Curaçao, l’île jardin des origines

Mission du 7 au 22 janvier 2020
Retour d’enquête à Curaçao

Par Romain Simenel

L’objectif initial de cette première mission à Curaçao était d’étudier les jardins botaniques de l’île. Cependant, dès le vol aller, entre Amsterdam et Willemstad (capitale de Curaçao, État autonome, mais inclut dans les Caraïbes néerlandaises), grâce à ma voisine de siège, Phine Suarez, j’ai compris que, derrière ces jardins botaniques, se cachait un rapport très particulier des habitants de Curaçao aux plantes et du rôle qu’y joue la dissémination.

Localisation de l’île de Curaçao, État autonome des Caraïbes néerlandaises
Zoom sur l’île de Curaçao dont la capitale est Willemstad.

Une diversité des origines humaines et végétales

L’histoire de Curaçao depuis le XVIe siècle est intrinsèquement liée à celle du grand commerce esclavagiste. Cette histoire est représentée officiellement aujourd’hui par le Musée Kura Hulanda sur l’esclavage, et racontée notamment par l’un de ses guides, le charismatique Calviani Elenora. Au XVIIe siècle, le port de Curaçao était le principal port du commerce des esclaves aux Caraïbes. Les bateaux en provenance d’Afrique y accostaient et débarquaient les esclaves, ensuite répartis entre les différentes destinations. Le port de Curaçao jouait ainsi le rôle de point de dissémination des esclaves dans les autres îles des Caraïbes.

L’île de Curaçao fut occupée par les Espagnols puis par les Néerlandais. Elle devint rapidement une pièce maîtresse de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales. L’île fut aussi le repaire de nombreux pirates et le refuge pour les communautés opprimées d’Europe et d’Asie mineure comme les juifs espagnols et les chrétiens du Proche-Orient, et cela dès le début de l’occupation néerlandaise. Voilà pourquoi Curaçao abrite la première synagogue d’Amérique. Cette mosaïque humaine et culturelle se complète enfin par la composante amérindienne qui était là bien avant le XVIe siècle. Les collectifs amérindiens présents sur l’île avant la colonisation sont les Arawak, les Charamba et les Caquetio. Pécheurs et chasseurs, les Arawak des Caraïbes furent mis en esclavage dès l’arrivée des Espagnols et contraints aux travaux forcés dans les plantations, pour lesquels ils n’étaient pas habitués. Durement traités, beaucoup d’Arawak décidèrent de se suicider et, entre 1492 et 1510, près de 200 000 d’entre eux périrent. Lorsque les Néerlandais débarquent sur l’île, en 1634, ils ne trouvèrent que quelques centaines d’autochtones (archives du Musée Kura Hulanda).
Aujourd’hui, de nombreux habitants de l’île disent toutefois avoir un aïeul amérindien et certaines communautés de descendants d’autochtones se revendiquant comme tels, existent toujours à Curaçao.

De cette diversité humaine et culturelle est née la langue locale, le papiamento, composé de créole, de néerlandais, de portugais, d’espagnol, de termes issus des langues africaines des anciens esclaves et de l’arabe …
L’histoire de la famille de Dinah Veeris, fondatrice d’un jardin botanique, illustre bien comment le mélange entre ces différentes populations et cultures a pu se réaliser. Ses origines sont multiples. Son arrière-grand-mère paternelle est juive et portait le nom de Penia. Elle s’est mariée avec un ancien esclave africain et fut pour cette raison reniée par sa famille et déshéritée ; la filiation à la religion juive fut aussi rompue. Sa grand-mère paternelle porta néanmoins le nom Penia jusqu’à son mariage avec un homme de couleur du nom de Veeris, patronyme issu d’un Néerlandais installé dans l’île au début du XVIIe siècle et qui eut des enfants avec des femmes esclaves d’origines africaines. Sa grand-mère maternelle avait quant à elle des ancêtres esclaves descendants d’Africains, mais aussi d’Amérindiens. Et voilà comment aujourd’hui Dinah Veeris se sent fière de se dire issue d’une histoire de rencontres entre des peuples différents.

