Retour de mission aux îles Adaman (Inde)

Mission de novembre 2021
Retour d’enquête à Adaman

Par Romain Simenel

Plage de l’île Havelock

Les îles Andaman et Nicobar constituent le plus grand système d’archipel du golfe du Bengale, composé de 572 îles et îlots. Ces îles indiennes sont localisées entre deux points chauds de la biodiversité, à savoir la biodiversité de l’Indo-Birmanie et celle du Sundaland. Voilà pourquoi on y observe une distribution inégalée de plantes avec des représentants des flores de l’Inde, du Myanmar, de la Malaisie et de l’Indonésie (Balakrishnan & Ellis 1996). Les îles Andaman abritent plus de 9100 espèces végétales et animales. Pour se donner une idée, dans ces îles, on peut trouver 2100 espèces d’angiospermes, dont 11% sont strictement endémiques (Balakrishnan & Ellis 1996).

Les îles Andaman sont aussi caractérisées par une grande dissémination biologique et une mobilité humaine intense. Les plantes “invasives” sont ainsi nombreuses sur l’île, et leur dissémination a été accélérée par la circulation maritime des humains et des animaux. A l’instar des noix de cocos, plusieurs végétaux se disséminent par les courants marins et échouent sur les plages pour se développer. C’est ainsi que l’on trouve des cocotiers même sur des petits îlots isolés. Les pécheurs participent à cette dissémination car ils prennent souvent avec eux, dans leurs embarcations, quelques noix de coco pour en boire l’eau durant leur sortie. Et, quand la tempête vient, les noix de coco tombent souvent à l’eau, ce qui augmente encore le nombre de noix de coco qui se disséminent un peu partout. Or, les végétaux ne sont pas les seuls à passer d’île en île ; certains mammifères le font aussi. C’est le cas du chevreuil nain (Axis axis) qui fut introduit par les Anglais au 19e siècle sur une des îles Andaman, à priori Ross Island, et qui, depuis, a colonisé de nombreuses autres îles à la nage (Bandana 2002). Il n’est ainsi pas rare que les pécheurs en sauvent quelques-uns, pris dans leurs filets. Le sanglier lui aussi est un bon nageur et a colonisé plusieurs îles (Lima 1999). Les chèvres, elles, n’ont pas atteint à la nage les îles isolées comme celle de Barren ; elles ont échoué là-bas avec les embarcations de contrebandiers birmans et/ou ont été amenées par les militaires indiens. La grenouille bulle, elle non plus, n’a pas nagé du continent indien jusqu’aux Andamans ; elle s’est infiltrée dans les cargos en direction de Port Blair, la capitale des îles Andaman. Tous ces animaux ont évidemment eu un impact sur la biodiversité des îles qu’ils ont colonisées. Enfin, le tsunami de 2004 a bouleversé les paysages de quelques parties des îles Andaman : certaines zones sont toujours inondées et la mangrove s’y s’est développée rapidement.

Carte des îles Andaman
Tracé de l’itinéraire réalisé en bateau par Romain Simenel.

Les îles Andaman ont été occupées progressivement par différentes populations, indiennes et birmanes, parlant des langues différentes, surtout à partir de l’Indépendance de l’Inde, en 1947. Avant leur arrivée, des collectifs de chasseurs, pécheurs et cueilleurs s’étaient déjà implantés depuis des millénaires dans ces îles. Leurs descendants se regroupent aujourd’hui en trois principaux collectifs : les Jawaras, les Great Andamanese et les Onges, auquel il faut ajouter les Sentinelles, nom donné à ce collectif qui habite l’île Sentinelle. Ces collectifs se rapprochent du type physique des populations pygmées d’Afrique centrale. C’est le cas des Jawaras et des Great Andamanese. Ils maitrisaient et maitrisent toujours la navigation à l’aide de catamarans de fabrication locale. La mer Andaman fut aussi depuis longtemps un refuge des pirates et de contrebandiers et le sont encore pour ces derniers. La mobilité maritime dans la mer Andaman est donc très ancienne et permanente jusqu’à nos jours.

L’enjeu de cette mission était de voir si la nomenclature locale d’une si grande diversité de végétaux avait été impactée par l’arrivée d’autant de collectifs différents, aux langues différentes, et, si oui, comment cela reflétait-il la présence de logiques de répartition sociale et écologique dans la nomination du végétal.

