Le Jardin « porte-paysage » : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc)

Thèse de Doctorat en Sciences du Paysage, soutenue par Eugénie Denarnaud le 11 septembre 2020.

Résumé :

L’objet de la recherche est l’étude de jardins informels, nés dans un phénomène urbain massif, initié en l’an 2000. Une étude critique du paysage local, menée par l’observation ethnobotanique, géographique et paysagère d’actions jardinières potentiellement coercitives, est conduite dans le contexte actuel de planification urbaine. À certains égards, les Tangérois sont des marcheurs, des arpenteurs, des connaisseurs de leur environnement. Ils tirent une interaction positive avec leur milieu dans un contexte métropolitain : connaissance des fleurs ; des résines ; des abeilles ; des animaux sauvages ; des phénomènes météorologiques et géologiques. Autant d’éléments hétérogènes qui entrent dans ce qu’on peut nommer le paysage. Cette particularité tangéroise a permis d’explorer le fait urbain sous deux angles. Celui de la cité séculaire sans cesse réinventée dans son territoire. Et celui de la ville comme reflet contemporain de la modernité.


Une réflexion sur « Le Jardin « porte-paysage » : Rencontre des urbanités dans le détroit de Gibraltar (Tanger, Maroc) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.