Visite virtuelle du Musée Kura Hulanda (Curaçao, Punda)
Publié avec l’aimable autorisation du Musée

À cette diversité humaine s’associe une diversité végétale. C’est ce que le Jardin botanique de Dinah Veeris met en scène. Ce dernier est en effet composé en fonction des accointances de formes entre les espèces endémiques et les espèces exotiques rapportées sur l’île. Pour Dinah Veeris, ce mélange de plantes endémiques et exotiques renvoie à celui des populations de cette île. Dinah rappelle qu’en papiamento, il n’y a pas de distinction entre plantes endémiques et exotiques, et il en va de même dans la pratique de la médecine des plantes où les deux sont utilisées sans distinction. Selon elle, il y a deux catégories de plantes : 1/ Sweet herbs ou duchi (à l’instar du basilic blanc) et 2/ Cleaning herbs ou limpia (comme Puta Aluengo, Basora Preto, Wilinsaly…).

Damaris, jeune guide du Musée Kas di pal’i maishi, va dans le même sens en choisissant comme plantes emblématiques de Curaçao, deux cactus endémiques et l’aloe vera. Elle explique qu’une fois affranchis à la fin du XIXe siècle, la plupart des anciens esclaves se mirent à cultiver le sol de l’île pour eux-mêmes ou en tout cas en partie. Pour protéger leurs cultures, principalement des vergers et de petits champs, les anciens esclaves utilisèrent le cactus datu pour construire des clôtures. Le cactus datu procure aussi du bois facilement maniable avec lequel ils construisaient les cadres des fenêtres et fabriquaient toute sorte d’ustensiles.

Cactus datu à l’état sauvage
Cactus datu utilisé comme clôture

 

 

 

 

 

 

 

L’autre cactus est kadushi (Cereus repandus L Mill.), qui est comestible et a servi de nourriture de disette aux anciens esclaves à maintes reprises.
Concernant l’aloe vera, dénommée sentebibu en papiamento, Damaris rappelle qu’il est exotique, mais a été largement familiarisé par les habitants de l’île. L’aloe vera était est toujours planté autour de la maison pour attirer la bonne énergie.

Aloe vera planté devant une maison traditionnelle de Curaçao. Photo : R. Simenel (2020)

L’habitude était jadis de joindre quelques tiges d’aloe vera attachées avec un ruban rouge et d’accrocher le petit bouquet au-dessus du porche de l’entrée comme « aura indicator », indicateur de l’aura des personnes qui entrent dans la maison. Si la personne est empreinte d’une mauvaise énergie, les tiges se fanent rapidement.

« Aura detector ». Talisman d’aloe vera. Photo : R. Simenel (2020)

Toujours à propos de cette diversité végétale, Jeanne Hernandez et Dinah Veeris insistent sur la distinction entre fleurs fertilisées le jour par les abeilles et autres insectes, et la nuit, par les chauves-souris comme le calebassier par exemple.

Cette diversité culturelle et végétale est célébrée dans la pharmacopée, mais aussi dans la cuisine locale. L’un des exemples phares de la représentation de la diversité végétale et culturelle dans l’alimentation est certainement la sope de kaduchi, soupe de cactus kaduchi dans laquelle on rajoute des pois chiches, du piment, du gombo… L’adresse la plus réputée pour consommer la sope de kaduchi est le stand nommé Zeus de Placa sur la Plaça Novo, à Punda.

Préparation de la soupe de cactus kandushi. Photo : R. Simenel (2020).

Enfin, cette diversité culturelle et végétale est aussi célébrée dans la pratique de laver l’intérieur des maisons chaque année avec des décoctions de plantes, pratique désignée par l’expression « faire prendre un bain à la maison ». Le même jour, à savoir le 31 décembre de chaque année, les habitants de Curaçao repeignent leurs maisons avec une couleur différente de celle de l’année précédente. 80% de la population continue de pratiquer ce rituel annuel.