Après avoir dressé une liste de taxonomies locales dans l’archipel des Andaman et après avoir réalisé des entretiens sur ces taxonomies locales avec les membres de l’équipe du camp de base d’ANET (Andaman Nicobar Environment Team) et avec le directeur de la réserve botanique d’Andaman, deux traits caractéristiques se distinguent dans la manière de nommer le végétal aux Iles Andaman :
1/ L’écosystème prime sur la région géographique pour déterminer l’endémicité
2 / Une sorte de distribution sociale, linguistique et écologique transparaît à l’intérieur de ces taxonomies qui correspond à une répartition professionnelle des collectifs sur les îles[1].

James et Niraj dans le camps de base d’ANET

[1] Je tiens à remercier ici toute l’équipe du camp de base d’Anet (Andaman Nicobar Environment Team), et en particulier James, Niraj, Ledu et Jivan, ainsi que Rachid, le directeur du Silviculture research centre, pour avoir bien voulu passer du temps avec moi, pour m’expliquer plante par plante, l’histoire de leurs noms. Je remercie aussi chaleureusement Jay, Vikash et Viraj, trois pécheurs et entrepreneurs qui m’ont donné beaucoup d’informations concernant la dissémination des végétaux et animaux des îles Andaman, et plus spécialement Kutub avec qui j’ai navigué.

1/ Jeu d’indices et jungle endémique

Certaines règles classificatoires se retrouvent dans la nomenclature végétale des îles Andaman. Tout d’abord, un premier trait classificatoire consiste à regrouper deux espèces qui se ressemblent fortement par un même taxon. C’est le cas par exemple du taxon yeman qui désigne à la fois, Zanthoxylum budrunga et Ailanthus kurzii, deux espèces qui se ressemblent mais que l’on peut distinguer par l’allure des ramifications de leur feuille, l’une symétrique, l’autre non, et aussi par la couleur de l’intérieur de l’écorce. L’écorce de Zanthoxylum budrunga est similaire extérieurement à celle de Ailanthus kurzii mais l’intérieur est différent. Un autre indice qui les distingue est l’apparition de petites taches trouées (thrones) sur l’écorce des jeunes arbres Ailanthus kurzii qui n’existent pas sur les jeunes Zanthoxylum budrunga, mais ces tâches disparaissent quand l’arbre parvient à maturité. Le taxon badam est lui aussi associé à deux espèces, en l’occurence Terminalia procera et Terminalia catappa. Dans cet exemple, l’espèce est différente mais le genre est le même, en l’occurence Terminalia (trois autres espèces de Terminalia existent sur ces îles : biallata, manii et arjuna). L’ajout du préfixe kadi au taxon badam peut parfois distinguer Terminalia catappa (Kadi Badam). La seule caractéristique qui différencie morphologiquement les deux espèces repose sur le fait que procera dispose de branches qui se développent vers le haut alors que les branches du catappa sont orientées vers le bas. Ces taxons à double emploi ne sont pas donc des fourre-tout ; l’association de deux espèces sous un même taxon renvoie à des ressemblances et aux manières de les contourner grâce aux indices. Ils répondent au souci de distinguer des espèces dans une telle diversité végétale dont une partie est endémique aux îles.

