Caoutchouc: archéologie historique en Amazonie

Conférence de Tiago Muniz à l’Université Fédérale du Para (Amazonie brésilienne) le 17 janvier 2023.

Résumé:

Cette conférence vise à discuter de l’importance de l’archéologie brésilienne et amazonienne en approfondissant la recherche sur le passé récent, avec un accent particulier sur la transition entre les XVIIIe-XIXe et XIXe-XXe siècles, en Basse Amazonie. Nous pouvons appréhender les objets comme un texte – par exemple: une bouteille – et ainsi découvrir des indices sur les lieux de leur production, la date à laquelle ils ont été produits, les possibles formes d’arriver là où ils se trouvent, les acteurs impliquées, les utilisations et possibles réutilisations, le type d’alimentation, le coût de la vie, c’est-à-dire une série de questionnements à partir desquelles l’analyse archéologique peut démontrer la dynamique sociale du lieu grâce à la culture matérielle de ses occupants. J’aborderai ainsi des thèmes tels que les villages autochtones multiethniques, l’arrivée d’Africains réduits en esclavage, les dynamiques sociales et le rôle des “drogues du sertão” (produits destinés à l’exportation vers l’Europe, collectés en forêt amazonienne par les Indiens captifs : clou de girofle, vanille, guarana, cacao, noix du brésil, etc.) dans le contexte de l’expansion de la domination coloniale portugaise. Puis, pour la période suivante, je montrerai comment le boom du caoutchouc (1850-1920) a contribué à la construction des plus grandes villes amazoniennes (au Brésil: Manaus, Belém) et à la modernisation mondiale. Mais avec la perte du monopole brésilien sur la production mondiale de caoutchouc naturel, de nombreux lieux d’extraction de latex ont été abandonnés et peuvent aujourd’hui être considérés comme des « villes fantômes », à l’image de Fordlandia. Actuellement, Tiago Muniz mène des recherches postdoctorales au Centre Alexandre Koyré sur la migration des plantes, les savoirs associés au caoutchouc naturel et son appropriation à Paris.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emilie Stoll (27 janvier 2023). Caoutchouc: archéologie historique en Amazonie. EXORIGINS : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d'imaginaires. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/onu6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.