De l’altérité des plantes à celle des humains : l’exemple du jardin des Altérités

Romain Simenel a été invité par Anolga Rodionoff, directrice adjointe du CIEREC Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Expression Contemporaine (Université de Lyon / Université Jean Monnet Saint-Etienne) et Eugenia Reznik, artiste et doctorante à l’Université de Saint-Etienne et à l’Université de Québec à Montréal (UQAM), pour donner une intervention intitulée : « De l’altérité des plantes à celles des humains : l’exemple du jardin des Altérités » dans le cadre de la journée d’étude Figures de l’altérité, Figures de l’effacement, le 3 avril prochain.

Voici le résumé de son intervention :

Les plantes nous disent souvent bien des choses sur l’ailleurs et les autres. Leurs noms tout d’abord, ceux aux accents exotiques, évoquent des contrées lointaines ou des peuples étrangers. Leurs physionomies se prêtent à toute sorte d’analogie avec des symboles d’un autre temps ou d’un autre lieu. Certaines plantes ont voyagé avec ou sans les hommes pour conquérir le monde et le récit de leur périple continue de nourrir toujours plus d’univers mentaux. Cette tendance des humains à penser l’autre et l’ailleurs au travers des plantes prend une signification particulièrement saillante dans le contexte migratoire. La multiplication des trajectoires migratoires des humains sur Terre et dans l’histoire a logiquement multiplié les trajectoires des végétaux mais aussi leur combinaison avec des figures de l’ailleurs et de l’altérité. Comment une plante transmise au sein de sa famille informe-t-elle les mises en récit sur soi-même et sur autrui, sur ce qui est endémique et exotique, sur l’ici et sur l’ailleurs ? Comment les végétaux présents dans nos espaces quotidiens et domestiques sont-ils mobilisés pour ordonner les origines et les mémoires associées à de multiples lieux [Baussant, 2007, 2015] ? Enfin, comment interviennent-ils dans notre manière de traiter autrui et plus spécifiquement l’étranger [Tassin 2014] ? Le Jardin des Altérités situé en face de la galerie de l’évolution dans le Jardin des Plantes est conçu pour répondre à ces questions en incarnant un espace expérimental d’intercompréhension des manières de penser les ailleurs et les autres par le végétal. Après une présentation des six carrés du Jardin, cette intervention développera quelques cas d’études précis comme celui d’un Cédrat du Maroc, de la Lavandula Multifida et de la flore de Curacao.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.