marchant. Entrain, sentiment de traverser tout en étant traversé, de s’approprier un territoire apprivoisé en s’y déplaçant avec l’intelligence d’un corps engagé dans le moment et le mouvement, éveillé et apprêté à la rencontre, prêt à s’adapter en tournant, en se baissant, en enjambant, en écartant d’une main… 

Chaque image forte traduite en composition sonore correspond aux questions de fond qui motivent cette recherche, rejoignant par une voie sensible les problématiques explorées par Exorigins, telles que la migration végétale, la présence de l’ailleurs dans les jardins et friches parisiens, et les différentes façons de (se) fabriquer une relation d’appartenance (d’appropriation ?) avec un territoire, à travers les compagnonnages végétaux et autres jardinages.? Ainsi, à titre d’exemples, la capsule sonore « La proche distance » évoque la part d’ailleurs et d’altérité dans ce que Rémi Beau (2017) appelle la nature ordinaire ; « Chemin faisant » encapsule les déplacements, circulations et migrations traversant le verger et la friche ; et « Respiration entre intérieur et extérieur » renvoie à la relation au lieu, entre sentiment ambivalent de distance et de proximité, d’exil et d’appartenance. ?

Ces capsules sonores sont ainsi chargées de la tâche délicate d’évoquer de façon non-verbale la notion de continent théorique du philosophe jardinier Gilles Clément (1997), soit un plan de continuité produit par des phénomènes de brassage planétaire réunissant des plantes d’origines lointaines, globales, dans une localité qui s’en trouve transformée. En transformant, prolongeant et hybridant les sons enregistrés au verger, ces capsules cherchent à créer des interludes qui viendront comme des refrains couper la parole aux poèmes, engendrant une ambiance onirique où l’ici et l’ailleurs se mélangent. Les bruits familiers du chant d’oiseaux, du bruissement de feuilles, du sécateur, sont traversés d’échos abstraits qui rendent présents les lieux lointains, l’échelle planétaire, la présence d’autres mondes. 

Les capsules sont une tentative de rendre compte du caractère mouvementé et composite des associations végétales du verger-friche, de l’altérité virtuelle secrétée dans un paysage sonore quotidien, mais aussi d’évoquer la lente constitution d’une familiarité avec un territoire d’abord étrange, inconnu, qui devient, par les brassages et autres voyages humains et végétaux, un monde cohabité. Ainsi, c’est sans mot que ces compositions sonores formulent une réponse à l’une des propositions qui sous-tend le projet de recherche Exorigins, soit que l’attention aux végétaux et leurs milieux peut éclairer la « façon d’envisager l’Autre et l’Ailleurs ».

Un échantillon sonore – Chemin faisant

En attendant le podcast, qui verra le jour après une première résidence de recherches vocales et sonores en janvier 2023, et une séance d’enregistrement en mars, voici en échantillon la capsule sonore décrit plus haut, Chemin Faisant.      

Capsule sonore « Chemin Faisant » 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.