Yeman, Ailanthus kurzii et ses tâches caractéristiques

Comment est pensé l’endémicité des végétaux dans des îles soumis à une forte dynamique de dissémination et une forte circulation des humains ? Une distinction est souvent faîte pour caractériser des espèces dites locales de leur équivalent existant ailleurs et notamment en Inde. Le caractère jungli, traduisible par « de la jungle »,est ainsi souvent associé à des espèces endémiques mais pas toujours. Parmi les six espèces de bambous, celle locale est bien désignée par le terme jungli. Le taxon jungli rudrash est associé à une espèce du genre Eliocarpus car sa graine est similaire à celle du rudrash commun dont la graîne est sacrée et qui s’avère être aussi une espèce du genre Eliocarpus. Jungli Neem est le nom de Galofilum falcatum parce qu’il ressemble à l’arbre neem sans en avoir les propriétés. Solanom torvata est désigné par le taxon jungli bengam, « l’aubergine de la jungle ». Semecarpus prainii s’appelle jungli caju car sa noix ressemble à celle du cajou. Jungli tulsi est le taxon local d’Anisomeles indica car elle ressemble au tulsi commun. On remarque que la plupart des référents sont des végétaux très communs et valorisés en Inde comme le neem, le rudrash, le bambou, le gingembre et le tulsi, ce sont même des végétaux qui constituent la base des offrandes végétales dans le Sud de l’Inde et au Bengale. Le terme andaman se retrouve aussi dans certains taxons sans que cela veuille dire pour autant que l’espèce ainsi nommée soit endémique à ces îles. Andaman gurjan (Dictora carpus) qui donne un liquide blanc utilisé localement comme encens, n’est pas endémique, on peut le trouver dans d’autres endroits. Il y a d’ailleurs cinq types de Dictora carpus à Andaman. Par contre, Andaman Boletol est bien endémique. Planchonia andamanica, variété locale et endémique, que l’on ne trouve qu’à Andaman, est quant à elle nommée localement red bombay, faisant référence à sa couleur et à la grande ville indienne du Mahārāshtra. Si l’on compare l’usage de ces deux termes, jungli et andaman, on constate que la plupart des taxons incluant le terme jungli correspondent bien à des espèces endémiques des îles Andaman alors que la plupart des taxons avec andaman renvoient à des espèces non endémiques. Or, parmi ces espèces jungli certaines ne sont pas spécifiquement forestières, comme le jungli tulsi par exemple, mais bien endémique. C’est ainsi que l’on peut dire que l’écosystème, en l’occurrence celui de la jungle, prime sur la région géographique, ici Andaman, pour déterminer l’endémicité.

Exemple 3 de cartel dans le camp d’ANET

2/ De la répartition professionnelle et de la mixité sociale dans les noms des plantes

Les collectifs de chasseurs cueilleurs et pécheurs installés depuis longtemps sur l’île, à savoir les Jawaras, les Great Andamanese et les Onges ont construit des nomenclatures végétales dont on peut encore recueillir des bribes aujourd’hui (Dagar and Dagar 1999, Sreenathan 2011). Néanmoins, ces noms de plantes donnés par ces collectifs n’ont pas été retenues par les populations qui se sont installés par la suite. Et pourtant ce n’est pas la diversité linguistique qui manque dans la nomenclature des plantes aux îles Andaman. Chaque communauté d’immigrés y est représentée par sa langue : hindi pour de nombreux migrants venus d’Inde centrale, bangali pour ceux qui viennent de l’état du Bengale, jharakhand pour ceux qui viennent des régions entre Calcutta et l’état du Bihar, malayam pour ceux originaires du Kérala, telugu pour ceux qui viennent d’Andhra Pradesh, tamoul pour les Tamils, langue karen pour les Karen… Il faut ici rappeler que les habitants des îles Andaman parlent en moyenne quatre langues. Cette mosaïque linguistique dans la nomenclature végétale des îles Andaman illustre à elle seule le titre de « many Indias » que l’on attribue aux îles Andaman. La présence d’autant de langue dans un espace aussi restreint a favorisé l’accumulation de taxons pour une seule espèce, même si cela ne dépasse jamais deux taxons pour une même espèce.

La langue la plus présente dans la nomenclature végétale des îles Andaman est certainement l’hindi. A elle seule, elle doit représenter environ 40% des noms de plante. En voici quelques exemples : Dracaena angustifulia, surmai pathi, nom hindi d’une plante qui pousse sur la côte ; Mariam kata (sower en hindi), grevia calophelia, est un arbre qui pousse en forêt  et donne des fruits ; chotta chakor pour cassia occidentalis ; pallu pathi désigne une espèce de la famille des peperaceae ; kachda buthi pour l’espèce endémique Chromalaena odorata ; adjod pour cissus quadangularis, adjod voulant dire en hindi articulation osseuse ; mahadev Jod, traduisible par « roots of temple » désigne aspargus racemosos ; mendha Bhaji, mendha veut dire grenouille et bhaji, beignet, pour sentela asiatica parce que la feuille ressemble à une grenouille ; bhumi amla pour Phyllanthus fraternus, bhumi voulant dire land en hindi et amla est le fruit du Phyllanthus emblica très consommé dans le Sud de l’Inde. Les plantes nommées en hindi sont ainsi très diverses et ne se regroupent pas dans un type ou genre particulier. Cela s’explique en partie par le fait que les populations locutrices de l’Hindi ne se sont pas spécialisées dans une catégorie professionnelle particulière et dans un écosystème particulier, mais se sont intégrés dans tous les domaines de la vie économique et plus particulièrement en monde urbain.