Dissémination des plantes et mobilité des humains

L’histoire de la dissémination des plantes à Curaçao est intrinsèquement liée à la mobilité des humains. Tout d’abord, les collectifs amérindiens ont introduit dans l’île toute une série d’espèces végétales originaires d’Amérique du Sud. L’arbre à calebasse (Crescentia cujete) n’est pas endémique comme l’entendent les habitants de l’île, mais bien importé d’Amérique Centrale et du Sud, par le biais de certains grands mammifères (éléphants et chevaux d’Amérique) et des collectifs amérindiens. D’autres arbres comme le hoba (Spondas mombin) et le palma llanera (Copernicia tectorum) se trouvent systématiquement aux alentours des anciens campements des collectifs amérindiens et proviennent du continent américain. Il est ainsi probable que le Copernicia tectorum ait été introduit par les collectifs Caquetio qui utilisaient ses feuilles pour construire les toits de leurs maisons. Il en va de même pour la cassava sauvage ou marihuri en papiamento (Manihot carthaginensis) rapportée des régions arides d’Amérique du Sud par ces mêmes collectifs Caquetio.

Durant la période du commerce esclavagiste, la dissémination des végétaux à Curaçao prit une autre envergure. Les Espagnols et les Néerlandais ont participé à l’introduction de nombreuses espèces sur l’île, mais parfois de manière non intentionnelle. Certaines plantes exotiques se sont ainsi reproduites d’elles-mêmes dans l’écosystème de l’île (Van Buurt 2010 : 243). C’est le cas du karpata (Ricinus communis) à partir des graines duquel était extraite une huile servant pour les lampes, et de l’aloès (Aloe vera), les deux ayant pullulé spontanément dans l’écosystème de l’île. L’euphorbia lactea, nommée localement Sürnam (Surinam cactus) fut probablement introduit par les Néerlandais après une première adaptation au Surinam, d’où son nom (Van Buurt 2010 : 243). Ils amenèrent aussi dans l’île deux espèces d’indigo, le manguier, en 1782, depuis l’île Maurice, le tamarin (Tamarindus indica), le palmier à dattes (Phoenix dactylifera) et bien d’autres espèces. Le Frut’e Pan (Artocarpus incisa L. fo et Artocarpus communis) a été transporté des Indes orientales aux Caraïbes à la fin du XVIIIe siècle. En 1793, le Bounty avait à son bord des plants de fruit à pain, mais qui n’ont pas résisté au transport et il fallut attendre l’expédition du Provence pour voir les premiers plants arriver à Saint-Vincent et en Jamaïque puis un peu partout dans les Caraïbes.

Les habitants de l’île insistent aussi sur le rôle des esclaves dans la dissémination d’espèces originaires d’Afrique, certains seraient ainsi arrivés à Curaçao avec quelques semences. C’est peut-être le cas du Calotropis procera ou madar en papiamento, originaire du Sahel et qui s’est répandu de manière autonome dans l’écosystème de l’île. Les esclaves africains auraient aussi reconnu dans l’île des plantes qu’ils connaissaient déjà et à partir desquelles, ils ont reconstitué leur pharmacopée. Enfin, les pirates ont eux aussi participé à enrichir la flore locale de Curaçao notamment en diffusant des espèces d’île en île.

Dans l’histoire plus récente, l’introduction d’espèces végétales sur l’île fut le fait d’initiatives individuelles diverses souvent motivées par des stratégies identitaires ou religieuses multiples correspondant à la pluralité des origines et des confessions des populations de Curaçao. C’est le cas par exemple du fameux Cornelis Gorsira issue de la communauté orientale de Curaçao qui rapporta de son voyage au Proche-Orient dans les années 1880 les graines de deux espèces emblématiques : Balanites aegyptiaca et l’ilb ou appeldam (Ziziphus spina-cristi). Les faits sont notamment relatés par Friar Arnoldo dans son ouvrage Gekweekte en nuttige planted van de Nederlandse Antillen. D’après le récit, Cornelis Gorsira estimait que les plantes qui poussaient en Terre Sainte devaient également pousser à Curaçao (Van Buurt 2010 244). Et ces deux espèces sont d’une importance particulière, car leurs branches épineuses sont réputées pour avoir servi à fabriquer la couronne d’épines que portait le Christ, ce que ne manque pas de rappeler Dinah Veeris. Le nom commun qui leur est donné sur l’île est d’ailleurs « couronne d’épines », crown of thorns. D’après Dinah, Cornelis Gorsira aurait rapporté les graines de ces deux espèces cachées dans sa canne en bois. Il aurait alors planté ces espèces dans sa plantation du nom de Zuurzak et de là elles ont commencé à se répandre lentement sur l’île notamment par l’intermédiaire des troupeaux de chèvres. Ces deux arbres sont en effets fortement invasifs et voilà comment la végétation et, avec elle, l’écosystème de zones entières de l’est de Curaçao ont complètement changé en raison de l’introduction de ces deux espèces (Van Buurt 2010 : 245). Néanmoins, contrairement à ce qu’affirme Van Buurt, Balanites aegyptiaca, tout comme Ziziphus spina-cristi, n’est pas sans utilité dans la culture locale de Curaçao. Les deux espèces ont été intégrées dans la pharmacopée locale, le ziziphus spina-cristi est par exemple utilisé pour faire baisser la tension ou pour traiter le rhume (Veeris, 1999 : 25). Enfin, le légendaire palmier Doum (Hyphaene thebaica) a également été introduit à Curaçao par Gorsira en rappel de la légende du roi Salomon et de la reine de Saba dont la rencontre aurait pris place à l’ombre d’un de ces palmiers (Van Buurt 2010 : 245).