Les noms de plantes en Jahrakhand sont assez nombreux. Semecarpus prainii, outre son nom de jungli caju, est nommé localement agiya, terme jahrakhand issu de ag en Hindi, et qui signifie feu en référence à son écorce et à ses graines qui provoquent de graves brulures. D’après Niraj et James, quand leurs ancêtres sont arrivés à Andaman, ils ont nommé l’arbre ainsi car ils ont compris que cette écorce était un poison qui brûle comme le feu. Eliocarpus est nommé haydra nom jharakhand en sus de jungli rudrash. Lajuanti pour le mimosa pudica est encore un nom Jharakhand. De même pour gulachi qui désigne le Pagoda tree (plumeria acuminata), ou pour Kadifal raktfal associé à ardisia solanacea. Bassam pathi est le nom local pour Calenchoe pinatta, une plante connue pour casser les calculs rénaux. La plupart de ces espèces nommées en jahrakhand sont forestières. Pour bien comprendre cela, il faut revenir à l’histoire de ceux qui parlent le jharakhand, à savoir les Ranchi qui viennent du Bengale entre Calcutta et le Bihar. Après l’Indépendance de l’Inde en 1947, le gouvernement indien avait besoin de main d’œuvre pour exploiter la forêt des îles Andaman et a donc décidé d’y installer des populations Ranchi car elles étaient spécialistes de la forêt humide, pensant qu’elles seraient adaptées pour vivre dans la forêt d’Andaman. Hormis les collectifs locaux et les explorateurs européens, personne n’avait exploré la forêt des îles Andaman comme eux allaient le faire. Ils ont donc eu le privilège qui allait de soi de nommer les espèces auxquelles ils avaient à faire dans leur propre langage. Les noms de plantes en Karen sont plus rares mais existent bien. On note ainsi le taxon guede qui désigne cratubia andasoni ou encore Padaoc qui est associé à Teocarpus telbergiodis, un des arbres les plus chers du monde. Comme dans le cas des plantes nommées en jharakhand, celles qui le sont en karen s’avèrent être des espèces forestières. L’histoire est en fait la même pour les Karen qui eux viennent de Birmanie et furent embauchés par les autorités indiennes pour exploiter la forêt. L’équipe du camp d’ANET dans lequel j’ai eu la chance de résider pendant quelques jours est composée de Ranchi et de Karen dont les grands parents se sont installés dans les îles Andaman après la seconde guerre mondiale. Ces deux populations ont rapidement occupé les zones forestières, c’est pourquoi la plupart des espèces forestières ont été nommées par eux et de nombreuses dans leur langue, le jharakhand ou le karen. Les premiers agents des services forestiers, pour la plupart issus de ces deux communautés, ont largement participé dès les années 1950’ à cette entreprise de nomination du végétal. On voit à quel point les jardins botaniques, pépinières et plantations dans les camps de base jouent aujourd’hui un rôle crucial dans l’émergence de taxonomies locales dans des contextes de recomposition identitaire. C’est à eux que revient la tâche de mettre par écrit la taxonomie locale et donc de fixer cette dernière en regard de la taxonomie scientifique.

Si les forêts ont été rapidement occupées par les Ranchi et les Karen, les côtes des îles Andaman devinrent le pré carré des populations de pécheurs spécialistes de la mer venus d’Andra Pradesh[1] et du Sud du Bengale, les premiers parlant le telugu, les seconds le bengali.

Ceux sont eux qui ont nommés les plantes qui poussent en bord de mer et notamment celles qui leurs sont utiles pour la pêche, aussi ne faut-il pas s’étonner que nombres d’entre elles portent des noms en telugu ou en bengali. C’est le cas par exemple du glob tree, nom donné par les pécheurs telugu à Calophyllum inophyllum poussant sur les côtes ou de Sagereea elliptica, connu aux îles Andaman sous le nom de chooi, nom bengali. Les telugu se caractérisent par leur usage de l’anglais pour nommer les plantes du littoral comme avec l’exemple du taxon safed dhup utilisé pour désigner Canarium Euphyllum. Les plantes des jardins cultivés notamment dans les potagers portent souvent des noms en tamoul car nombreuses ont été importées par les populations Tamil dans les îles Andaman ou ont été identifiés sur place et nommés par eux. C’est le cas par exemple du légume endémique, Alternanfera sessilis, qui porte le taxon madrassi baji, qui fait référence à la ville de Madrass dans l’état du Tamil Nadu. Il s’agit d’un légume que les Tamoul utilisent pour réduire le diabète et que l’on peut trouver chez le marchand de légumes. Parmi ces plantes de jardins, certaines portent encore des taxons en malayalam, langue du Kerala, que leur avaient donné les prisonniers politiques du Kerala exilés dans les Andaman par les Anglais et dont une partie décida de rester une fois libéré en 1947. Des Anglais qui ont eu aussi donné des noms à certaines plantes et dont certains sont restés dans la nomenclature végétale populaire des îles Andaman.

[1] Les gens originaires de l’Andhra Pradesh aux Andaman viennent précisément de deux ou trois villages de pécheurs, dans la région de Karkinata.

Glob tree, Calophyllum inophyllum
Forêt cotière
Exemple 1 de cartel dans le camp d’ANET

Enfin, certains noms de plantes sont composés de deux termes de langues différentes. Il en va ainsi de barma katta, katta en hindi veut dire acide, et barma est un mot apparenté à la langue karen. Certains disent que le taxon nagbael qui identifie Tetracera sarmentosa, une espèce endémique, est composé du mot hindi nag voulant dire serpent et du terme anglais bell, « cloche ». Chirchita ultacanta, taxon local pour Achyranthus aspara, est composé d’un mot jharakhand, chirchita, et d’un mot hindi, ultacanta, ulta signifiant « opposé » et canta « crowns ». Enfin, dernier exemple, Sea mohua, taxon de Manilkara littoralis, mélange un terme anglais, « sea » et « mohua » probablement d’origine telugu. Comme on peut le constater, les taxons linguistiquement hybrides sont souvent composés d’un terme en hindi et d’un autre dans une autre langue. Cela s’explique en partie par le fait que l’hindi est la langue officielle et celle qui sert de langue vernaculaire.

Exemple 2 de cartel dans le camp d’ANET

Les taxinomies végétales des collectifs implantés sur ces îles depuis des siècles, à savoir les Onges, les Great Andamanese et les Jawaras ont disparues en tant que références locales pour laisser place à une taxinomie composée de noms importés ou inventés par les différents groupes linguistiques en fonction de leur spécialité et de leur rapport à l’environnement. S’est ainsi mise en place aux îles Andaman, une véritable répartition sociale, linguistique et écologique des spécialités taxinomiques. Les noms des plantes aux îles Andaman reflètent ainsi la diversité des origines des communautés qui y vivent et les nombreuses mobilités qui ont relié ces îles aux différentes régions des côtes indiennes et asiatiques. Voilà qui constitue un exemple parfait à comparer avec le cas de l’île de Curaçao afin de comprendre comment les taxinomies végétales permettent de penser la mixité.

Références :

Balakrishnan, N.P. & Ellis, J.L. 1996 « Andaman and Nicobar Islands ». In: Hajra, P.K., Sharma, B.D., Sanjappa, M. & Sastry, A.R.K. (Eds.) Flora of India, Part 1. Botanical Survey of India, Calcutta, India, 467 pp.
Bandana Aul 2002 Quantification of damage caused by the introduce fauna, spotted deer (Axis axis), on the rate of natural regeneration in small island ecosystems : Andaman and Nicobar Islands - Mémoire de Master, Université de Pondicherry
Dagar J.C. and Dagar H.S. 1999 Ethnobotany of Aborigines of Andaman-Nicobar Islands
Lima Rosalind 1999 The distribution and status of the Andaman Wild pig (Sus scrofa ssp.) and its interrelationship with the aboriginal people, WWF et CEE
Sreenathan M. 2011 The Jarawas Language and Culture
Panaché végétal


Citer ce billet
Emilie Stoll (2022, 18 juillet). Retour de mission aux îles Adaman (Inde). EXORIGINS : De la diversité bio-culturelle dans les jardins des parisiens. Circulations croisées de végétaux, de personnes et d'imaginaires. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/onu2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.