Ce processus de dissémination des plantes à Curaçao s’est poursuivi jusqu’au début du XXe siècle. La liane de Palay (Cryptostegia grandiflora) aurait été importée de la région de Tuléar à Madagascar pendant la Première Guerre mondiale en raison de son latex similaire à celui du caoutchouc. Certains ont ainsi pensé qu’elle pourrait constituer une alternative au caoutchouc des Indes orientales. Cependant, comme la plante doit être broyée pour en extraire le précieux liquide, le produit reste de très mauvaise qualité et l’entreprise fut un échec. L’Hibiscus, Soro, fut quant à lui introduit à Curaçao par les travailleurs de la raffinerie de pétrole de Shell dans les années 1920 depuis Saint-Martin, la Guadeloupe et la Jamaïque.

Cette histoire de la dissémination des espèces végétales sur l’île explique aussi pourquoi l’actuelle pharmacopée de Curaçao intègre, outre des espèces endémiques phares, tout un panel foisonnant de plantes exotiques aux origines diverses. Hormis les exemples déjà cités, on compte aussi ararut (Maranta arundinacea L.) qui provient d’Amérique tropicale et fut importé et cultivé à Curaçao pour ses racines aux vertus thérapeutiques pour le système digestif. Le flamboyant (Delonix regia Raf) est originaire de Madagascar et fut cultivé pour ses feuilles en infusion comme désinfectant. Franseblum (Nerium oleander L.) vient d’Asie tropicale et ses feuilles sont utilisées comme remède contre les boutons de fièvre. Granatapel (Punica granatum L.) est originaire de Perse et ses différents composants servent à un guérir plusieurs maux dont pulmonaires. Frut’e Pan (Artocarpus incisa L. fo et Artocarpus communis), le fruit à pain, espèce asiatique dont les feuilles consommées en infusion servent à réguler la tension artérielle.

<à venir : vidéo sur le jardin des origines >

Le traitement des maladies des blancs et l’héritage des Amérindiens

L’île de Curaçao est réputée pour ses jardins botaniques et pour disposer d’une pharmacopée fournie. Trois endroits dans l’île constituent des spots du savoir sur les plantes médicinales. Le premier correspond au quartier Den Pareidera, où se trouve le Jardin botanique de Dinah Veeris ; le second est situé dans la région de Banda Abou, au nord de l’île, connue notamment pour un autre jardin botanique, celui géré par Elia Esenia, militante pour l’identité de Curaçao ; le troisième est positionné plus au centre et caractérisé par la présence du Musée Kas di pal’i maishi des cultures et traditions de l’île. Or, ces trois endroits de l’île sont clairement identifiés par l’histoire locale telle qu’elle m’a pu être relatée par Dinah Veeris, Elia Esenia, Damaris Sambo et Jeanne Hernandez, comme étant les trois anciens emplacements des centres de traitement par les plantes des maladies des « blancs » que les collectifs amérindiens avaient organisé pour pallier la menace. Dinah m’explique ainsi que les Amérindiens avaient développé toute une pharmacopée à partir des plantes de l’île et qu’ils s’en servirent pour traiter ces nouvelles maladies apportées par les blancs. D’après elle, ces trois endroits ont été particulièrement actifs lors de l’arrivée des Espagnols et des maladies qu’ils colportèrent avec eux. Ces centres de traitement étaient destinés aux Amérindiens, mais aussi aux esclaves africains. Ils ont été maintes fois détruits et reconstruits jusqu’à leur disparition, mais, comme le précise Dinah, cela a laissé assez de temps pour que les Amérindiens guérissent de nombreuses personnes et transmettent une partie de leur savoir aux esclaves.

Le toponyme originel du quartier Den Pareidera est Parajiri, nom que les collectifs amérindiens de cette partie de l’île donnèrent à leur centre de traitement. Parajiri a donné en espagnol Paraldella, puis Den Pareidera en papiamento. Le toponyme originel du second quartier où se trouvait un centre de traitement est Charomba, qui n’est autre que le nom du collectif amérindien qui l’a fondé. Si les toponymes se sont modifiés avec le temps et le passage des langues, le souvenir de la spécialité phytothérapique de ces trois lieux de l’île est toujours ancré dans les noms des rues. Dans le quartier Den Pareidera, j’ai pu dénombrer une quarantaine de noms de rues portant des noms de plantes de la pharmacopée de Curaçao. La plupart de ces plantes viennent de l’extérieur, mais une poignée représente la flore endémique de l’île. Il en va ainsi de pani weri, terme désignant en papiamento une espèce locale de patate mangée en temps de disette, et en langue amérindienne un brancard utilisé notamment pour apporter les malades au centre de soin de médecine par les plantes. Pour les plantes exotiques, on peut citer par exemple les noms des rues tels que Kaya Masala, Kaya Yerba Luisa, Kaya Moringa, Kaya Kardemon, Lamungrasweg… Le souvenir de l’existence de ces centres de traitement des maladies des plantes, gravé dans l’espace par le biais des toponymes des quartiers et des noms des rues, constitue un témoignage majeur de la filiation et de la fusion entre la pharmacopée des Amérindiens et celle des anciens esclaves, dont ont hérité les générations actuelles d’habitants de Curaçao.

La possibilité de l’existence de ces trois centres de traitement conçus par les collectifs amérindiens de Curaçao jette le trouble sur la pertinence de l’argument avancé tant par les historiens que par les anthropologues reposant sur la vulnérabilité des Amérindiens aux maladies des blancs. En effet, selon ce témoignage historique, les collectifs amérindiens périrent non pas des maladies importées par les blancs face auxquelles ils disposaient de toute une pharmacopée inventive, mais de la destruction du système de santé local notamment par le contrôle de l’usage des plantes instauré par les Espagnols. Cette proposition est d’ailleurs corroborée par les récents travaux de Samir Boumedienne sur les politiques inquisitoriales à l’égard de l’usage des plantes qui ont sévi en Europe, mais aussi en Amérique comme à propos du pulque mexicain (2016 : 368). L’auteur explique en détail comment le contrôle colonial de l’usage des plantes servait à modifier les « manières de vivre » (2016 : 355).  La question mérite donc d’être posée : « Sont-ce vraiment les maladies des blancs qui ont exterminé les populations amérindiennes ou plutôt la destruction du système de santé local et l’imposition par les Espagnols et autres peuples colonisateurs de conditions de vie aux Amérindiens ne leur permettant pas de recourir à la médecine par les plantes ? ». De la réponse à cette question dépend le jugement que les prochaines générations auront de cet épisode tragique de l’histoire de l’humanité.

Rues du quartier Den Paredeira portant un nom de plante. Photo : R. Simenel (2020).

Bibliographie succincte

  • Van Buurt G., 2010. « A Short Natural History of Curaçao. In: Crossing Shifting Boundaries, Language and Changing Political status in Aruba, Bonaire and Curaçao ». Proceedings of the ECICC-conference, Dominica 2009, Volume I, pp. 229-256. Faraclas, N., Severing, R., Weijer, C. Echteld, E. (Eds.), FPI and UNA, Curaçao
  • Veeris Dinah, 1999. Green remedies and golden customs of our ancestors. The Hague : Triangle Publicaties
  • Boumediene Samir, 2016. La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750).Vaulx-en-Velin : Éditions des Mondes à faire, 477 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.